Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Dix-huit personnes blessées par une nouvelle frappe israélienne

Une explosion a été observée lors d'une frappe aérienne israélienne dans la ville de Gaza, le 8 août 2018.

Au moins 18 Palestiniens ont été blessés jeudi dans la ville de Gaza par une frappe de l'armée israélienne qui a repris ses attaques après une pause de quelques heures dans les hostilités engagées la veille.

Le mouvement islamiste Hamas qui dirige la bande de Gaza et ses alliés avaient décidé de faire taire les armes jeudi après un barrage de roquettes contre Israël, dont la lourde riposte aérienne contre des dizaines de cibles a coûté la vie à une Palestinienne enceinte et son bébé et fait craindre une nouvelle confrontation ouverte dans le territoire.

Un calme précaire s'était instauré dans l'après-midi dans le territoire et sur ses pourtours israéliens à la suite de l'annonce par les groupes armés palestiniens qu'ils considéraient "cet épisode d'escalade comme terminé".

>> Lire aussi : Israël bloque la fourniture de carburant à Gaza au risque de provoquer des affrontements

Mais cette accalmie a été remise en cause quand une roquette a atterri près de Beer-Sheva, à une quarantaine de kilomètres de Gaza.

L'engin n'a pas fait de dégât ni de victime, mais ressemblait fort à un avertissement lancé à Israël. Selon les médias israéliens, c'est la première fois en effet depuis la guerre de 2014 qu'une roquette est envoyée à une telle distance, et non pas à proximité immédiate de Gaza.

En apparentes représailles, des témoins palestiniens ont rapporté trois nouvelles frappes israéliennes en fin d'après-midi.

Aucune victime n'a été rapportée, mais le centre de la ville de Gaza a ensuite été secoué par une forte explosion dégageant une épaisse fumée noire.

Au moins 18 Palestiniens ont été blessés par ce que le ministère gazaoui de la Santé a présenté comme une frappe israélienne. La frappe a atteint un bâtiment abritant un centre culturel et d'autres bureaux, a rapporté un journaliste de l'AFP.

Le centre culturel Saïd Meshal a indiqué sur sa page Facebook que ses bureaux avaient été détruits et précisé que la bâtisse abritait aussi les locaux de la communauté égyptienne de Gaza.

Il n'était pas possible de savoir jeudi soir si ces frappes annonçaient un nouvel accès de fièvre et une riposte du Hamas.

Mais une quatrième guerre dans la bande de Gaza depuis 2008 continue à menacer. L'issue de discussions indirectes engagées par Israël et le Hamas avec l'entremise de l'Egypte et de l'ONU pour dissiper ce spectre et tenter d'établir une trêve durable est plus incertaine que jamais.

Avant l'annonce de l'arrêt des tirs, les environs israéliens de Gaza ont essuyé entre mercredi soir et jeudi plus de 180 tirs de roquettes et de mortier, auxquels l'aviation israélienne a riposté en frappant plus de 150 sites militaires du Hamas, selon des chiffres fournis par l'armée israélienne.

Le territoire reclus, appauvri et coincé entre Israël, l'Egypte et la Méditerranée, a résonné des frappes israéliennes pendant des heures, d'imposants panaches de fumée et des boules de feu s'élevant dans les airs.

Trois Palestiniens, dont une femme enceinte de 23 ans, Enas Khammash, et sa fille Bayan de 18 mois, ont été tués dans ces raids. Le troisième Palestinien tué a été identifié par le Hamas comme appartenant à sa branche armée.

Abdullah Khammash, 31 ans, un cousin de la femme et de l'enfant tuées, a interpellé à distance le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman.

"Je dis à Lieberman: +Venez voir vous-mêmes les dégâts. Qu'est-ce que cette petite fille avait fait de mal?", s'est-il ému. La famille n'a aucun lien avec les groupes armés, a-t-il protesté.

La maison touchée se trouve à quelques centaines de mètres d'une importante base du Hamas.

"Par définition, nous avons seulement visé des cibles militaires utilisées par le Hamas", a assuré un porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus. Douze autres Palestiniens ont été blessés dans les raids.

Côté israélien, la pluie de roquettes venue de Gaza a ranimé les scènes connues de civils se précipitant vers les abris.

A Sdérot, localité atteinte par plusieurs projectiles, Hagit Shitert, 45 ans, a elle aussi couru pour se protéger. Dans la panique, un de ses fils s'est blessé dans l'escalier quand une roquette est tombée près de leur immeuble, criblant la bâtisse d'éclats, pulvérisant l'arrière d'une voiture et laissant un trou béant dans le sol. Mais "jamais, jamais, je ne partirai", assure-t-elle.

Hormis Sdérot, la plupart des projectiles sont tombés dans des zones inhabitées et le système de défense anti-aérien israélien a intercepté plus de 30 engins, selon l'armée.

Quatre personnes, dont une Thaïlandaise d'une trentaine d'années, ont été blessés par des éclats, ont indiqué les secours.

Ces hostilités sont la troisième confrontation majeure depuis juillet, ébranlant une nouvelle fois le cessez-le-feu tendu observé depuis 2014 par Israël et le Hamas ainsi que ses alliés de part et d'autre de la barrière de sécurité israélienne qui ferme hermétiquement la frontière avec Gaza.

Les accès de fièvre se multiplient depuis le 30 mars et le début d'un mouvement de protestation palestinien le long de la barrière pour dénoncer, entre autres, le blocus imposé par l'Etat hébreu à l'enclave. Les tensions ont été exacerbées par le transfert, le 14 mai par les Etats-Unis, de leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

Au moins 165 Gazaouis ont été tués par des tirs israéliens depuis le 30 mars. Un soldat israélien a été tué le 20 juillet près de Gaza, pour la première fois depuis 2014.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devait réunir jeudi après-midi le cabinet de sécurité, forum restreint examinant les questions stratégiques.

Avec AFP

Toutes les actualités

L'industrie aérienne envisage des réductions d'effectifs dans les 12 mois

Le logo de l'Association du transport aérien international (IATA), au salon international du tourisme ITB à Berlin, Allemagne, le 7 mars 2018. REUTERS / Fabrizio Bensch - UP1EE370TU52S

La plupart des compagnies aériennes envisage des réductions d'effectifs dans les douze mois à venir en raison d'une reprise du trafic aérien freinée par les incertitudes liées au Covid-19, selon un sondage publié mercredi par l'Association internationale du transport aérien (Iata).

"La majorité (55%) des responsables des compagnies aériennes interrogés s'attendent à devoir réduire leurs effectifs au cours des 12 mois à venir" en raison d'un trafic qui va rester faible à court terme, a indiqué l'Iata dans un communiqué.

Cette déclaration est le résultat d'un questionnaire sur la confiance des dirigeants de compagnies que l'organisation a envoyé à plus de 300 compagnies aériennes partout dans le monde.

45% des dirigeants ont indiqué avoir déjà réduit leurs effectifs en raison de l'impact de la crise du Covid-19 sur le secteur du transport aérien.

57% d'entre eux s'attendent à un recul de leur rentabilité au cours des 12 prochains mois et pensent que les prix des billets pourraient baisser en raison de la faible reprise de la demande. 19% misent sur une augmentation progressive des tarifs une fois que l'équilibre entre l'offre et la demande sera retrouvé.

L'Iata, qui regroupe 290 compagnies aériennes, table sur un retour du trafic aérien d'avant-crise en 2024 et estime à 63% la chute du trafic en 2020 par rapport à 2019 avec un manque à gagner de 419 milliards de dollars pour le secteur, en raison de la crise du coronavirus.

L'Asie Pacifique et l'Europe devraient être les premières à retrouver un trafic au niveau de celui de 2019 alors que l'Amérique du Nord et l'Amérique latine devraient connaître un retour à la normale plus lent qu'ailleurs, selon l'Iata.

Le secteur du transport aérien a été frappé de plein fouet par la crise du coronavirus avec la quasi-totalité des flottes d'avions clouée au sol et la suppression de dizaines de milliers d'emplois.

L'américaine United a annoncé qu'elle pourrait congédier jusqu'à 36.000 salariés. American Airlines a évoqué le chiffre de 25.000 suppressions.

L'allemande Lufthansa veut supprimer 22.000 emplois, Air Canada 20.000, British Airways 12.000, Air France-KLM jusqu'à 12.500, l'australienne Qantas 6.000, le scandinave SAS 5.000, le britannique EasyJet 4.500.

LATAM, la compagnie la plus importante d'Amérique latine, a annoncé la suppression de 2.700 emplois et est placée, comme la colombienne Avianca, sous la protection de la loi américaine sur les faillites.

En dépôt de bilan, le géant australien Virgin Australia est en passe d'être racheté par une société américaine et a annoncé mercredi qu'il allait fermer l'une de ses filiales et supprimer 3.000 postes.

La britannique Virgin Atlantic a déposé le bilan aux Etats-Unis et a déjà annoncé la suppression de 3.000 emplois.

Industrie aérienne africaine: “des faillites à partir de mai-juin”, selon l’expert Abderhamane Barthé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:07:07 0:00

Les points de contrôle à New York pour faire appliquer la quarantaine covid-19

Des gens sont assis devant le Metropolitan Museum of Art le samedi 2 mai 2020 à New York, en respectant la distanciation sociale afin de prévenir la propagation du coronavirus. (Photo AP / Ron Blum)

New York va mettre en place des postes de contrôle aux accès clés de la ville afin de s'assurer que les voyageurs en provenance d'Etats américains très affectés par le coronavirus respectent bien la quarantaine qui leur est imposée, a annoncé le maire de la ville mercredi.

Les visiteurs venus de 35 Etats connaissant une forte recrudescence de l'épidémie, comme les très peuplés Etats de Floride et du Texas, sont actuellement soumis à une quarantaine de deux semaines à leur arrivée à New York.

Afin de tenter de mieux faire respecter cette mesure, le maire Bill de Blasio a annoncé que les forces de l'ordre allaient installer "des points d'enregistrement des voyageurs" au niveau des principaux ponts et tunnels menant à la métropole à partir de jeudi.

Les voyageurs en provenance des Etats problématiques devront alors remplir un formulaire de santé. Celui-ci doit aussi aider les autorités à faire un suivi des contacts en cas d'infection.

Les personnes arrivant dans les aéroports de New York doivent déjà remplir ce formulaire. Quiconque refuse de le faire risque une amende de 2.000 dollars.

"La ville de New York tient bon contre le Covid-19, et les New-Yorkais ont montré une discipline exemplaire", a déclaré M. de Blasio. "Nous n'allons pas laisser cet effort nous filer entre les doigts et nous allons continuer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger la santé et la sécurité des New-Yorkais."

Les individus ne respectant pas la quarantaine imposée risquent une amende de 10.000 dollars.

Plus de 32.000 personnes sont mortes du Covid-19 dans l'Etat de New York, selon l'université Johns Hopkins.

La ville a été l'épicentre de l'épidémie américaine au printemps, mais a ensuite réussi à la maintenir sous contrôle, même lorsque les cas sont repartis à la hausse dans d'autres parties du pays à partir de la fin juin.

Coronavirus: un tiers des Afghans infectés

Coronavirus: un tiers des Afghans infectés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:44 0:00

La communauté libanaise d'Afrique secouée par la tragédie de Beyrouth

La communauté libanaise d'Afrique secouée par la tragédie de Beyrouth
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Beyrouth: avalanche de réactions de solidarité dans le monde

Beyrouth: avalanche de réactions de solidarité dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG