Liens d'accessibilité

En images: le Massacre du 28 septembre en Guinée

Ce jour-là, plus de 150 manifestants pacifiques avait été tués par les forces de défense et de sécurité et plus de 100 femmes avaient été violées.Sept ans après, l’enquête est toujours en cours et les associations réclament la tenue d’un procès en 2017.
Voir plus

L'ancien chef de la junte guinéenne est entendu par des juges guinéens à Ouagadougou, où il vit en exil depuis 2010, à Conakry.
1

L'ancien chef de la junte guinéenne est entendu par des juges guinéens à Ouagadougou, où il vit en exil depuis 2010, à Conakry.

La foule s'échappe du stade à Conakry, le 28 septembre 2009.
2

La foule s'échappe du stade à Conakry, le 28 septembre 2009.

Le capitaine Moussa Dadis Camara, chef de la junte au pouvoir, le 2 octobre 2009 à Conakry.
3

Le capitaine Moussa Dadis Camara, chef de la junte au pouvoir, le 2 octobre 2009 à Conakry.

Arrestation d'un manifestant en marge du rassemblement organisé au stade de Conakry, le 28 septembre 2009.
4

Arrestation d'un manifestant en marge du rassemblement organisé au stade de Conakry, le 28 septembre 2009.

Une anonyme photographiée au stade national, où elle retournait pour la première fois depuis son arrestation par les forces de sécurité le 28 septembre 2009. Crédit FIDH/Tommy Trenchard
5

Une anonyme photographiée au stade national, où elle retournait pour la première fois depuis son arrestation par les forces de sécurité le 28 septembre 2009. Crédit FIDH/Tommy Trenchard

Ibrahima Diallo, photographié au stade national où il a été piétiné en essayant de s’échapper pendant le massacre du 28 septembre 2009. Crédit FIDH/Tommy Trenchard
6

Ibrahima Diallo, photographié au stade national où il a été piétiné en essayant de s’échapper pendant le massacre du 28 septembre 2009. Crédit FIDH/Tommy Trenchard

Abdoulaye Diallo au stade national où il a été blessé par balles par les forces de sécurité le 28 septembre 2009. Crédit FIDH/Tommy Trenchard
7

Abdoulaye Diallo au stade national où il a été blessé par balles par les forces de sécurité le 28 septembre 2009. Crédit FIDH/Tommy Trenchard

Thierno Maadjou Sow aux portes du stade national où il a été frappé jusqu’à perdre connaissance et a eu sa jambe cassée pendant le massacre du 28 septembre 2009. Crédit FIDH/Tommy Trenchard
8

Thierno Maadjou Sow aux portes du stade national où il a été frappé jusqu’à perdre connaissance et a eu sa jambe cassée pendant le massacre du 28 septembre 2009. Crédit FIDH/Tommy Trenchard

Mamaissata Camara, à l’extérieur de la maison où elle vivait avec sa soeur Habibatou Camara au moment des événements du 28 septembre 2009, violées au stade national.
9

Mamaissata Camara, à l’extérieur de la maison où elle vivait avec sa soeur Habibatou Camara au moment des événements du 28 septembre 2009, violées au stade national.

Mamadou Taslima Diallo à l’entrée du stade national où il a été frappé par la police le 28 septembre 2009.
10

Mamadou Taslima Diallo à l’entrée du stade national où il a été frappé par la police le 28 septembre 2009.

XS
SM
MD
LG