Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Election de Weah, grande première et fierté pour le monde du football

George Weah inscrivant un but lors de son jubilé de fin de carrière de footballeur à Marseille, France 2005

Unique joueur africain à avoir décroché le prestigieux Ballon d'or en 1995, il est désormais la première star du football à devenir chef d'Etat: George Weah, élu à la tête du Liberia, a aussitôt reçu des messages de félicitations d'un monde du foot plein de fierté.


Plusieurs vedettes du football africain ont salué sa victoire, dont l'Ivoirien Didier Drogba, qui a échangé quelques mots avec le président nouvellement élu, sur le réseau social Twitter.

"Félicitations Mr. George", a écrit Drogba, ex-gloire de Chelsea et de la sélection ivoirienne. "Merci Didier de ton soutien, nous sommes tous les deux soucieux et conscients du destin de nos peuples. Suivons le même chemin...", lui a répondu son aîné, âgé de 51 ans.

"Félicitations président Weah !!", a également applaudi Yaya Touré, le milieu de terrain ivoirien de Manchester City.

Le Camerounais Stéphane Mbia, ex-milieu de Marseille, a félicité Weah pour sa "superbe carrière". "Premier Africain Ballon d'or en 1995, premier joueur retraité à devenir président de la République. Respect ! ".

Weah, élu avec 61,5% des suffrages après deux tentatives infructueuses en 2005 et 2011, a aussi été congratulé par les clubs où il a brillé: Monaco, le PSG et le Milan AC.

A Monaco, où l'attaquant a fait ses premiers pas en championnat de France de 1988 à 1992, "l'ensemble du club félicite George Weah pour son élection à la présidence du Liberia et lui adresse tous ses voeux de réussite à la tête de son pays !".

Au PSG, où le buteur s'est offert deux Coupes de France (1993 et 1995), un titre de champion (1994) et a brillé en Coupes d'Europe, on savoure tout autant. "Nous connaissions George Weah bien avant qu'il ne devienne président élu du Liberia. Félicitations à la légende du PSG et du football mondial pour ce nouveau chapitre dans sa brillante carrière !!!", souligne Paris sur son compte Twitter en anglais.

- Un modèle pour d'autres joueurs ? -

"Félicitations à la légende des Rouge et Noir (les couleurs du club, ndlr) George Weah qui est devenu le nouveau président du Liberia", lance de son côté l'AC Milan, avec lequel le Ballon d'Or 1995 a joué plus de quatre saisons, avec deux titres de champion d'Italie à la clé en 1996 et 1999.

Le futur président libérien va-t-il faire des émules dans le monde du football ? Il est en tout cas sa première star à devenir chef d'Etat, malgré les nombreux liens entre ballon rond et politique.

Comme lui, d'autres joueurs se sont lancés dans une carrière politique. Récemment, le Géorgien Kakha Kaladze, défenseur phare du Milan AC, a été élu maire de Tbilissi, la capitale, après avoir été ministre de l'Energie.

Au Brésil, les passerelles entre foot et politique sont nombreuses: l'ex-attaquant vedette Romario exerce par exemple un mandat de sénateur depuis 2015.

Mais parvenir à passer des terrains au sommet de l'Etat était jusqu'ici réservé aux puissants dirigeants de clubs, autant hommes d'affaires qu'amateurs de football. Ce fut le cas de l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi (ex président de l'AC Milan) en Italie ou de l'actuel président argentin Mauricio Macri, qui dirigea le club de Boca Juniors.

George Weah, enfant des bidonvilles de Monrovia, vient donc de créer un précédent comme il le fit en 1995 avec le Ballon d'Or, le premier attribué à un joueur africain, et le seul jusqu'ici.


Avec AFP

Toutes les actualités

Finale de la CAN 2019

Finale de la CAN 2019
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:12:16 0:00

Le HCR préocupé par l'urgence de la situation

Le HCR préocupé par l'urgence de la situation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

"Eau de naissance" une ode au courage des réfugiés soudanais

"Eau de naissance" une ode au courage des réfugiés soudanais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Les arbres Gao à la ressources des forêts

Les arbres Gao à la ressources des forêts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Deux élus congolais condamnés à 20 et 10 ans de prison pour meurtres

Un combattant de la Force de résistance patriotique pour la milice d'Ituri (FRPI), le 28 juillet 2006, près de Tchei, dans le sud de l'Ituri.

Un député provincial et un député national ont été condamnés à respectivement 20 et 10 ans de prison dans deux affaires de meurtres cette semaine dans l'est de la République démocratique du Congo, par ailleurs toujours victime de la violence des groupes armés.

Le député provincial de l'Ituri, Didier Boyoko, a été condamné le 16 juillet à 20 ans de prison par un tribunal militaire à Bunia, ont rapporté les médias congolais. Il était poursuivi avec 13 complices pour le meurtre de deux personnes dont un ressortissant chinois.

Le député provincial "figurait parmi les 14 personnes - dont des militaires - poursuivies dans l'attaque contre un convoi d'exploitants d'or chinois, le 17 juin", a rapporté la radio Top Congo.

Son procès avait commencé en public, en plein air, en plein centre de Bunia le 19 juin, avait rapporté l'AFP.

De son côté, le député national Luc Mulimbalimba a été condamné le 18 juillet à dix ans de prison pour le meurtre d'un civil mi-juin par la Haute cour militaire à Bukavu, a rapporté un correspondant de l'AFP présent à l'audience.

L'auteur matériel du crime, un militaire commis à sa garde, a été condamné à perpétuité.

L'impunité des élus et des élites a souvent été dénoncée dans l'est de la République démocratique du Congo, où des dizaines de groupes armés perturbent la vie des civils.

Près de Beni dans la province du Nord-Kivu, trois civils ont été tués jeudi alors qu'ils travaillaient aux champs, ont rapporté vendredi plusieurs sources.

"Ces trois personnes tuées à la machette allaient chercher à manger pour leur famille", a indiqué l'administrateur de territoire de Beni (responsable local), Donat kibwana, à un correspondant de l'AFP.

Les autorités attribuent comme d'habitude ces trois meurtres aux miliciens des Forces démocratiques alliées (ADF).

Historiquement des rebelles musulmans ougandais, les ADF sont les responsables présumés du massacre de centaines de civils dans la région de Beni depuis octobre 2014.

Voir plus

XS
SM
MD
LG