Liens d'accessibilité

Enquête sur un ministre soupçonné de corruption en Tunisie


Des officiers de police garde un hotel à Sousse, Tunisie, le 27 juin 2015.

Le ministre tunisien de l'Energie, des mines et des énergies renouvelables, Khaled Kaddour, a comparu devant un juge chargé des affaires de corruption, a indiqué vendredi un responsable judiciaire.

"Khaled Kaddour a été présenté jeudi devant le pôle financier mais son avocat a demandé le report (de l'interrogatoire) pour préparer des éléments de défense. Il sera entendu par le juge le 4 décembre", a ajouté la même source.

Il est accusé de "corruption administrative et financière" au sein de son ministère, a-t-on encore précisé.

Contacté par l'AFP, le service de communication de la présidence du gouvernement a affirmé ne pas être au courant de cette affaire, assurant que le ministre était toujours en exercice.

A la tête du ministère de l'Energie depuis septembre 2017, M. Kaddour, 59 ans, était le PDG de la Société italo-tunisienne d'exploitation pétrolière (Sitep) de 2008 à 2011, avant de travailler aux Etats-Unis dans le domaine de l'énergie.

En août, un autre ministre du gouvernement de Youssef Chahed avait été contraint à démissionner à cause d'une condamnation par contumace à trois ans de prison dans un procès dont il avait indiqué ne pas avoir été informé.

Poursuivi pour le transfert d'une somme importante de devises du temps où il dirigeait une société d'intermédiation en bourse, Fadhel Abdelkéfi, ministre des Finances par intérim et ministre de l'Investissement, avait ensuite bénéficié d'un non-lieu.

Cette affaire intervient alors que M. Chahed assure poursuivre la guerre contre la corruption qu'il avait lancée en mai 2017.

Plusieurs hommes d'affaires et hauts responsables sont poursuivis par la justice dans le cadre de cette lutte anticorruption.

Lors d'un discours mardi au Parlement, M. Chahed avait assuré sa détermination à continuer cette guerre ajoutant qu'il y aurait d'autres arrestations.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG