Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Fin de la grève des enseignants du public

Un accord a été trouvé pour stopper la grève des syndicats de la santé, à Bamako, Mali, le 16 avril 2017. (VOA/Kassim Traoré)

Le gouvernement malien et les syndicats de l'Education nationale, dont la grève faisait planer le spectre d'une "année blanche", ont signé un accord prévoyant la reprise des cours dès lundi matin, ont annoncé les deux parties.

Depuis plusieurs mois, les enseignants déclenchent des mots d'ordre de grève très suivis, qui ont notamment entraîné des manifestations de professeurs et d'étudiants.

L'accord en dix points a été conclu au cours d'une rencontre sur la crise scolaire samedi avec le Premier ministre Boubou Cissé.

"Nous avons décidé de mettre fin à la grève. Les cours reprendront lundi 20 mai sur tout le territoire national", a déclaré à l'AFP Adama Fomba, responsable d'un des huit syndicats d'enseignants signataires du procès verbal de conciliation avec le gouvernement.

Cet accord, consulté par l'AFP, prévoit notamment l'octroi aux enseignants d'une prime de logement et d'une prime de documentation, ainsi que "l'adoption immédiate du projet de décret portant plan de carrière du personnel enseignant" en Conseil des ministres.

Selon un communiqué du gouvernement, les parties sont notamment convenues de "20.000 FCFA (environ 30 euros) de majoration de l'indemnité de résidence".

"Il n'y a ni perdant, ni gagnant, c'est le Mali qui gagne. La fin de cette grève permettra à nos enfants de reprendre le chemin de l'école, et aux enseignants de jouer leur rôle", a déclaré à l'AFP le ministre du Dialogue social, du Travail et de la Fonction publique, Oumar Hamadoun Dicko.

Auparavant, les cheminots maliens de la voie ferrée Dakar-Bamako, avaient repris le travail le 13 mai après presque cinq mois d'arrêt, dont un mouvement de grève de la faim, pour le paiement de nombreux mois d'arriérés de salaires.

Toutes les actualités

Sept soldats maliens tués dans les combats avec les djihadistes

Des soldats maliens à Mopti, Mali, le 22 janvier 2013.

Sept soldats maliens ont été tués lundi lors de combats avec des djihadistes près du Niger, dans une zone frontalière sous tension, a indiqué l'armée malienne sur Twitter.

"Dans le cadre d'une opération bilatérale pour traquer les terroristes à la frontière Mali/Niger, une patrouille FAMa (forces maliennes) a été accrochée ce 18 novembre 2019 à Tabankort", a écrit l'armée malienne sur les réseaux sociaux.

"Les FAMa déplorent 7 morts et 15 blessés ainsi que des dégâts matériels", a-t-elle ajouté.

Les blessés ont été évacués vers le Niger. "Avec le soutien de la force (française antijihadiste) Barkhane, les FAMa et les Nigériens ont repris l'initiative sur le terrain à Tabankort", a assuré l'armée.

Les confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso sont le théâtre de rudes affrontements entre armées nationales soutenues par les forces étrangères d'une part et jihadistes d'autre part.

L'accrochage de lundi survient après deux attaques jihadistes qui ont coûté la vie à une centaine de soldats maliens en un mois.

Des manifestations se multiplient à Bamako pour soutenir l’armée malienne

Des manifestations se multiplient à Bamako pour soutenir l’armée malienne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

Des milliers de personnes soutiennent l'armée, 20 corps découverts dans le centre

Général Keba Sangaré lors de la revue des troupes, au Mali, le 8 septembre 2019. (VOA/Kassim Traoré)

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Bamako à l'appel de l'opposition pour soutenir l'armée malienne et réclamé un meilleur équipement militaire au gouvernement, qui a le même jour annoncé la découverte de vingt corps dans le centre du pays.

"Vingt corps, dont certains abandonnés dans des puits, ont été retrouvés" mercredi à la suite d'une fouille de l'armée dans des "campements voisins" du village de Peh, dans le cercle de Bankas (région de Mopti, centre), a indiqué vendredi le gouvernement malien dans un communiqué.

Cette découverte fait suite à une intervention de soldats mercredi dans cette zone à la suite "d'informations faisant état d'attaque" du village de Peh "par des individus non identifiés, habillés en tenue de chasseurs". Ils "ont abandonné les troupeaux volés et se sont repliés" au moment de l'arrivée des soldats, selon le gouvernement qui ne précise pas les circonstances de la mort de ces vingt personnes.

A Bamako, environ 15.000 manifestants selon les organisateurs, "plusieurs milliers" selon la police, ont participé vendredi au rassemblement de soutien de l'armée, ont rapporté des journalistes de l'AFP.

"Non au détournement de nos fonds!", "Vive les FAMA" (forces armées maliennes)", pouvait-on lire sur les banderoles et calicots des manifestants.

"L'armée malienne a été trahie. Nos militaires sont mal équipés. Nous devrions nous battre pour que nos militaires soient à la hauteur. La corruption a empêché d'équiper aussi nos militaires", a déclaré le chef de l'opposition, Soumaïla Cissé.

"On doit combattre la corruption au sein de l'armée. Les militaires et les ministres qui sont à la base de cette corruption doivent être jugés", a dit l'ancien Premier ministre et opposant, Mohamed Aly Bathily.

MM. Cissé et Bathily faisaient allusion notamment à un achat controversé de matériel militaire, dont deux hélicoptères livrés en 2018 à l'armée malienne puis tombés en panne peu après. Une information judiciaire a été ouverte à ce sujet en octobre à Bamako.

Un rassemblement similaire, le 8 novembre dans la capitale, avait réuni des milliers de personnes.

Ces manifestations sont organisées après la perte ces dernières semaines par l'armée malienne d'une centaine de soldats dans les deux attaques djihadistes les plus meurtrières depuis des années.

Ces revers et la dégradation de la situation sécuritaire ont renforcé les interrogations sur la capacité de l'armée à faire pièce aux agissements djihadistes et aux autres violences auxquelles ce vaste pays est en proie depuis 2012 et qui ont fait des milliers de morts, civils et combattants.

Des manifestants ont scandé des slogans antifrançais pour dénoncer, selon eux, "le jeu ambigu" de Paris au Mali où est présente la force française Barkhane, qui mobilise 4.500 militaires français au Sahel.

"Si Paris ne fait rien pour que la crise prenne fin, c'est parce que Paris soutient les rebelles. Si les rebelles sont toujours à Kidal, c'est la faute de Paris", a déclaré à la presse Ouleymatou Diarra, 34 ans, enseignante dans un lycée privé de Bamako.

Kidal, ville du nord-est du Mali sous le contrôle d'ex-rebelles séparatistes touareg, échappe de facto à l'autorité de l'Etat malien.

«Lutter contre une culture n’est pas facile», Salif Keita

«Lutter contre une culture n’est pas facile», Salif Keita
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:13:30 0:00

Sahel: un boom aurifère suscite la convoitise croissante de divers groupes armés

Sahel: un boom aurifère suscite la convoitise croissante de divers groupes armés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:57 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG