Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

France : la "soif de sang" de Larossi Abballa, tueur au nom du djihad

Larossi Abballa, auteur du meurtre d’un policier et sa compagne au nom du djihad lundi à 60 km de Paris, affirmait, dans une conversation téléphonique avec d’autres membres d’une filière d'envoi au Pakistan de volontaires pour la "guerre sainte", être "volontaire pour commettre des actions violentes en France".

"J'ai soif de sang. Allah m'en est témoin" soutenait-il sans cacher son désir de commettre des actions violentes en France.

Originaire de Mantes-la-Jolie, à une soixantaine de kilomètres à l'ouest de Paris, cet homme de 25 ans, cheveux longs, petite barbe, avait été condamné en septembre 2013 pour avoir participé à une filière d'envoi au Pakistan de volontaires pour le djihad.

L'enquête avait mis au jour le profil inquiétant du jeune homme, connu jusque-là pour des faits mineurs de droit commun (vol, recel).

Au moment de son arrestation en mai 2011 pour ses liens avec Mohamed Niaz Abdul Rassed, un ressortissant indien considéré comme l'inspirateur de la filière, les policiers retrouvent au cours d'une perquisition au domicile de ses parents un agenda avec une liste de commissariats, de mosquées et de lieux touristiques dans son département des Yvelines. "Des cibles potentielles", souligne à l'époque une source proche de l'enquête.

Les messages téléphoniques entre Larossi Abballa et les autres membres de la filière laissent peu de doutes sur les intentions du jeune homme, qui "semble volontaire pour commettre des actions violentes en France", relève alors cette source.

"Crois-tu vraiment qu'ils ont besoin de nous là-bas", au Pakistan ? "Allah avec sa volonté va nous donner les moyens de hisser le drapeau ici", en France, écrit-il en 2011 à l'un de ses compagnons. "Faut commencer le taf", "j'ai soif de sang. Allah m'en est témoin", ajoute-t-il.

Larossi Abballa se montre toutefois aussi pressé d'aller au Pakistan. "Il ne connaissait pas grand-chose à la religion mais c'était le plus chaud" pour partir, "il semblait très motivé à l'idée de faire le jihad", raconte l'un des membres de la filière aux enquêteurs, le décrivant comme "bizarre" et "mystérieux".

Propagande jihadiste

L'exploitation de son téléphone, de son ordinateur et d'une clé USB révèle alors également de nombreux documents de propagande jihadiste : vidéos, brochure sur Al-Qaïda...

Avec ses compagnons, Larossi Abballa participe fin 2010 et début 2011 à plusieurs entraînements religieux et sportifs dans des parcs non loin de Paris. Au cours d'une équipée plus discrète dans les bois de Cormeilles-en-Parisis, le groupe s'entraîne même à égorger des lapins, d'après les investigations.

Autre révélation à l'époque, Laroussi Abballa doit rencontrer le 18 décembre 2010 des "frères" venus de Belgique.

Devant les enquêteurs, il nie les faits, soutenant être athée, faisant semblant d'être musulman pour "ne pas attirer les soupçons" et "éviter d'être rejeté par sa famille", d'après une source proche du dossier.

Au cours de son procès en 2013, il apparaît comme "limité intellectuellement, basique, influençable. Aucunement décideur", se souvient Hervé Denis, l'un des avocats des prévenus.

Condamné à trois ans de prison, dont six mois avec sursis, il est libéré à l'issue du procès après avoir purgé l'intégralité de sa peine en détention provisoire.

"Après sa condamnation, il a travaillé, il a eu des petites copines comme tout le monde...", raconte un habitant du quartier, un "ami proche" qui l'a vu encore en mai.

L'homme ne semble pas pour autant avoir quitté la mouvance jihadiste. Il est impliqué dans une enquête judiciaire ouverte en février dernier sur une filière de départs vers la Syrie et ses lignes téléphoniques sont mises sur écoute. Mais aucun élément ne permet "de déceler la préparation d'un passage à l'acte violent", selon le procureur de Paris, François Molins.

Lundi soir, retranché dans l'appartement de ses victimes, il affirme avoir prêté allégeance il y a trois semaines au chef de l'Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi.

Il met ensuite en ligne une vidéo sur Facebook dans laquelle, calme et souriant, il appelle à mener de nouvelles attaques. "L'Euro sera un cimetière", promet-il, avant d'être abattu trois heures plus tard lors de l'assaut de l'unité d'élite de la police.

Avec AFP

Toutes les actualités

Minute Eco: Le Faso lance une plateforme pour les PME de sa diaspora

Minute Eco: Le Faso lance une plateforme pour les PME de sa diaspora
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Confinement dans certains pays européens à cause de la pandémie de covid-19

Confinement dans certains pays européens à cause de la pandémie de covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:18 0:00

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala à l'OMC

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala à l'OMC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

L'ouragan Zeta a touché terre près de La Nouvelle-Orléans, en Louisiane

Un panneau de campagne électorale se trouve dans un arbre alors que l'ouragan Zeta balaie la Nouvelle-Orléans, Louisiane, États-Unis, le 28 octobre 2020.

L'ouragan Zeta a touché terre mercredi après-midi près de La Nouvelle-Orléans,dans l'Etat américain de Louisiane, avec des vents allant jusqu'à 130 km/h, après avoir légèrement perdu en puissance, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Zeta, la 11e tempête portant un nom à frapper les Etats-Unis cette année, un record, a touché terre en temps qu'ouragan de catégorie 2 sur une échelle qui en compte 5 à environ 100 kilomètres au sud de la Nouvelle-Orléans.

Les effets de sept tempêtes ou ouragans se sont fait ressentir, à des degrés divers, en Louisiane, particulièrement affectée cette saison.

Une alerte ouragan a été émise et s'étend sur plus de 300 kilomètres de la ville de Morgan City en Louisiane, jusqu'à la frontière entre le Mississippi et l'Alabama. Des ordres d'évacuation obligatoire ont été émis dans certaines régions côtières.

Outre les vents et les fortes pluies attendues, le NHC a également mis en garde contre les dangers posés par la montée des eaux de la mer: une alerte à la submersion côtière est en place pour toute une partie du littoral, avec une houle attendue à plus de 3 mètres.

Les habitants de La Nouvelle-Orléans, rodés à l'exercice, bouclaient les préparatifs mercredi avant l'arrivée de Zeta: provisions stockées, en prévision des coupures d'eau ou d'électricité, et maisons protégées par des sacs de sable ou du contreplaqué.

"Pour les gens qui habitent ici, ça fait juste partie du fait de vivre ici", a expliqué à l'AFP, Geoff Wallace, 60 ans. "Ce qui a de bien avec celui-là, c'est qu'il bouge vite."

Zeta se déplace en effet à une vitesse de 40 km/h, ce qui diminue les risques d'inondation sur La Nouvelle-Orléans. Cette dernière reste encore traumatisée par le passage de l'ouragan Katrina en 2005 qui avait eu le temps d'inonder 80% de la ville et de provoquer environ 1.500 décès en Louisiane.

"Il semble assez clair maintenant que Zeta frappera directement La Nouvelle Orléans. Finissez de vous préparer ce matin", a tweeté dans la matinée la maire de la ville, LaToya Cantrell. "Assurez-vous que vous avez de l'eau, de la nourriture et des médicaments pour tous les membres de votre foyer."

Le gouverneur de Louisiane, John Bel Edwards a pour sa part appelé les gens à rester chez eux, ajoutant sur Twitter que si "aujourd'hui a été dur, nous continuons à subir Zeta, chacun doit rester à l'écoute des consignes locales et suivre les couvre-feux là où ils sont déclarés".

Lors d'une interview radio, le gouverneur a précisé que 500.000 foyers étaient déjà privés d'électricité, donc 78% de la Nouvelle-Orléans, où son emblématique quartier Français a été totalement déserté.

Certaines zones côtières, particulièrement touchés, ont déclaré le couvre-feu.

Le président Donald Trump a approuvé mardi soir la déclaration d'état d'urgence pour la Louisiane, permettant de débloquer des moyens fédéraux, a annoncé la Maison Blanche.

L'ouragan Zeta, qui s'était formé sur la mer des caraïbes, avait touché terre lundi soir dans les environs de Ciudad Chemuyil, dans l'Etat de Quintano Roo au Mexique. Son passage n'y a pas fait de victimes, selon son gouverneur. Il avait ensuite été rétrogradé en tempête tropicale avant de reprendre de la puissance et de toucher les Etats-Unis.

La saison des ouragans, qui n'est pas encore terminée, est particulièrement intense cette année. A cause de l'épuisement de la liste des noms latins prévus, les météorologues ont commencé à les identifier avec l'alphabet grec.

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus puissants, selon les scientifiques, qui prévoient une augmentation de la proportion de cyclones de catégorie 4 et 5, les plus destructrices.

La lune de miel entre Washington et Paris est terminée

La lune de miel entre Washington et Paris est terminée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:28 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG