Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Explosions de Tianjin : un an après, le paysage désolé d'immeubles dévastés n'a pas changé

une fenêtre brisée par les ondes de choc encadrent le site d'une explosion dans un entrepôt dans la municipalité de Tianjin au nord-est de la Chine , le 14 Août 2015.

Un an après les explosions meurtrières dans la ville chinoise de Tianjin, l'entrepreneur Qin Tao tente de redémarrer une vie normale: pas facile dans un quartier toujours constellé de fenêtres aux verres brisés et d'immeubles dévastés, dont les ex-occupants se battent toujours pour des aides de l'Etat.

Au moins 165 personnes sont décédées à la suite des gigantesques déflagrations survenues dans la nuit du 12 août 2015, parties d'un entrepôt où étaient stockées des centaines de tonnes de cyanure, dans le port de Tianjin, à 140 km de Pékin.

Les explosions avaient laissé un paysage de désolation, avec des bâtiments incendiés et des vitres brisées à quelque trois kilomètres à la ronde, outre une contamination des sols.

Un an plus tard, le quartier porte encore les stigmates: des tours ravagées restent en l'état sur un rayon d'un kilomètre, les fenêtres soufflées, le long d'avenues désertées.

Pourtant, "des officiels du quartier sont venus, prenant des notes et des photos, puis des responsables du district ont fait de même, puis la police et des gens de la municipalité", énumère M. Qin, entrepreneur de 36 ans. "Depuis, je n'ai plus entendu parler de rien, rien n'a été fait".

En ravageant une zone résidentielle habitée par la classe moyenne, l'accident de Tianjin avait traumatisé le pays. Les autorités avaient alors promis de convertir le lieu des explosions en parc et de rénover le quartier, au sein d'une zone de libre-échange expérimentale.

Le site d'où sont parties les déflagrations reste aujourd'hui inaccessible, entouré de palissades métalliques et surveillé par des patrouilles policières. Sur une autoroute surplombant les lieux, un fourgon de policiers d'élite stationne pour dissuader les curieux de s'arrêter.

Non loin de là, une école neuve demeure à l'abandon ; les magasins affichent devantures poussiéreuses et portes cadenassées, et seuls de rares groupes d'ouvriers migrants arpentent les rues.

-Rêve brisé-

Juste avant la catastrophe, Qin Tao se préparait à ouvrir sa firme de logistique --son "rêve"--. Mais les bureaux qu'il venait d'acheter dans la tour "Fortune World Trade Center", balayée par les déflagrations, ne valent plus grand chose.

Avec d'autres propriétaires de bureaux, il a participé en mai à une manifestation, déployant sur cinq étages de la tour d'immenses banderoles proclamant leur désarroi: "Injustice! Nous attendons une solution, quelle tragédie!".

La police était intervenue immédiatement --mais aucune réaction officielle n'a suivi.

"Je suis endetté jusqu'au cou, le gouvernement ne nous aide pas!", se désole M. Qin. "Je dois rembourser le prêt contracté pour acheter mes bureaux, alors que nous n'avons jamais commencé nos activités. Il n'y a rien à faire".

Les résidents d'un complexe résidentiel à 800 mètres seulement de l'épicentre des explosions se trouvent mieux lotis: soucieuses de rassurer, les autorités ont offert aux propriétaires de racheter leurs appartements ou de financer les réparations.

Mais les sommes sont très en-dessous de la valeur d'un appartement et insuffisantes pour rénover des logements en lambeaux et contaminés, s'insurge Mme Wei, une résidente.

"Le prix proposé ne suffit pas pour acheter un autre appartement ailleurs dans la ville", explique-t-elle à l'AFP. Beaucoup ont choisi d'accepter une compensation pour les réparations --mais ils devront encore en payer environ 90% de leur poche.

- 'Nous n'avons plus rien' -

Les entreprises dans les parages disent souffrir des répercussions. "Nos affaires se sont effondrées", commente M. Xuan, gérant d'une société dans le même immeuble que Qin. "Des entreprises comme la mienne, spécialisées dans la chimie, sont particulièrement affectées, les volumes (stockés) au port ont dégringolé".

Certes, l'impact économique reste circonscrit: seule une petite partie des infrastructures a été touchée, et le volume total de fret ayant transité par le port de Tianjin au premier semestre 2016 a bondi de 18% sur un an.

Mais les responsabilités du drame restent un sujet sensible. Selon l'agence officielle Chine nouvelle, la société logistique Rui Hai, propriétaire de l'entrepôt de produits chimiques, était contrôlée par le fils d'un ex-chef de la police du port et un ancien responsable du géant chimique public Sinochem.

Ces connexions avaient permis d'obtenir des autorisations en dépit d'entorses aux règles de sécurité.

"Nous avions essayé de construire quelque chose, mais aujourd'hui, nous n'avons plus rien", soupire Xuan. "Nous ne sommes responsables de rien dans cette catastrophe, mais nous payons les pots cassés".

Avec AFP

Toutes les actualités

Le tableau de Banksy parodiant les Nymphéas de Monet adjugé à 7,6 millions de livres

Une assistante de gallerie pose le tableau Nympheas de Claude Monet lors d'une photo-call pour la vente d'art à la maison de ventes Sotheby's à Londres le 18 juin 2014. REUTERS / Neil Hall

"Show me the Monet", le tableau de l'artiste urbain britannique Banksy parodiant les Nymphéas de Claude Monet, a été vendu mercredi à Londres 7,6 millions de livres (8,5 millions d'euros), a annoncé la maison d'enchères Sotheby's.

"Cinq collectionneurs déterminés" se sont disputés pendant près de neuf minutes d'enchères en ligne l'oeuvre, initialement estimée entre 3 et 5 millions de livres, avant que l'un deux ne la remporte pour 7,6 millions. C'est "le second plus haut prix jamais atteint" par une œuvre de Banksy dans des enchères.

Ce tableau datant de 2005 reprend l'une des célèbres œuvres du peintre impressionniste français montrant un pont japonais au dessus d'un bassin en fleurs, dans lequel trempent désormais aussi des plots de signalisation orange et un vieux caddy.

"Banksy met ici en lumière le mépris de la société pour l'environnement face aux excès gaspilleurs du consumérisme", a estimé dans un communiqué Alex Branczik, responsable européen de l'art contemporain chez Sotheby’s, qui voit en l'artiste originaire de Bristol un "visionnaire".

"Show me the Monet" fait partie d'une série de tableaux intitulée "Crude Oils" ("Peintures à l'huile vulgaires"), dans laquelle l'artiste s'est amusé à détourner de grands classiques de la peinture.

On y trouve ainsi une version des "Tournesols" de Van Gogh aux fleurs fanées, la Marilyn Monroe d'Andy Warhol détournée en Kate Moss ou encore le "Nighthawks" d'Edward Hopper où un homme en caleçon aux couleurs du drapeau britannique a caillassé la vitre du célèbre bar.

"Show me the Monet" n'a pas réussi à battre le record établi en 2019 par "Le Parlement des singes", qui s'était arraché à 9,9 millions de livres (11,1 millions d'euros) lors d'une précédente vente aux enchères à Sotheby's, pulvérisant l'estimation initiale de 1,5 à deux millions de livres (entre 1,7 et 2,25 millions d'euros).

Le pianiste américain Keith Jarrett, handicapé par des AVC, ne donnera plus de concerts

Pianiste à l'oeuvre.

Le pianiste américain de jazz Keith Jarrett ne pourra sans doute plus jamais se produire en concert, partiellement paralysé par deux AVC, explique-t-il dans un entretien publié mercredi par le New York Times.

"Mon côté gauche est toujours en partie paralysé", explique, pour la première fois, le musicien de 75 ans, après deux accidents vasculaires cérébraux intervenus en février et mai 2018.

"On me dit que le maximum que je pourrais récupérer de ma main gauche, c'est la capacité de tenir un verre", se désole-t-il.

Depuis, il ne s'est mis que de rares fois au piano, jouant de la main droite uniquement.

"Je ne sais pas à quoi est censé ressembler mon avenir", a-t-il confié au New York Times. "Je ne me considère pas comme un pianiste aujourd'hui."

Légende du jazz, Keith Jarrett a été à l'avant-garde du mouvement dès le début des années 60, et a collaboré avec des artistes de référence comme Miles Davis, Art Blakey ou Jack DeJohnette.

Son travail autour de l'improvisation l'a mené jusqu'à donner des concerts solo totalement improvisés, qui ont largement contribué à sa réputation de virtuose génial.

"J'ai le sentiment que je suis le John Coltrane des pianistes", a-t-il dit au New York Times, se plaçant au niveau du monstre du saxophone.

Ce qui sera peut-être le dernier concert de Keith Jarrett remonte à février 2017, au Carnegie Hall de New York.

S'il a enregistré plusieurs albums en studio, le natif d'Allentown (Pennsylvanie) est surtout connu pour ses concerts, son jeu au son limpide et ses mimiques, notamment sa tête exagérément penchée sur le piano.

"Aujourd'hui, je ne peux même pas en parler", dit-il au sujet de la possible fin de sa carrière scénique.

Le confinement et la distanciation sociale affectent le mental

Le confinement et la distanciation sociale affectent le mental
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Le Vatican soutient les unions civiles entre personnes de même sexe

Le pape François arrive à la salle Paul VI pour son audience générale hebdomadaire, se tenant à distance des fidèles en raison de la maladie du coronavirus, au Vatican, le 21 octobre 2020. (Reuters)

Le pape François a approuvé les unions civiles entre personnes de même sexe pour la première fois en tant que souverain pontife.

C’était lors d’une interview dans le cadre d’un documentaire intitulé "Francesco" (François en italien), qui a été présenté en première au Festival du film de Rome mercredi.

Le documentaire touche sur les questions qui lui tiennent le plus à cœur, notamment l'environnement, la pauvreté, la migration, l'inégalité raciale et de revenus, et la discrimination.

"Les homosexuels ont le droit d'être dans une famille. Ce sont des enfants de Dieu", a déclaré le pape François. "Ce qu'il nous faut, c'est une loi sur l'union civile ; de cette façon, ils sont légalement couverts", a-t-il ajouté.

Alors qu'il était archevêque de Buenos Aires, en Argentine, le pape actuel avait soutenu les unions civiles pour les couples homosexuels comme une alternative aux mariages entre personnes du même sexe.

Cependant, il ne s'était jamais prononcé publiquement en faveur des unions civiles en tant que pape.

Les autorités américaines ont lancé des poursuites contre Google

Les autorités américaines ont lancé des poursuites contre Google
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG