Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Gabon : un civil tué par les forces de sécurié à Port-Gentil

Des manifestants protestent contre les résultats de l'élection présidentielle à Libreville, Gabon, 30 septembre 2016.

Un jeune homme a été tué par les forces de sécurité lors de violences post-électorales dans la nuit de vendredi à samedi à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon, selon plusieurs témoignages d'habitants.

Le jeune homme d'environ 25 ans a été tué vendredi soir vers 22H00 (21H00 GMT) par balle dans la zone de Ngadi, dans le quartier de la Balise, d'après plusieurs témoins contactés samedi.

La victime s'appellerait Judicaël Madzou Otété, a déclaré un opposant à un correspondant de l'AFP à Port-Gentil.

"Il a été 'tiré' dans la nuit par les forces de sécurité ét de défense qui font des patrouilles nocturnes", selon cette source.

"Les parents en découvrant le corps le matin ont voulu marcher avec d'autres personnes avec le corps jusqu'au gouvernorat (autorités régionales, ndlr). Ils ont été dispersés par les forces de sécurité et de défense. Le corps a été récupéré par ces forces en présence du procureur"', selon ce même témoin.

Des habitants affirment que les opérations de maintien de l'ordre ont fait plusieurs victimes à Port-Gentil depuis le début des troubles à l'annonce de la réélection du président Ali Bongo mercredi. Aucun chiffre officiel n'a été fourni jusqu'à présent.

"Ils tirent, ils ramassent les corps (pour les faire disparaître, ndlr). Nous sommes traumatisés", témoigne à l'AFP sous le couvert de l'anonymat une mère de famille qui regrette que "l'on ne parle que de Libreville", la capitale du Gabon.

Des pillages de magasins ont été enregistrés depuis le début des troubles dans les quartiers périphériques de Port-Gentil où toutes les routes ont été bloquées par des manifestants.

Frappé par la crise pétrolière, la ville avait déjà été le théâtre de violences à l'annonce de la première élection d'Ali Bono en 2009 (morts, pillages, consulat de France incendié).

Avec AFP

Toutes les actualités

Une vingtaine de personnes tuées au Nigéria

Une vingtaine de personnes tuées au Nigéria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Ramaphosa reconduit pour un mandat de cinq ans

Ramaphosa reconduit pour un mandat de cinq ans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Crise au sein de l'UDPS avant les funérailles de Tshisekedi père

Les partisans de l'Union pour la démocratie et le progrès social - UDPS (République démocratique du Congo) se rassemblent devant le siège du parti alors qu'ils réclamaient la déclaration de leur dirigeant à Kinshasa le 21 décembre 2018

Une nouvelle crise agite l'UDPS, le parti d'origine du président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, à huit jours des funérailles à Kinshasa de son père, le fondateur de l'UDPS Etienne Tshisekedi.

Le dernier conflit porte sur la direction de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), laissée vacante depuis le départ de Félix Tshisekedi, investi président de la République le 24 janvier.

Le président par intérim Jean-Marc Kabund a nommé un secrétaire général, Augustin Kabuya. Cette décision braque les partisans d'une direction collégiale sous forme d'un directoire.

Dans une déclaration à la presse mercredi, des députés de l'UDPS affirment que "la mise en place du directoire devrait intervenir avant le rapatriement" de la dépouille d'Etienne Tshisekedi.

Ce rapatriement a été annoncé pour jeudi 30 mai, et des funérailles sont prévues jusqu'au 1er juin. Etienne Tshisekedi est décédé à Bruxelles le 1er février 2017. Son corps n'avait pas pu être rapatrié faute d'accord avec l'ancien régime Kabila.

"Toute opposition à la mise en place du directoire (...) sera considérée comme un acte de sabotage et de haute trahison vis-à-vis d'Etienne Tshisekedi", insistent les députés de l'UDPS.

Ancien ministre du dictateur Mobutu dans les années 1960, Etienne Tshisekedi est passé dans l'opposition et a fondé l'UDPS en 1982. Il a ensuite été trois fois Premier ministre lors de la transition multipartite des années 90, avant de s'opposer au régime des Kabila père et fils.

Début mars, les militants de l'UDPS avaient manifesté leur colère après la défaite de leur parti aux élections sénatoriales à suffrage indirect. Des "combattants" de l'UDPS ont accusé leurs "grands électeurs", les députés provinciaux, d'avoir trahi et cédé à la corruption.

En novembre dernier, la même "base" avait obligé Félix Tshisekedi à dénoncer dans la journée un accord qu'il avait passé la veille avec d'autres ténors de l'opposition pour la désignation d'un candidat unique à l'élection présidentielle.

Les combats s'intensifient en Libye

Les combats s'intensifient en Libye
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:24 0:00

Au moins trente personnes tuées mardi dans une fusillade

Au moins trente personnes tuées mardi dans une fusillade
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG