Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

Elèves voilées au Sénégal : au moins quatre interpellations devant une école catholique

Des enfants à l'école du soir à Dakar au Sénégal le 16 janvier 2019.

Au moins quatre personnes ont été interpellées mercredi à Dakar au moment où elles manifestaient contre l'interdiction du port du voile décrétée par une école catholique, une décision fustigée par des parents d'élèves et des responsables politiques et religieux musulmans.

Le père d'une élève et quatre militants de l'association "Nittu dëgg" (Des hommes véridiques, en wolof), qui milite pour la "restauration des valeurs", a indiqué à l'AFP le militant Guy Marius Sagna, figure de proue de l'organisation "Frapp-France Dégage" (Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine), à laquelle Nittu dëgg est affiliée.

"Au moins quatre personnes ont été arrêtées ce matin" devant l'Institution Sainte-Jeanne-d'Arc, a dit à l'AFP une source policière.

Entrée en vigueur début septembre, le nouveau règlement de cette école fréquentée par les enfants de familles aisées, stipule que la "tenue autorisée" se composera dorénavant "de l'uniforme habituel, avec une tête découverte, aussi bien pour les filles que les garçons".

Depuis le 4 septembre, une dizaine d'élèves portant le voile, sur quelque 1.700 inscrits, n'ont pas été autorisées à suivre les cours par la direction de l'école, fondée en 1939 par la Congrégation des Soeurs de Saint-Joseph de Cluny, basée en France.

La mesure a provoqué une vive polémique au Sénégal, république officiellement "laïque" - mais dont plus de 90% de la population est musulmane - réputée par sa tolérance religieuse.

Alors que certains soulignaient dans la presse et sur les réseaux sociaux que l'école avait le droit de mettre en oeuvre son règlement et que les parents insatisfaits pouvaient choisir un autre établissement, d'autres insistaient sur l'obligation pour les écoles reconnues par l'Etat de ne pas interférer avec les convictions religieuses des élèves.

Un ministre-conseiller du chef de l'Etat Macky Sall, Moustapha Diakhaté, a prôné lundi l'application stricte de la loi républicaine. "Le ministre de l'Education dispose de deux leviers: placer l'école sous délégation spéciale ou retirer son agrément", a-t-il écrit sur sa page Facebook personnelle.

Un leader religieux très influent, le khalife général des tidianes, l'une des confréries soufies les plus puissantes du pays, Serigne Mbaye Sy Mansou, a réclamé une intervention de l'Assemblée nationale. Estimant que le Sénégal "n'est pas un pays laïque", le chef de file des file des tidianes juge que "cette école n'a aucun respect pour ce pays".

Les Sénégalaises sortent généralement en rue tête nue, coiffées d'une perruque à la mode ou d'un foulard aux couleurs éclatantes, assorties à leurs boubous ou robes traditionnelles.

Le hijab, qui ne laisse voir que l'ovale du visage et dont l'usage est courant dans le monde musulman, reste marginal au Sénégal, où il est porté par des Sénégalaises aux pratiques religieuses rigoristes et par des étrangères.

Toutes les actualités

Le Sénégal en avance pour la part de l'éolien dans son mix énergétique

Des techniciens sur un site de production d'énergie photovoltaïque à Bokhol, au Sénégal, le 22 octobre 2016. C’était l’un des plus grands projets d'énergie solaire d'Afrique subsaharienne. (Photo de SEYLLOU / AFP)

L'éolien devrait représenter plus tôt que prévu une part significative du mix énergétique du Sénégal, avec la production à plein régime prévue en mai du premier parc de turbines à dimension industrielle du pays, a-t-on appris lundi auprès de l'entreprise qui mène le projet.

Le parc éolien de Taïba Ndiaye (ouest), présenté par ses promoteurs comme le plus grand projet du genre en Afrique de l'Ouest, a été officiellement inauguré lundi par le président sénégalais Macky Sall. En réalité, 16 éoliennes injectent déjà depuis décembre 50 mégawatts dans le réseau national de la société nationale d'électricité, la Senelec, a-t-on appris auprès de l'entreprise britannique Lekela.

A terme, 158,7 mégawatts seront livrés par 46 turbines s'élevant jusqu'à 180 mètres de haut, l'équivalent d'un immeuble de 60 étages, dans cette zone rurale proche de l'Atlantique.

Or le projet est en avance sur le calendrier "et la totalité des 158 mégawatts sera sur le réseau au mois de mai", a affirmé dans un message transmis à l'AFP le directeur général de Lekela Senegal, Massaer Cissé. En octobre, Lekela se fixait 2020 pour horizon.

Le président sénégalais a présenté le parc comme un moyen d'atteindre l'objectif de fournir l'électricité à tous dans le pays et de combattre le réchauffement climatique.

Taïba Ndiaye "permettra d'éviter le rejet de 300.000 tonnes de gaz carbonique par an. Avec la dynamique que nous avons lancée depuis 2014, nous en sommes désormais à 22% d'énergie renouvelable disponible sur l'ensemble de notre réseau national", a-t-il déclaré.

Le parc alimentera avec 450.000 mégawatts par an près de deux millions de Sénégalais, sur une population de 15 millions. M. Sall a évoqué la possibilité d'un nouveau contrat pour augmenter encore ces capacités.

Le développement énergétique est un chapitre capital du Plan Sénégal Emergent (PSE) élaboré par le pouvoir et qui vise à transformer l'économie du pays en croissance pour le mettre sur la voie de l'émergence d'ici à 2025.

Dans un pays où la pauvreté affecte environ 40% de la population, la part de ceux qui ont accès à l'électricité est chiffrée à plus de 60%, mais avec une forte disparité aux dépens des campagnes. Le pouvoir compte élargir l'accès à une électricité bon marché, augmenter les capacités de production et rééquilibrer le mix, où le pétrole et le charbon importés prédominent lourdement.

Avec son ensoleillement et plus de 500 km de côte, le Sénégal dispose d'un potentiel d'énergie propre appréciable. Avec le fonctionnement à plein régime de Taïba Ndiaye, l'éolien représentera la moitié de l'énergie renouvelable disponible au Sénégal, à côté du solaire.

Lekela a par ailleurs des projets éoliens en opération en Afrique du Sud, et à différents stades d'avancement, également en Afrique du Sud en Egypte et au Ghana.

La longue marche de l’Afrique vers l'autosuffisance alimentaire

Deux agriculteurs éthiopiens collectent du blé dans leur champ à Abay, au nord de la capitale éthiopienne d'Addis-Abeba, le 21 octobre 2009. (REUTERS/Barry Malone)

Au Sénégal, où les premières livraisons de cacahuètes ont été raflées par des importateurs chinois, les producteurs locaux ont bénéficié d’une meilleure offre de prix de la part des négociants asiatiques, tandis que les huiliers du terroir se sont retrouvés à court d’arachide.

Et pour cause. Les acheteurs chinois proposent 300 FCFA par kilo de cacahuètes en coque, tandis que les huileries sénégalaises offrent environ 200 FCFA. Les Chinois sont accusés de concurrence déloyale et il est reproché au gouvernement de faire profiter les commerçants chinois des fruits d'une récolte subventionnée par le contribuable sénégalais.

Les exportations ont doublé en cinq ans pour passer à 200.000 tonnes en 2019. La Chine estime que sa demande favorise le développement agricole local, et affirme, en qualité de premier importateur des cacahuètes sénégalaises, participer à la création de richesses.

Quatre huileries, dont la Société Nationale de Commercialisation des Oléagineux (Sonacos), se retrouvent dans une position inédite… à cours de cacahuètes dans le pays des arachides. Par conséquent, près de 2.000 emplois seraient menacés. Déjà, la Sonacos s'est séparée de centaines de saisonniers et a annulé de nombreux recrutements.

Pour le gouvernement, il n'y a pas lieu de s'alarmer. « Il y a un million de producteurs qui sont contents », a déclaré le ministre sénégalais de l'agriculture, Moussa Baldé.

Dans le même temps, le Nigeria se débat sur une autre denrée de première nécessité, le riz, dont le prix a plus que doublé suite à la fermeture des frontières le 20 août dernier pour lutter contre les exportations illicites. Sur le grand marché de Garki à Abuja, le sac de riz est passé de 8.000 à 16.000 nairas, jusqu’à 19.000 dans certains cas, constate le correspondant de VOA Afrique, Gilbert Tamba.

Prix exhorbitant du riz au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:41 0:00

En Afrique Centrale, le Gabon, qui importe aussi une grande quantité de riz asiatique, soutient des initiatives privées, comme le projet rizicole du Dr Yonnelle Moukoumbi Déa en banlieue de Libreville. L’objectif consiste à mettre au point des semences adaptées au climat local et résistant à la maladie.

Par ailleurs, l'initiative « Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés » (GRAINE), un partenariat public-privé lancé en 2014 pour booster la production locale, a retenu 30 variétés de riz sur 121 testées.

Dans la province du Haut-Katanga en République démocratique du Congo, c'est par le maïs qu'on compte atteindre l'autosuffisance alimentaire. Selon les producteurs locaux, il faut plus de 15.000 hectares pour faire face au déficit alimentaire dans la province, qui importe notamment cette graminée de la Zambie voisine. En octobre 2019, le gouvernement provincial a indiqué vouloir atteindre l’autosuffisance et limiter les importations, ce qui a fait flamber les prix sur les marchés.

Ailleurs en Afrique, certains pays ont recours à la technologie pour combler les lacunes et accroître la productivité agricole.

C'est le cas au Zimbabwe, où les autorités encouragent la pratique de l'insémination artificielle dans l'élevage du bétail. L'objectif visé est de mettre de meilleures races à la disposition des agriculteurs à un coût abordable.

Au Kenya, pionnier du numérique, des investisseurs privés ont recours à la technologie pour offrir des prêts aux petits exploitants en vue d'accroitre leur rendement.

« L’Afrique dispose d’assez de ressources pour passer du statut d’importateur à celui d’exportateur de nourriture », avait déclaré en septembre 2017 la présidente de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (Agra), Agnès Kalibata, lors d'un forum à Abidjan.

Un constat éclairé, qui n’en nécessite pas moins des efforts colossaux pour rendre cette vérité efficiente.

L'arachide pose un dilemme au Sénégal

L'arachide pose un dilemme au Sénégal
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:44 0:00

L’arachide, un pilier de l’économie du Sénégal

L’arachide, un pilier de l’économie du Sénégal
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

A Dakar, la hausse des loyers fragilise les familles les plus pauvres

Scène de rue à Dakar, Sénégal, le 15 juin 2016. (R. Shryock/VOA)

Sous la pression conjuguée d'une très forte croissance démographique, de l'exode rural et de la présence dans un pays réputé pour sa stabilité politique de nombreuses organisations internationales, Dakar s'est hérissée de grues et les loyers se sont envolés.

Après des mois d'allers-retours au commissariat, de menaces de son propriétaire et de vaines procédures judiciaires, Djibril Diagne a dû constater que l'eau avait été coupée dans son appartement de la banlieue de Dakar.

L'histoire de M. Diagne et de sa famille fait écho à celle de milliers de locataires précaires que les propriétaires tentent d'expulser pour ensuite augmenter leurs loyers.

Depuis le 1er janvier, cet électricien sénégalais de 64 ans, sa seconde épouse et leurs cinq enfants se servent aux robinets municipaux pour se laver et faire la cuisine. Mais ils ne veulent pas quitter cet appartement plutôt vaste, bien que sombre, situé à une quinzaine de kilomètres du centre de la capitale sénégalaise.

Les locataires d'en bas et ceux d'en haut sont déjà partis, soupire le père de famille, assis dans le salon défraichi de son logement, niché dans cette banlieue populaire où les charrettes tirées par des chevaux croisent sur des routes en sable les ouvriers d'un chantier voisin.

Implantée sur une étroite péninsule de 550 km2 (0,3% du territoire national), Dakar abrite 3,7 millions d'habitants, soit près du quart de la population sénégalaise, estimée à 16 millions d'habitants.

Sous la pression conjuguée d'une très forte croissance démographique, de l'exode rural et de la présence dans un pays réputé pour sa stabilité politique de nombreuses organisations internationales, Dakar s'est hérissée de grues et les loyers se sont envolés. Il manque 150.000 logements rien qu'à Dakar, selon le gouvernement.

Dans la grande banlieue, désormais reliée par une autoroute au centre-ville et à la ville nouvelle de Diamniadio, ainsi qu'au nouvel aéroport international Blaise Diagne, une maison qui se louait en moyenne 70.000 francs CFA (105 euros) il y a trois ans en vaut maintenant 150.000 FCFA (225 euros), selon des habitants, alors que le salaire minimum au Sénégal est d'environ 75 euros.

Entre 1994 et 2010, la hausse des loyers dans la capitale a été de 115%, selon les dernières statistiques disponibles de l'Agence nationale de la statistique et de la démographie, (ANSD), qui reconnaît que les plaintes de locataires sont devenues monnaie courante.

- 'Une loi universellement ignorée' -

En 2014, le Parlement sénégalais a adopté une loi pour alléger les charges des locataires les pauvres, premiers touchés par cette hausse des prix. Le texte mettait en place une réduction obligatoire de 29% des loyers inférieurs à 150.000 francs CFA (227 euros).

Mais elle n'a pas été suivie de l'effet escompté.

Car pour contourner cette règle, "les propriétaires expulsent leurs locataires en affirmant qu'ils occuperont eux-mêmes leurs appartements, puis ils les remettent en location à des prix plus élevés", se désole le président de l'Association de défense des locataires du Sénégal, Elimane Sall. "La demande est supérieure à l'offre et les gens en profitent", soupire cet instituteur.

Non seulement les dispositions de la loi sont "universellement ignorées", selon des experts interrogés par l'AFP, mais elles n'ont fait qu'aggraver la situation, estime l'avocat d'affaires Bassirou Sakho, qui qualifie "d'astronomique" le nombre d'expulsions dont il a eu connaissance.

Comme dans le cas de la famille Diagne, certains propriétaires n'hésitent pas adopter des techniques abusives pour faire partir leurs locataires, comme les priver d'eau, dit l'avocat.

De novembre 2018 à octobre 2019, le tribunal de Dakar a prononcé 5.079 avis d'expulsion, contre 463 avis contraires, selon des documents obtenus par l'AFP.

- 'Plus de logements sociaux' -

En justice, les locataires ont peu de chances de gagner, car de nombreux baux sont informels. Et beaucoup renoncent à se présenter devant les tribunaux, comme Pape Moussa Wade, 43, qui avait reçu en janvier une convocation après avoir refusé une augmentation de 20% de son loyer.

Pour éviter d'onéreux frais de justice, il s'est résolu à quitter son appartement sans attendre le jugement. "Les gens n'en ont rien à foutre des lois... Ils font comme ils veulent", peste M. Wade, qui en tant qu'agent immobilier peut pourtant se prévaloir d'une bonne connaissance des règles du marché.

"Nous travaillons pour faire en sorte que les gens n'aient aucun problème pour accéder à un logement décent", a déclaré en décembre devant les députés le ministre de l'Urbanisme, Abdou Karim Fofana. Sollicité par l'AFP, le ministre s'est refusé à tout commentaire supplémentaire.

Les abus vont dans les deux sens, souligne pour sa part un ex-diplomate sénégalais, Ababacar Diop. Il explique qu'un de ses anciens locataires, un mécanicien, avait signé un bail pour un loyer de 100.000 francs CFA (150 euros) mais qu'après avoir payé une caution et emménagé, il n'avait plus versé un sous.

"Que faire? Je suis allé au tribunal, j'ai gagné", explique M. Diop, pour qui la solution passe par la construction de plus de logements sociaux. Le gouvernement prévoit d'en construire 100.000 en cinq ans dans le pays, dont une partie dans la région de Dakar.


Voir plus

XS
SM
MD
LG