Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

L'Europe va-t-elle réussir à atterrir sur Mars ?

Suspense en vue! L'Europe va tenter de faire atterrir mercredi un module sur Mars, en pleine saison des tempêtes de poussières. Un exercice destiné à prouver sa capacité à déposer sain et sauf un engin sur la planète rouge treize ans après les mésaventures du petit Beagle 2.

Ce sera la première étape, technologique, d'ExoMars, une ambitieuse mission scientifique européano-russe en plusieurs volets, qui vise à rechercher des indices d'une vie actuelle et passée sur Mars.

Baptisé Schiaparelli, le petit atterrisseur "démonstrateur de technologie" sera largué dimanche par une sonde, TGO (Trace gas orbiter), à environ 175 millions de km de la Terre.

Si tout se passe bien, il doit se poser sur Mars trois jours après. Il est équipé d'une petite station météo mais sa vie ne durera que quelques jours car il fonctionne sur batterie uniquement.

"Notre but, c'est de montrer que nous pouvons nous poser à la surface (...) et enregistrer des données", souligne Mark McCaughrean, conseiller scientifique à l'ESA.

Simultanément, la sonde européano-russe se mettra en orbite autour de Mars avant de se mettre au travail début 2018.

Le rôle scientifique de TGO sera de "renifler" dans l'atmosphère des gaz à l'état de traces comme le méthane qui pourrait indiquer la présence d'une forme de vie actuelle sur la planète. "La sonde sera comme un grand nez dans l'espace", selon Jorge Vago, responsable scientifique d'ExoMars.

Le deuxième volet de la mission, désormais prévu en 2020, vise à faire atterrir un rover sur Mars. Il sera chargé de forer en profondeur le sol pour tenter de trouver des traces de vie passée.

TGO et l'atterrisseur, nommé Schiaparelli en honneur de l'astronome italien du XIXè siècle, ont été lancés il y a sept mois par une fusée russe Proton depuis Baïkonour (Kazakhstan). Le duo a parcouru depuis près de 500 millions de km.

Fin juillet, il a été mis sur une trajectoire de rencontre avec Mars. "Tout marche bien", déclare à l'AFP Michel Denis, directeur des opérations en vol d'ExoMars 2016.

- Neuf rétrofusées -

L'atterrissage sur Mars n'est pas chose facile et il pourrait être compliqué par la météo. La Nasa a prédit récemment que la planète rouge pourrait "très probablement" être frappée par une tempête de sable "globale" dans "les prochaines semaines ou mois" à venir.

"Nous savions que nous allions arriver pendant la saison des tempêtes de poussières et cela nous a amené à faire un design plus robuste pour Schiaparelli", dit à l'AFP Thierry Blancquaert, responsable de l'atterrisseur, qui se montre confiant.

Mais en cas de tempête, la caméra du module, qui doit prendre des images pendant la descente, risque de ne rien voir, reconnaît Michel Denis.

Jusqu'à présent, les Américains sont les seuls à avoir réussi à faire fonctionner des engins lancés sur Mars.

En ce qui concerne l'Europe, c'est la deuxième fois qu'elle tente de faire atterrir un module sur Mars.

Il y a treize ans, dans le cadre de la mission européenne Mars Express, les Britanniques avaient conçu un mini-atterrisseur baptisé Beagle 2. Largué par la sonde, il a bien atterri sur la planète mais il n'a jamais émis. Il a été localisé en 2015 grâce à des images de la sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter.

"L'impact final a dû être trop fort", estime Michel Denis en rappelant que Beagle 2 était muni seulement d'airbags pour ralentir sa descente.

Pour Schiaparelli, l'Agence spatiale européenne (ESA), qui s'était peu impliquée dans Beagle 2, a voulu s'y prendre autrement.

Le design de Schiaparelli, qui pèse 577 kilos au départ, a été très étudié. C'est une capsule de 2m40 de diamètre qui ressemble un peu à "une piscine gonflable pour bébé", dit Michel Denis.

"La partie inférieure du module est protégée par une structure écrasable en aluminium destinée à amortir le choc final", explique Thierry Blancquaert.

L'atterrisseur a été équipé de plusieurs dispositifs de freinage successifs. Un bouclier thermique le protègera lors de son entrée dans l'atmosphère martienne. Puis un parachute s'ouvrira. Enfin neuf rétrofusées seront allumées à environ 1 km de la surface. Les moteurs seront coupés à 1 ou 2 mètres du sol.

"C'est pour atténuer l'impact et s'assurer que rien ne se casse sur la plateforme, que nous avons rajouté la structure écrasable", explique Thierry Blancquaert.

Schiaparelli doit se poser sur la plaine équatoriale de Meridiani Planum, sur laquelle a déjà atterri en 2004 le rover américain Opportunity.

Avec AFP

Toutes les actualités

Moscou suit de près les élections présidentielles américaines

Moscou suit de près les élections présidentielles américaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

Minute Eco: Le Faso lance une plateforme pour les PME de sa diaspora

Minute Eco: Le Faso lance une plateforme pour les PME de sa diaspora
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Confinement dans certains pays européens à cause de la pandémie de covid-19

Confinement dans certains pays européens à cause de la pandémie de covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:18 0:00

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala à l'OMC

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala à l'OMC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

L'ouragan Zeta a touché terre près de La Nouvelle-Orléans, en Louisiane

Un panneau de campagne électorale se trouve dans un arbre alors que l'ouragan Zeta balaie la Nouvelle-Orléans, Louisiane, États-Unis, le 28 octobre 2020.

L'ouragan Zeta a touché terre mercredi après-midi près de La Nouvelle-Orléans,dans l'Etat américain de Louisiane, avec des vents allant jusqu'à 130 km/h, après avoir légèrement perdu en puissance, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Zeta, la 11e tempête portant un nom à frapper les Etats-Unis cette année, un record, a touché terre en temps qu'ouragan de catégorie 2 sur une échelle qui en compte 5 à environ 100 kilomètres au sud de la Nouvelle-Orléans.

Les effets de sept tempêtes ou ouragans se sont fait ressentir, à des degrés divers, en Louisiane, particulièrement affectée cette saison.

Une alerte ouragan a été émise et s'étend sur plus de 300 kilomètres de la ville de Morgan City en Louisiane, jusqu'à la frontière entre le Mississippi et l'Alabama. Des ordres d'évacuation obligatoire ont été émis dans certaines régions côtières.

Outre les vents et les fortes pluies attendues, le NHC a également mis en garde contre les dangers posés par la montée des eaux de la mer: une alerte à la submersion côtière est en place pour toute une partie du littoral, avec une houle attendue à plus de 3 mètres.

Les habitants de La Nouvelle-Orléans, rodés à l'exercice, bouclaient les préparatifs mercredi avant l'arrivée de Zeta: provisions stockées, en prévision des coupures d'eau ou d'électricité, et maisons protégées par des sacs de sable ou du contreplaqué.

"Pour les gens qui habitent ici, ça fait juste partie du fait de vivre ici", a expliqué à l'AFP, Geoff Wallace, 60 ans. "Ce qui a de bien avec celui-là, c'est qu'il bouge vite."

Zeta se déplace en effet à une vitesse de 40 km/h, ce qui diminue les risques d'inondation sur La Nouvelle-Orléans. Cette dernière reste encore traumatisée par le passage de l'ouragan Katrina en 2005 qui avait eu le temps d'inonder 80% de la ville et de provoquer environ 1.500 décès en Louisiane.

"Il semble assez clair maintenant que Zeta frappera directement La Nouvelle Orléans. Finissez de vous préparer ce matin", a tweeté dans la matinée la maire de la ville, LaToya Cantrell. "Assurez-vous que vous avez de l'eau, de la nourriture et des médicaments pour tous les membres de votre foyer."

Le gouverneur de Louisiane, John Bel Edwards a pour sa part appelé les gens à rester chez eux, ajoutant sur Twitter que si "aujourd'hui a été dur, nous continuons à subir Zeta, chacun doit rester à l'écoute des consignes locales et suivre les couvre-feux là où ils sont déclarés".

Lors d'une interview radio, le gouverneur a précisé que 500.000 foyers étaient déjà privés d'électricité, donc 78% de la Nouvelle-Orléans, où son emblématique quartier Français a été totalement déserté.

Certaines zones côtières, particulièrement touchés, ont déclaré le couvre-feu.

Le président Donald Trump a approuvé mardi soir la déclaration d'état d'urgence pour la Louisiane, permettant de débloquer des moyens fédéraux, a annoncé la Maison Blanche.

L'ouragan Zeta, qui s'était formé sur la mer des caraïbes, avait touché terre lundi soir dans les environs de Ciudad Chemuyil, dans l'Etat de Quintano Roo au Mexique. Son passage n'y a pas fait de victimes, selon son gouverneur. Il avait ensuite été rétrogradé en tempête tropicale avant de reprendre de la puissance et de toucher les Etats-Unis.

La saison des ouragans, qui n'est pas encore terminée, est particulièrement intense cette année. A cause de l'épuisement de la liste des noms latins prévus, les météorologues ont commencé à les identifier avec l'alphabet grec.

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus puissants, selon les scientifiques, qui prévoient une augmentation de la proportion de cyclones de catégorie 4 et 5, les plus destructrices.

Voir plus

XS
SM
MD
LG