Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Deux Africains morts à Ceuta après avoir franchi la clôture frontalière


Des policiers espagnoles surveillent des migrants africains, à Ceuta, le 17 février 2017.

Les corps de deux jeunes Africains morts ont été découverts à Ceuta, vendredi et samedi, dans une zone boisée proche de la clôture frontalière séparant le Maroc de l'enclave espagnole, qu'ils étaient parvenus à franchir.

"Ils ne présentaient pas de contusions ni de traumatismes externes ni de coupures dues aux fils barbelés (de la clôture), rien", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la Garde civile à Ceuta.

Les autopsies réalisés par un médecin légiste doivent déterminer les causes de leur mort. Une enquête a été confiée à un juge d'instruction.

>> Lire aussi : 187 migrants forcent la frontière vers Ceuta

Un migrant ayant franchi la clôture haute de 6,5 mètres en même temps qu'eux avait donné l'alerte pour que la Garde civile les recherche, a indiqué le porte-parole, Alfonso Cruzado.

Les deux jeunes hommes auraient erré dans la zone au relief accidenté, pendant plusieurs jours de mauvais temps.

"Vendredi après-midi, nous avons trouvé le premier corps sur un sentier du Mont Garcia Aldave, et le second samedi" dans une sorte de petit ravin recouvert de végétation, a indiqué le porte-parole.

>> Lire aussi : 73 migrants franchissent illégalement la frontière Maroc-Espagne à Ceuta

Le journal El Faro de Ceuta, qui rend compte chaque jour de l'actualité dans le périmètre frontalier, a fait état d'une hypothèse ayant "filtré de façon officieuse", avant les résultats d'autoposie : "Leur coeur se serait arrêté" alors qu'ils avaient été soumis à des "efforts excessifs, l'exposition au froid pendant des heures, la baisse brutale de la température".

La directrice du journal El Faro, Carmen Echarri, a écrit que les migrants "passaient des mois d'extrême faiblesse dans les bois pour éviter d'être arrêtés au Maroc, épuisaient leur énergie en sautant les clôtures et en fuyant, courant sur des kilomètres dans les collines, parce qu'ils ont peur d'être refoulés et ne savent même pas où ils sont".

>> Lire aussi : Démantèlement d'un réseau de passeurs de migrants à Melilla

Deux impressionnantes clôtures d'acier et de barbelés, dotées de capteurs et surveillées par caméras thermiques, barrent l'accès aux micro-territoires espagnols de Ceuta et Melilla, enclavés dans le nord du Maroc.

Jeudi, un jeune Africain - mineur - s'était grièvement blessé en escaladant la clôture de Ceuta surmontée de barbelés coupants. Découvert entre deux grillages de la double clôture, il avait été hospitalisé dans l'enclave espagnole.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG