Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Des figures de la société civile écrouées et inculpées au Niger


Des militaires au centre de Niamey, Niger, 20 février 2010.

La justice nigérienne a inculpé plusieurs responsables de la société civile, écroués après une manifestation interdite qui avait dégénéré dimanche en violences avec la police.

Dimanche, 23 personnes dont quatre figures de la société civile ont été arrêtées. Selon des responsables du Collectif d'ONG, à l'origine de la protestation, les personnes incarcérées sont poursuivies notamment pour "organisation et participation à une marche interdite" et "complicité de dégradations de biens publics et privés".

Arrestation des leaders du mouvement de contestation de la loi des finances au Niger (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

Des télévisions locales ont précisé que les quatre figures de la contestation sont incarcérées dans différentes prisons: Nouhou Arzika est en détention à Say (sud de la capitale), Moussa Tchangari à Ouallam (nord de Niamey), Me Lirwana Abdourahamane à Dai-Kaina (ouest) et Ali Idrissa est écroué à Filingué, à environ 180 km au nord-est de Niamey.

Lundi, l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International a demandé la libération des 23 personnes.

>> Lire aussi : Vingt-trois arrestations après des heurts entre policiers et manifestants au Niger

"Les autorités nigériennes doivent immédiatement libérer les activistes de la société civile et de l'opposition politique arrêtés hier (dimanche) au cours d'une manifestation publique", indique Amnesty International dans un communiqué sur son site.

D'après Amnesty, "la vague d'arrestations d'activistes et la réponse manifestement brutale des forces de sécurité bafouent non seulement le droit des manifestants à la liberté de réunion pacifique, mais risquent d'embraser une situation déjà tendue au Niger".

La manifestation de dimanche "a été interdite pour des raisons de sécurité" et surtout "parce qu'elle était prévue la nuit", a précisé à l'AFP le ministre nigérien de l'Intérieur Bazoum Mohamed.

>> Lire aussi : Interdiction d'une manifestation contre la loi de finances 2018 au Niger

Mais ses organisateurs "ont passé outre", a expliqué le ministre. Les manifestants "ont incité et provoqué des troubles à l'ordre public (...), ils sont en rébellion pour avoir jugé l'arrêté d'interdiction des autorités illégal", a-t-il affirmé.

Dimanche soir, la police a ordonné la fermeture "jusqu'à nouvel ordre" du groupe privé de radio-télévision Labari, appartenant à Ali Idrissa.

Des heurts ont éclaté dimanche après-midi à Niamey entre les forces de l'ordre et des manifestants qui voulaient braver l'interdiction par les autorités d'une manifestation contre la loi de finances 2018 qu'ils jugent "antisociale".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG