Liens d'accessibilité

Faut-il intercepter? Le dilemme des Américains et Japonais face aux missiles nord-coréens


Lancement d'un missile balistique intercontinental Hwasong-14, ICBM, dans le nord-ouest de la Corée du Nord, testé, selon la Corée du Nord, le 4 juin 2017.

Le dernier tir d'un missile intercontinental par la Corée du Nord, vendredi, a déclenché des sirènes et des alarmes au Japon. Mais ni l'armée japonaise, ni les Américains n'ont tenté d'abattre la fusée.

Les deux alliés ont pourtant vanté ces derniers mois leurs systèmes de défense antimissiles, de coûteuses technologies militaires dont le président Donald Trump souhaite équiper encore plus la Corée du Sud et le Japon.

La prochaine fois, a lancé l'élu républicain américain Dana Rohrabacher, "j'espère qu'on abattra le missile pour envoyer un message aux Nord-Coréens et aux gens qui comptent sur nous, comme les Japonais".

Jamais Pyongyang n'avait envoyé de missile à une distance aussi grande: 3.700 km, selon le commandement pacifique américain. Le missile s'est abîmé dans le Pacifique, mais non sans avoir survolé l'île septentrionale de l'archipel japonais, Hokkaido.

A Washington, les experts Evans Revere et Jonathan Pollack, du centre de réflexion Brookings Institution, ont recommandé que les Etats-Unis déclarent que tout futur tir de missile en direction des Etats-Unis ou du territoire d'un allié soit considéré comme une menace directe nécessitant une réponse "de la totalité des capacités défensives des Etats-Unis et des alliés".

Cette fois, les Etats-Unis et le Japon ont estimé que le missile ne représentait pas une menace directe.

S'ils avaient "estimé qu'il y avait une menace directe, nous l'aurions abattu", a déclaré le porte-parole du Pentagone, Rob Manning, en soulignant que l'arsenal américain était très varié.

Ne pas rater

Quels sont ces moyens de défense?

Les Japonais possèdent des batteries antimissiles Patriot, conçues pour intercepter des missiles à basse altitude; et des missiles SM-3, développées en partenariat avec les Américains, qui interviennent à haute altitude contre des missiles de portée courte et intermédiaire.

Ces technologies n'ont pas un taux de réussite de 100%, mais le Pentagone, lors d'essais, a démontré sa capacité à atteindre des missiles intercontinentaux.

Dans le cas du missile de vendredi, selon Bruce Klingner, chercheur au centre de réflexion conservateur Heritage Foundation, la trajectoire était toutefois trop élevée pour qu'aucun système d'interception présent dans la région ait pu fonctionner, même les SM-3.

A cela s'ajoute une limitation politique: le Japon, pays pacifiste, ne peut d'après sa Constitution lancer d'action militaire que de façon défensive.

Tokyo a donc comme doctrine de ne tenter d'intercepter que les missiles qui menacent de frapper le territoire japonais, explique Hideshi Takesada, expert de la Corée du Nord et professeur à l'Université Takushoku à Tokyo, à l'AFP. Ce qui n'était pas le cas vendredi.

"Ce qui explique que le gouvernement n'a pas donné d'ordre de destruction", dit l'expert.

Il y a aussi une contrainte technique. L'archipel japonais est si étendu qu'il est difficile de le protéger entièrement par des systèmes d'interception.

"Il est également compliqué d'estimer tout de suite si un missile peut poser une menace directe contre le territoire japonais", ajoute Akira Kato, professeur de politique internationale à l'Université J.F. Oberlin University à Tokyo.

Face à ces contraintes, Japon et Etats-Unis ne veulent pas risquer une interception qui raterait sa cible. Un échec pourrait provoquer la panique dans la région, et dévoiler à Pyongyang les lacunes militaires des alliés.

"Un échec d'interception donnerait l'impression que les capacités défensives du Japon sont insuffisantes", détaille le professeur Kato à l'AFP.

Les Japonais disposent aussi de destroyers équipés de missiles Aegis. Donald Trump aimerait que Tokyo et Séoul achètent notamment sa version terrestre.

Est-il possible d'intervenir plus tôt contre un tir de missile?

Selon le New York Times, les Etats-Unis avaient repéré un jour avant le tir que les Nord-Coréens remplissaient de carburant leur missile.

Le Pentagone souhaite développer des technologies qui permettraient d'intercepter le missile juste après le lancement, quand ils sont lourds de carburant et volent à une vitesse moins rapide que dans les phases intermédiaires ou finales. Cela impliquerait de tirer des missiles depuis des sites plus rapprochés.

Reste enfin la possibilité de lancer des cyberattaques, ou d'équiper des drones de lasers capables d'abattre les missiles intercontinentaux peu après leur lancement.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG