Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

En pleine impasse diplomatique, Moon relance l'idée d'une visite de Kim à Séoul

Le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un à Panmunjom à l'intérieur de la zone démilitarisée séparant les deux Corée, Corée du Sud, le 27 avril 2018. Korea Summit Press Pool / Pool via Reuters

Le président sud-coréen Moon Jae-in a appelé mardi à redoubler d'effort en matière diplomatique avec Pyongyang afin de permettre une visite à Séoul du leader nord-coréen Kim Jong Un, alors même que ce dernier vient de renoncer au moratoire sur les essais nucléaires.

Ce nouvel appel du chef d'Etat de centre-gauche, qui n'a jamais cessé de prôner le dialogue avec le Nord depuis son élection en 2017, intervient aussi moins d'une semaine après que M. Kim a menacé, lors d'une réunion du parti au pouvoir, de montrer au monde "une nouvelle arme stratégique".

Dans ses propos aux responsables de son parti, M. Kim n'a jamais mentionné la Corée du Sud. Depuis le fiasco diplomatique de son dernier sommet avec le président américain Donald Trump, à Hanoï en février, Pyongyang a multiplié les tirades contre le Sud, affirmant ne plus rien avoir à discuter avec son voisin.

Ce qui n'a pas empêché le président sud-coréen de tendre à nouveau la main au Nord mardi.

"J'espère que la Corée du Sud et la Corée du Nord pourront faire des efforts ensemble afin que soient réunies les conditions pour qu'ai lieu au plus tôt la visite réciproque du président Kim Jong Un", a-t-il déclaré lors de son discours de la nouvelle année.

L'invitation à venir à Séoul avait été adressée à M. Kim lors du dernier sommet intercoréen, en septembre 2018, quand M. Moon s'était rendu à Pyongyang, à une époque qui semble désormais très lointaine au cours de laquelle la péninsule vivait une exceptionnelle détente.

"J'ai la volonté de rencontrer de façon répétée (M. Kim) et de dialoguer sans relâche", a poursuivi M. Moon dans ce discours télévisé.

Il a aussi avancé l'idée de consultations avec Pyongyang pour présenter aux Jeux olympiques de Tokyo cet été une seule délégation coréenne en vue d'un défilé commun lors de la cérémonie d'ouverture.

C'est derrière un drapeau coréen représentant la péninsule en bleu sur fond blanc que les deux Corées avaient défilé conjointement en 2018 lors de l'ouverture des Jeux d'hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud. Une équipe coréenne unifiée avait participé au tournoi de hockey sur glace féminin.

Depuis ces JO, plusieurs équipes unifiées ont marché dans les pas des hockeyeuses, en judo, basketball ou handball.

L'idée d'une candidature commune à l'organisation des Jeux de 2032 avait même été avancée.

Mais voilà des mois que cette "diplomatie du sport" est également au point mort.

Avec AFP

Toutes les actualités

Covid-19: des cas de variant indien signalés en Afrique du Sud

Des agents de santé discutent près d'une ambulance sur le parking de l'hôpital académique Steve Biko à Pretoria, en Afrique du Sud, le 11 janvier 2021.

Quatre cas du variant dit indien du coronavirus ont été recensés en Afrique du Sud, a annoncé samedi le ministère de la Santé.

Ils ont été "détectés dans (les provinces de) Gauteng (deux cas) et de KwaZulu-Natal (deux cas) et tous sont récemment arrivés d'Inde", a expliqué le ministre de la Santé Zweli Mkhize dans un communiqué.

L'Afrique du Sud est au moins le quatrième pays du continent africain à avoir enregistré des cas de ce variant indien, le B.1.617.2, les autres étant le Kenya, l'Ouganda et le Maroc.

Elle est le pays africain le plus durement touché par le Covid-19 avec plus d'un million et demi de personnes contaminées - dont près de 55.000 sont mortes -, soit plus de 34% du nombre total des cas signalés en Afrique.

Le variant indien du coronavirus est plus contagieux et semble résister aux vaccins, contribuant à la flambée galopante de l'épidémie en Inde, a averti samedi la scientifique en chef de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) Soumya Swaminathan.

Samedi, 37 décès dus au Covid-19 ont été signalés en Afrique du Sud, portant le total de décès à 54 724, selon le quotidien Times Live. Sur les 1 594 817 cas de Covid-19 confirmés dans le pays, 1 514 088 personnes se sont rétablies, ce qui représente un taux de guérison de 95 %, précise le journal.

COVID-19 : Vers un accès équitable aux vaccins
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:00 0:00

Indonésie: le volcan Sinabung crache une colonne de cendres dans le ciel

Indonésie: le volcan Sinabung crache une colonne de cendres dans le ciel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

L'ex-président des Maldives opéré après avoir été blessé dans un attentat

L'ancien président des Maldives Mohamed Nasheed fait un discours à son retour d'exil aux Maldives, à Malé, le 18 novembre 2018.

