Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Enquête sur une résidence pour personnes âgées après 31 décès au Québec

Calèches dans une rue du Vieux-Montréal, québec, Canada, 22 décembre 2019. (Photo AFP)

Les autorités québécoises ont lancé une enquête policière sur une résidence pour personnes âgées où 31 personnes sont décédées depuis le 13 mars.

"Je trouve que ce n'est pas acceptable la façon dont on traite nos ainés au Québec", a lancé samedi le Premier ministre François Legault, estimant qu'il y avait une "grosse négligence" de la part de cet établissement privé.

La résidence Herron qui se trouve à Dorval dans la banlieue de Montréal, compte 150 résidents. Sur les 31 décès, 5 au moins sont dus au coronavirus mais on ignore encore la cause des 26 autres, a précisé le Premier ministre.

Un premier résident a été transporté dans un hôpital le 26 mars. Il est décédé du coronavirus. Trois jours plus tard les services de santé de l'ouest de Montréal se sont rendus à la résidence Herron. Ils y ont constaté de "graves problèmes" et qu'une "bonne partie du personnel avait abandonné le centre", a expliqué M. Legault en indiquant que les services de santé y avaient alors envoyé du personnel.

Selon le Premier ministre, il n' y a "pas eu de collaboration" de la part de la direction de l'établissement et ce n'est que vendredi soir que les services de santé ont pu avoir accès aux dossiers des résidents et ont découvert le nombre de décès intervenus dans la résidence.

M. Legault a annoncé que les quarante résidences privées non conventionnées pour personnes âgées existant au Québec feraient l'objet de vérifications.

"On va commencer par gérer la crise mais quand elle sera sous contrôle je veux qu'on revoie toutes nos façons de faire dans les résidences pour personnes âgées. On doit ça à nos ainés de les soigner avec dignité", a ajouté le Premier ministre.

Toutes les actualités

Trump donne finalement le feu vert à la transition

Trump donne finalement le feu vert à la transition
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Les présidents américains ont souvent recours aux décrets

Les présidents américains ont souvent recours aux décrets
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:30 0:00

Le nouveau président du Pérou réforme la police et évince 15 généraux

Francisco Sagasti, président par intérim du Pérou, à Lima, le 16 novembre 2020 (AFP)

Le nouveau président du Pérou, Francisco Sagasti, a ordonné une réforme de la police, en a changé le dirigeant et évincé 15 généraux, en réponse à la répression violente de manifestations menée par le gouvernement antérieur.

"J’ai pris la décision de nommer le général César Augusto Cervantes nouveau commandant de la police", a annoncé lundi à la télévision le dirigeant par intérim du pays, le centriste Francisco Sagasti, six jours après avoir accédé au pouvoir en remplacement du gouvernement éphémère de Manuel Merino.

Le général Cervantes remplace le général Orlando Velasco, qui était à la tête de la police depuis le 7 août. Ce dernier n'avait pourtant pas été tenu responsable de la répression violente des manifestations de la mi-novembre, parce qu’il était en congé de maladie.

Quinze généraux de la police ont été mis à la retraite, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Ruben Vargas, à la radio RPP. "Nous voulons une police qui continue à défendre la démocratie, les droits fondamentaux, qui nous rende la sécurité", a commenté le ministre.

Une mission de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits humains s’est rendue à Lima pour obtenir des informations sur la répression policière des manifestations contre le précédent président, Manuel Merino, qui avait abouti à la mort de deux jeunes protestataires de 22 et 24 ans, le 14 novembre à Lima.

L’utilisation de fusils tirant des plombs de chasse et des billes de verre avait également fait une centaine de blessés dans la capitale. Des cas de sévices sexuels avaient été rapportés, sur des femmes détenues dans des postes de police.

Des enquêtes sont en cours pour établir les responsabilités.

Francisco Sagasti est devenu le 17 novembre le nouveau chef de l'Etat par intérim, avec la tâche de mettre fin à la profonde crise politique qui secoue ce pays sud-américain et de le conduire aux élections générales d'avril 2021.

Il est le troisième à occuper ce poste en un peu plus d'une semaine.
Le 9 novembre, les députés avaient voté la destitution du populaire président Martin Vizcarra (centre-droit) pour des soupçons de corruption lorsqu'il était gouverneur en 2014.

Le chef du Parlement, l'opposant Manuel Merino, avait pris les rênes du pays, provoquant la colère de milliers de manifestants qui dénonçaient ce qu'ils considéraient comme un "coup d'Etat" parlementaire.

Après cinq jours de manifestations violemment réprimées, M. Merino, lâché par la classe politique, avait finalement démissionné.

Décrets présidentiels: Biden, comme Trump, ne s'en privera pas

Décrets présidentiels: Biden, comme Trump, ne s'en privera pas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:16 0:00

Trump va gracier une dinde pour Thanksgiving

Trump va gracier une dinde pour Thanksgiving
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG