Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Gabon

Un blogueur gabonais hostile au pouvoir libéré

Un blogueur gabonais, arrêté en 2017 pour avoir projeté des vidéos hostiles au pouvoir dans un lieu public, a été libéré mardi après 17 mois de détention préventive, le 17 août 2017. (Facebook/Nathalia Ital)

Hervé Mombo Kinga, qui avait été arrêté en 2017 pour avoir projeté des vidéos hostiles au pouvoir dans un lieu public, a été libéré mardi après 17 mois de détention préventive.

C'est ce qu'a annoncé mardi son avocat. L'ordre de mise en liberté a été signé lundi et "il a été libéré mardi à 14H00", 13H00 GMT, a indiqué Me Anges Kevin Nzigou.

Le blogueur, Hervé Mombo Kinga, avait comparu fin janvier au tribunal de Libreville pour sa première audience depuis son arrestation le 31 août 2017.

Il avait été arrêté après avoir "monté un podium dans un lieu public" et projeté des "vidéos et messages d'incitation à la révolte contre les autorités de l'Etat, à la haine et à la désunion", selon l'accusation.

Son avocat avait réclamé lors de son audience une exception de nullité de procédure, demande à laquelle ont accédé les juges lundi.

M. Mombo Kinga était poursuivi pour "propagande tendant à troubler l'ordre public" et "outrage envers le président de la République". Le 28 janvier, le procureur avait demandé 8 ans de prison dont 3 avec sursis.

Le jour de son arrestation le 31 août 2017, une quinzaine de partisans de l'opposition avaient été arrêtés en marge d'un rassemblement organisé un an après l'annonce de la réélection du président Ali Bongo Ondimba, le 31 août 2016.

L'annonce de cette réélection, toujours contestée par une partie de l'opposition, avait provoqué des violences inédites au Gabon.

Toutes les actualités

La caisse nationale de sécurité sociale surendettée

La caisse nationale de sécurité sociale surendettée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:09 0:00

Santé du président Bongo : 4 dirigeants syndicaux arrêtés

Ali Bongo à Libreville le 5 février 2017.

Quatre responsables de la principale coalition syndicale du Gabon on été interpellés depuis mercredi, a affirmé leur organisation qui avait déclaré début juillet que le président gabonais Ali Bongo Ondimba était mort.

Une "répression contre les leaders de la Confédération Syndicale Dynamique Unitaire par le gouvernement gabonais s'est enclenchée depuis ce mercredi", a déclaré vendredi la coalition syndicale dans un communiqué.

Quatre de ses responsables "ont été enlevés à leur domicile (...) par des agents cagoulés de la police judiciaire et de la gendarmerie nationale", a-t-elle affirmé.

Sollicité par l'AFP, le parquet de Libreville n'était pas joignable vendredi en fin d'après-midi pour confirmer ces arrestations.

Début juillet, le président de Dynamique Unitaire Jean Rémy Yama, avait déclaré lors d'une conférence de presse que son organisation "avait l'intime conviction que le chef de l'Etat Ali Bongo Ondimba est mort. Il n'existe plus".

Après ces déclarations, le gouvernement gabonais avait menacé le responsable syndical de "poursuites pénales pour propagation de fausses informations".

Le président Bongo a été victime fin octobre 2018 d'un accident vasculaire-cérébral (AVC) dont il se remet actuellement.

Après cinq mois de convalescence à l'étranger, Ali Bongo est rentré le 23 mars à Libreville pour un "retour définitif".

Ce retour devait notamment faire taire l'opposition qui réclame que la vacance du pouvoir soit déclarée et s'interroge sur la capacité du président Bongo à diriger le pays.

Hormis deux discours enregistrés et retransmis à la télévision, le chef de l'Etat gabonais ne s'est pas exprimé en public depuis son AVC.

Après son retour, il a toutefois multiplié les entretiens au palais présidentiel avec des chefs d'Etat africains. Vendredi, il s'est entretenu avec le président équatoguinéen Teodoro Obiang Nguema.

Jeudi, il a effectué un déplacement dans les rues de Libreville, installé sur le siège passager d'une voiture décapotable, selon la presse locale.

Les arrestations des quatre leaders syndicaux ont été dénoncées par plusieurs membres de l'opposition, dont Jean Ping, candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2016 qui revendique toujours sa victoire.

"Nous condamnons fermement cette énième violation des droits fondamentaux des Gabonais", a-t-il déclaré à l'AFP, estimant qu'il s'agissait d'une "volonté d'un pouvoir rejeté par les Gabonais de se maintenir par la force et par l'intimidation".

Petit pays pétrolier d'Afrique centrale, le Gabon est dirigé depuis 2009 par Ali Bongo Ondimba. Il avait succédé à son père, Omar Bongo Ondimba, arrivé au pouvoir en 1967.

L'essor considérable des églises du réveil

L'essor considérable des églises du réveil
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Pas d'examens de fin d'année à l'université Omar Bongo de Libreville

Pas d'examens de fin d'année à l'université Omar Bongo de Libreville
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Les automobilistes menacent d’augmenter les prix du transport à Libreville

Les automobilistes menacent d’augmenter les prix du transport à Libreville
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:20 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG