Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Des centaines de touristes coincés en Amérique latine


Soldat montant la garde à Lima, au Pérou, le 16 mars 2020. Le président péruvien Martin Vizcarra a déclaré l'état d'urgence, ordonnant aux citoyens de rester chez eux. (AP Photo/Rodrigo Abd)

Un énorme cadenas bloque la grille de l'aéroport de Lima, un des principaux hubs aériens d'Amérique latine, gardé par des militaires équipés de masques chirurgicaux et de fusils d'assaut.

Depuis lundi à 23h59, tous les vols internationaux et nationaux sont cloués au sol péruvien. Le Pérou a fermé pour 15 jours toutes ses frontières pour tenter de freiner la progression du nouveau coronavirus.

Dans une Amérique latine qui se claquemure d'heure en heure, les touristes bloqués par les décision des différents gouvernements se comptent par milliers.

"Tout allait bien jusqu'à dimanche soir", raconte Kenza Hraoui, une parisienne en voyage au Pérou avec une amie depuis le 7 mars.

Actuellement à Cuzco, l'ancienne capitale de l'Empire inca, dans le sud-est du pays, elle devait visiter lundi à l'aube le célèbre site de Machu Picchu. Mais le président péruvien venait de décréter l'état d'urgence et le confinement de la population pour deux semaines. La citadelle inca est donc restée fermée.

"On a réussi à avoir l'ambassade de France à Lima, ils nous ont dit de prendre notre mal en patience. Ici (à Cuzco) ça va, on peut aller faire quelques courses mais le reste du temps on ne doit pas sortir de l'hôtel. On est un peu perdus, le plus difficile, c'est le manque de clarté pour la suite", ajoute-t-elle, estimant qu'une "centaine" de Français se trouvent coincés à Cuzco.

Et gare à ceux qui ne respectent pas la quarantaine! En Colombie, six voyageurs français et espagnols ont été expulsés pour ne pas avoir pas respecté l'auto-isolement imposé par le gouvernement. Même chose en Argentine, où près de 300 touristes qui continuaient de se promener, ont été expulsés ces derniers jours, selon les médias locaux.

A travers la région, les principaux sites touristiques, qui accueillent en temps normal des flots ininterrompus de touristes, ont baissé le rideau les uns après les autres. À Rio de Janeiro, le Mont du Pain de Sucre et le Christ rédempteur sont fermés au public à partir de mardi et mercredi.

XS
SM
MD
LG