L'ex-président des Maldives et actuel chef du Parlement, Mohamed Nasheed, a été opéré vendredi, alors que les autorités ont promis de traduire en justice les auteurs de l'attentat à la bombe qui l'a visé jeudi à Malé, la capitale.

Premier chef d'Etat démocratiquement élu dans l'archipel connu comme une destination touristique de luxe, le responsable de 53 ans a été grièvement blessé jeudi soir par l'explosion d'un engin accroché à une moto au moment où il s'apprêtait à monter dans sa voiture.

Il a subi trois opérations chirurgicales pour retirer des fragments de bombe dans ses poumons et son foie, selon les autorités.

Dans une allocution télévisée, le président Ibrahim Mohamed Solih a annoncé qu'une équipe de la police australienne arriverait samedi dans l'archipel pour aider les enquêteurs.

Il a dénoncé une attaque contre la démocratie, et promis que ses auteurs "seraient traduits en justice".

La police a précisé que l'aide de membres de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime avait également été demandée.

Elle a précisé que l'attaque de jeudi était considéré comme "un acte de terrorisme" et a lancé un appel au public pour toute information qui pourrait aider à en identifier les auteurs.

- "Nous sommes confiants" -

La clinique privée ADK où il a été admis a précisé que M. Nasheed devait subir une nouvelle opération. les médecins ont déconseillé son évacuation à l'étranger tant qu'un éclat de bombe logé dans son foie n'aura pas été retiré.

"Nous sommes confiants quant au fait qu'il va complètement se rétablir", a dit un membre de la famille de l'ancien président, en ajoutant que M. Nasheed était conscient et avait parlé avec les médecins au moment de son admission dans la clinique.

Un de ses gardes du corps et un ressortissant britannique ont également été hospitalisés.

Les messages de soutien se sont multipliés en provenance d'Inde, du Pakistan ou du Sri Lanka, ainsi que de plusieurs pays occidentaux qui ont souvent soutenu par le passé le combat de M. Nasheed pour la démocratie, mais aussi son engagement pour l'environnement.

L'explosion est survenue peu avant avant l'entrée en vigueur d'un couvre-feu nocturne dans la capitale, dans le cadre des restrictions sanitaires pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Les autorités ont indiqué que la bombe artisanale aurait été accrochée à une moto garée dans une allée étroite menant au domicile de M. Nasheed.

"Les attentats lâches comme celui-ci n'ont pas leur place dans notre société", a déclaré dans un tweet le ministre des Affaires étrangères Abdulla Shahid.

- Campagne anticorruption -

Avec 340.000 habitants, des musulmans sunnites, les Maldives sont connues comme une destination touristique de luxe, mais l'archipel est aussi la proie d'une instabilité politique récurrente.

L'attentat n'a pas été revendiqué. Mais des responsables proches du Parti démocratique des Maldives (PDM) de M. Nasheed ont dit soupçonner des gens opposés à sa campagne anticorruption.

Ce dernier a déclaré son intention de lancer une enquête sur le détournement de 90 millions de dollars de l'Autorité de promotion du tourisme pendant la présidence d'Abdulla Yameen.

"Des islamistes pourraient avoir collaboré avec des éléments politiques menacés par la campagne anticorruption de Nasheed", a déclaré à l'AFP une source au sein du PDM.

Le gouvernement s'est attaqué ces dernières années à l'extrémisme, et les prédicateurs étrangers ne sont pas autorisés aux Maldives. Les attentats sont rares. En 2007, une dizaine de touristes étrangers avaient été blessés par une bombe à Malé.

L'année dernière, le groupe Etat islamique avait revendiqué un attentat, mais rien ne permet d'affirmer que cette organisation est présente dans l'archipel.

Mohamed Nasheed est devenu le premier président démocratiquement élu des Maldives lors du premier scrutin multipartite en 2008.

Il a été renversé par un coup d'Etat en 2012 et condamné à 13 ans de prison en 2015 pour des accusations de terrorisme, un verdict dénoncé par les organisations des droits de l'homme comme politiquement motivé.

Autorisé à sortir de prison pour suivre un traitement médical, Mohamed Nasheed s'est exilé en Grande-Bretagne mais a regagné son pays en 2018.

Il est devenu président du Parlement, deuxième plus haute fonction dans la hiérarchie de l'Etat, après les élections de 2019.

Afghanistan: Anxiété face au retrait des forces étrangères

Afghanistan: Anxiété face au retrait des forces étrangères
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:00 0:00

L’Inde continue d'être ravagée par la pandémie de Covid-19.

L’Inde continue d'être ravagée par la pandémie de Covid-19.
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:10 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG