Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule dans le Nord du Mali

Des soldats maliens s'entrainent aux côtés des forces spéciales américaines près de Tombouctou, dans le cadre de l'lnitiative Pan-Sahel américaine, le 18 mars 2004 (Archives)

Deux militaires maliens ont été tués et deux autres blessés lundi dans l'explosion de leur véhicule qui a roulé sur un engin piégé dans la région de Tombouctou (nord-ouest), a appris mardi l'AFP de sources militaire et sécuritaire.

"Un véhicule de l'armée malienne a sauté lundi sur un engin explosif à Bambara Maoudé (100 km au sud de Tombouctou) , causant la mort de deux militaires", a affirmé à l'AFP une source militaire malienne.

Confirmant cette information, une source de sécurité malienne contactée par l'AFP dans le nord du pays a ajouté que "deux autres militaires ont été blessés".

"L'engin qui a explosé pesait plus de dix kilogrammes", a-t-on indiqué, soulignant que le véhicule touché était un blindé.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Ces djihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013, à l'initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix entre le camp gouvernemental et l'ex-rébellion, censé isoler définitivement les djihadistes.

Avec AFP

Toutes les actualités

Une vingtaine de personnes tuées au Nigéria

Une vingtaine de personnes tuées au Nigéria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Ramaphosa reconduit pour un mandat de cinq ans

Ramaphosa reconduit pour un mandat de cinq ans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Crise au sein de l'UDPS avant les funérailles de Tshisekedi père

Les partisans de l'Union pour la démocratie et le progrès social - UDPS (République démocratique du Congo) se rassemblent devant le siège du parti alors qu'ils réclamaient la déclaration de leur dirigeant à Kinshasa le 21 décembre 2018

Une nouvelle crise agite l'UDPS, le parti d'origine du président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, à huit jours des funérailles à Kinshasa de son père, le fondateur de l'UDPS Etienne Tshisekedi.

Le dernier conflit porte sur la direction de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), laissée vacante depuis le départ de Félix Tshisekedi, investi président de la République le 24 janvier.

Le président par intérim Jean-Marc Kabund a nommé un secrétaire général, Augustin Kabuya. Cette décision braque les partisans d'une direction collégiale sous forme d'un directoire.

Dans une déclaration à la presse mercredi, des députés de l'UDPS affirment que "la mise en place du directoire devrait intervenir avant le rapatriement" de la dépouille d'Etienne Tshisekedi.

Ce rapatriement a été annoncé pour jeudi 30 mai, et des funérailles sont prévues jusqu'au 1er juin. Etienne Tshisekedi est décédé à Bruxelles le 1er février 2017. Son corps n'avait pas pu être rapatrié faute d'accord avec l'ancien régime Kabila.

"Toute opposition à la mise en place du directoire (...) sera considérée comme un acte de sabotage et de haute trahison vis-à-vis d'Etienne Tshisekedi", insistent les députés de l'UDPS.

Ancien ministre du dictateur Mobutu dans les années 1960, Etienne Tshisekedi est passé dans l'opposition et a fondé l'UDPS en 1982. Il a ensuite été trois fois Premier ministre lors de la transition multipartite des années 90, avant de s'opposer au régime des Kabila père et fils.

Début mars, les militants de l'UDPS avaient manifesté leur colère après la défaite de leur parti aux élections sénatoriales à suffrage indirect. Des "combattants" de l'UDPS ont accusé leurs "grands électeurs", les députés provinciaux, d'avoir trahi et cédé à la corruption.

En novembre dernier, la même "base" avait obligé Félix Tshisekedi à dénoncer dans la journée un accord qu'il avait passé la veille avec d'autres ténors de l'opposition pour la désignation d'un candidat unique à l'élection présidentielle.

Les combats s'intensifient en Libye

Les combats s'intensifient en Libye
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:24 0:00

Au moins trente personnes tuées mardi dans une fusillade

Au moins trente personnes tuées mardi dans une fusillade
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG