Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Frappe de l'armée américaine en Afghanistan contre un chef jihadiste

Photo de 2008 de Maulana Fazlullah

L'armée américaine a indiqué avoir mené une frappe visant un chef jihadiste dans la province de Kunar, en Afghanistan, où se cacherait le leader taliban pakistanais Maulana Fazlullah.

"Les forces américaines ont mené une frappe antiterroriste le 13 juin dans la province de Kunar, près de la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan, qui visait un haut responsable d'une organisation terroriste", a déclaré le lieutenant-colonel Martin O'Donnell dans un communiqué.

Il a ajouté que les forces américaines continuaient à "adhérer à un cessez-le-feu" que Kaboul a conclu avec les talibans afghans. Les médias américains rapportent que l'attaque a visé Maulana Fazlullah, un important commandant du TTP, le mouvement taliban pakistanais.

>> Lire aussi : Une cinquantaine de talibans tués dans une opération américaine

Un porte-parole du ministère afghan de la Défense, Mohammad Radmanesh, a pour sa part affirmé que Fazlullah figurait parmi les morts. "Je peux confirmer que le chef du TTP Fazlullah a été tué dans une opération conjointe afghano-américaine dans le Kunar jeudi".

Le Pakistan n'a pas commenté officiellement dans l'immédiat mais une source de sécurité a indiqué à l'AFP que Fazlullah était considéré comme faisant partie des tués.

Le département d'Etat américain avait annoncé en mars une récompense de 5 millions de dollars pour aider à localiser ce commandant taliban lié à des attentats sanglants au Pakistan et à la tentative d'attentat à la voiture piégée de Times Square en 2010 à New York. L'homme se serait réfugié en Afghanistan selon des responsables pakistanais.

Selon le département d'Etat, son groupe, également connu sous le nom Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), a "montré une alliance étroite avec Al-Qaïda" et donné une formation sur les explosifs à Faisal Shahzad, qui se préparait à être l'auteur de l'attentat de Times Square.

Le groupe avait revendiqué le massacre de plus de 150 personnes en 2014 dans une école de la ville de Peshawar au Pakistan.

Le TTP était aussi responsable de l'attaque en 2012 contre la jeune Malala Yousafzai, devenue depuis un symbole du combat pour l'accès des jeunes filles à l'éducation.

Avec AFP

Toutes les actualités

Page Sport : focus sur le All-Star Game

Page Sport : focus sur le All-Star Game
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:06:30 0:00

Primaires : Michael Bloomberg ciblé par les critiques des démocrates

Primaires : Michael Bloomberg ciblé par les critiques des démocrates
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:52 0:00

Première visite de Pompeo en Afrique

Première visite de Pompeo en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Des ressortissants américains évacués du paquebot Diamond Princess

Des ressortissants américains évacués du paquebot Diamond Princess
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

Rose McGowan fustige la "comédie" féministe de Natalie Portman aux Oscars

Rose McGowan (D) et Asia Argento lors d'une manifestation pour marquer la Journée internationale de la femme à Rome, le 8 mars 2018.

L'actrice américaine Rose McGowan a vivement critiqué sur Facebook la "comédie" féministe jouée selon elle par Natalie Portman lors de la cérémonie des Oscars le 9 février.

Sur le tapis rouge, Natalie Portman était revêtue d'une cape noire sur laquelle elle avait fait inscrire les noms de plusieurs réalisatrices qui avaient selon elle été injustement écartées de la sélection 2020, où aucune femme ne figurait. Brodés en lettres dorées, se trouvaient les noms de Lorene Scafaria ("Queens"), Lulu Wang ("L'Adieu"), Greta Gerwig ("Les Filles du Docteur March"), Mati Diop ("Atlantique"), Melina Matsoukas ("Queen & Slim") et Céline Sciamma ("Portrait de la jeune fille en feu"). "Je voulais souligner de manière subtile les femmes qui n'ont pas été reconnues pour leur travail incroyable cette année", avait justifié Mme Portman.

Rose McGowan n'a de son côté pas choisi la subtilité dans le message publié sur sa page Facebook pour fustiger "ce genre de protestation célébrée par les grands médias pour son courage".

"Courageux? Non, loin s'en faut. Plutôt une actrice qui joue la comédie et se fait passer pour quelqu'un d'engagé. Comme tant d'autres", poursuit Rose McGowan, qui juge "insultant pour tous ceux d'entre nous qui agissons vraiment le genre de militantisme de Portman".

Et elle interpelle directement sa collègue: "Natalie, tu as travaillé avec deux réalisatrices au cours de ta très longue carrière. L'une d'entre elles, c'était toi. Tu as une société de production qui a employé précisément une réalisatrice, toi". Rose McGowan exhorte ensuite Natalie Portman et les autres actrices de "l'élite" à "changer le monde" au lieu de "faire semblant" d'être du côté des autres femmes.

Natalie Portman, lauréate de l'Oscar de la meilleure actrice en 2011 pour son rôle dans "Black Swan", a répondu plus sobrement, reconnaissant dans un communiqué qu'elle ne méritait pas d'être qualifiée de "courageuse", un terme qu'elle préfère réserver aux victimes qui ont récemment témoigné à New York au procès d'Harvey Weinstein.

Elle reconnaît également ne pas avoir travaillé avec autant de réalisatrices qu'elle aurait voulu. "J'ai eu quelques expériences où j'ai aidé des réalisatrices à être engagées sur des projets qu'elles ont ensuite été forcées d'abandonner en raison des conditions de travail qu'elles subissaient", affirme l'actrice. "Je veux dire que j'ai essayé et que je continuerai", ajoute-t-elle.

Voir plus

XS
SM
MD
LG