Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Des milliers de manifestants maliens occupent des édifices gouvernementaux à Bamako

Des partisans de l'imam Mahmoud Dicko lors d'une manifestation exigeant la démission du président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, sur la place de l'Indépendance à Bamako, au Mali, le 19 juin 2020. (Photo: REUTERS/Matthieu Rosier)

Vendredi, des milliers de manifestants ont pris d’assaut des bâtiments du gouvernement à Bamako, la capitale du Mali, dans l’espoir de forcer l'éviction du président Ibrahim Boubacar Keïta, en proie à des contestations en série.

Depuis plusieurs semaines, les Maliens se rassemblent par milliers le vendredi sous la houlette du mouvement M5/RFP dirigé par l’imam Mahmoud Dicko.

"Les manifestants se sont divisés en trois groupes", explique Kassim Traoré, correspondant de VOA Afrique, qui était sur place.

Parmi les bâtiments occupés figurent le palais de l'Assemblée nationale, le complexe de la radio et de la télévision nationales ORTM et la primature.

A l'ORTM, les gardes se sont retirés et les manifestants ont occupé le bâtiment sans incident, selon notre correspondant.

"Du côté de l'Assemblée nationale et de la Primature, il y a eu des échauffourées. Des coups de feu ont été entendus", précise notre correspondant.

"Actuellement l'ORTM, l'Assemblée nationale et les deux ponts de Bamako sont occupés par les manifestants", précise Kassim Traoré. Ils veulent y rester jusqu'à 22 heures locales, ajoute-t-il.

Ancien Premier ministre et ancien président de l’Assemblée nationale, "IBK", 75 ans, a été élu en 2013.

Selon ses détracteurs, il n'a pas su répondre aux nombreuses attentes du peuple malien. Il s'agit notamment de l'insécurité persistante dans la région de Mopti, au centre du pays, ainsi que le long de la frontière avec le Burkina Faso et le Niger.

Le mois dernier, des images de son fils en train de s’éclater dans des occasions festives ont circulé sur Internet, provoquant un tollé.

Toutes les actualités

L'ex-président Keïta de retour à Bamako deux mois après avoir été renversé

L'ancien président Ibrahim Boubacar Keita à Nouakchott, le 30 juin 2020.

L'ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta, renversé mi-août par un coup d'Etat militaire, est rentré mercredi soir à Bamako après un séjour médical aux Emirats arabes unis.

Arrêté par les militaires le 18 août, le président Keïta, 75 ans, avait démissionné quelques heures plus tard. Détenu par la junte pendant plus de deux semaines, il a été autorisé à quitter le Mali le 5 septembre pour recevoir des soins aux Emirats arabes unis.

Son avion de retour a atterri mercredi soir, a indiqué une source aéroportuaire. Des journalistes de l'AFP ont vu peu après un convoi précédé d'un motard pénétrer dans sa résidence de la capitale malienne.

"C''est le président IBK qui vient d'arriver", a déclaré devant son domicile un membre de la garde présidentielle. Quelques dizaines de riverains l'ont accueilli en scandant "Vive IBK" et "Bonne arrivée".

Son départ à l'étranger pour des soins avait été envisagé peu après sa chute, à la suite, selon ses médecins, d'un court accident vasculaire cérébral (AVC).

Les militaires avaient expliqué avoir autorisé son "évacuation sanitaire pour des raisons humanitaires pour une durée maximum d'un mois", un délai "extensible uniquement sur avis médical" et qui "ne pourrait excéder trois mois, auquel cas le suivi médical se fera au Mali".

"Le président IBK a démissionné. De quoi se mêle la CEDEAO?"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:14 0:00

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) "s'engage à assurer le retour de l'ancien président Ibahim Boubacar Keïta aussitôt après son séjour médical suivant les conditions susmentionnées", avait indiqué dans un communiqué le colonel Malick Diaw, numéro deux de la junte.

Sous pression de la communauté internationale, les auteurs du putsch se sont engagés à rendre le pouvoir à des dirigeants civils élus au terme d'une période de transition d'une durée maximale de 18 mois.

Un président de transition a été nommé, ainsi qu'un Premier ministre, tous deux des civils. Les colonels se sont néanmoins réservé les postes clés dans le gouvernement de transition.

Minute Eco: Le taux de croissance du Congo sera de 4,6% en 2020 et celui du Tchad de 5,5% en 2020

Minute Eco: Le taux de croissance du Congo sera de 4,6% en 2020 et celui du Tchad de 5,5% en 2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:27 0:00

Plus de 12 millions d'enfants non scolarisés dans le Sahel en 2019-2020

Plus de 12 millions d'enfants non scolarisés dans le Sahel en 2019-2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Les donateurs promettent 1,7 milliard de dollars pour accroitre l'aide humanitaire au Sahel

Des déplacés d’Arbinda, une localité du Sahel, à Dori, le 7 octobre 2019 (VOA/Lamine Traoré)

Les pays donateurs ont promis mardi , donner plus de 1,7 milliard de dollars au Sahel central, pour accroître l'aide humanitaire dans la région et éviter qu'elle ne plonge "dans l’une des plus grandes crises humanitaires au monde", a indiqué l'ONU.

Le montant de ces sommes promises par 24 gouvernements et donateurs institutionnels et destiné aux population du Niger, du Mali et du Burkina Faso, a été annoncé à l'issue d'une réunion par visioconférence des donateurs organisée conjointement par l'ONU, le Danemark, l'Allemagne et l'Union européenne.

"Une fois débloqués, les fonds permettront d’aider quelque 10 millions de personnes pour le reste de l’année 2020 et jusqu’en 2021 en matière de nutrition et d’alimentation, de services de santé, d’eau et d’assainissement, de logement, d’éducation, et de protection et de soutien aux victimes de violences basées sur le genre", selon un communiqué commun aux organisations et pays qui ont mis cette conférence sur pied pour attirer l'attention sur la situation dans cette région.

"La région du Sahel central arrive à un point de rupture", a mis en garde le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres lors de son intervention.

"Nous devons renverser cette spirale destructrice en donnant un nouvel élan à la paix et à la réconciliation", a-t-il souligné.

Un voeux pieux pour l'heure dans une région triplement touchée par les violences armées entre groupes jihadistes et forces gouvernementales appuyées par des forces internationales, le changement climatique qui bouleverse des écosystèmes et des modes de vie fragile par nature et aussi la pandémie de Covid-19.

"Plus de 1,5 million d’habitants de la région du Sahel central ont été contraints de quitter leur foyer à cause de la violence, soit un chiffre multiplié par vingt en deux ans. La violence basée sur le genre a grimpé en flèche, des millions d’enfants ne sont pas scolarisés et les services de santé et services sociaux de base font défaut. Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë est trois fois plus important aujourd’hui qu’il y a un an", souligne le communiqué .

Treize millions de personnes, dont sept millions d'enfants, dépendent de l'aide humanitaire.

Heiko Maas, le ministre allemand des Affaires étrangère, a estimé que "tous les indicateurs sont dans le rouge foncé" et exhorté à ce que "les parties au conflit respectent leurs obligations en vertu du droit international et protègent le personnel humanitaire".

Rasmus Prehn, le ministre danois de la Coopération au développement et co-organisateur a demandé à l'ensemble des pays de "beaucoup plus nous concentrer sur des solutions à long terme aux défis qui sont à l’origine de la crise".

A l'instar de nombreux autre intervenants, Mark Lowcock, secrétaire général adjoint des Nations unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, a insisté sur le tribut très lourd que payent les femmes et les filles, mais a aussi souligné qu'"investir dans les femmes et les filles est la meilleure chose que nous puissions faire pour aller de l’avant".

Vingt-deux pays ont promis plus de fonds dont 14 pays de l'UE, ainsi que le Japon, le Canada ou encore la Corée du sud, en plus de l'Union européenne et d'un fonds largement financé par le Royaume-Uni, le Education Cannot Wait Fund.

La Suisse a promis 464,1 millions de dollars, les Etats-Unis 274,8 millions, le Danemark 183 millions, l'UE 122 millions et l'Allemagne 118,2 millions.

L'armée malienne approvisionne par voie aérienne un village assiégé

Des soldats français de l'opération Barkhane patrouillent au nord de Tombouctou le 6 novembre 2014.

L'armée malienne a déclaré mardi qu'elle avait largué de la nourriture par voie aérienne dans un village du centre du pays où plus de 2 000 habitants sont assiégés par des militants islamistes présumés depuis deux semaines.

La situation à Farabougou, dont la majorité de la population est d'origine bambara, a de nouveau souligné les difficultés du gouvernement à affirmer son autorité dans une partie du pays où les djihadistes liés à Al-Qaïda et à l'État islamique gagnent du terrain.

Le siège a commencé il y a deux semaines lorsque les militants, qui se sont généralement rangés du côté des éleveurs peuls dans leurs conflits avec les communautés agricoles comme les Bambara, ont kidnappé plusieurs villageois et se sont heurtés aux chasseurs locaux.

Les troupes maliennes n'ont pas pu atteindre Farabougou par voie terrestre car les fortes pluies ont rendu les routes impraticables, a déclaré un habitant de la région.

Dans un communiqué, les forces armées maliennes ont déclaré qu'un avion de transport avait "mené une action humanitaire importante" lundi et mardi en larguant une cargaison de produits de première nécessité à Farabougou.

Mais un habitant d'un village voisin, qui a demandé à ne pas être nommé, a déclaré que les réserves de céréales et d'huile de cuisine étaient insuffisantes pour répondre aux besoins de la population.

"Rien n’a changé. Le village est toujours en état de siège. Personne n'entre ou ne sort", a-t-il dit.

Le centre du Mali est apparu ces dernières années comme l'épicentre de la violence islamiste et interethnique dans le pays, dans le cadre d'une détérioration plus large de la sécurité dans toute la région semi-aride du Sahel.

L'insécurité a été l'un des facteurs déterminants du coup d'État militaire du 18 août qui a renversé le président de l'époque, Ibrahim Boubacar Keita.

Voir plus

XS
SM
MD
LG