Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Des centaines de personnes fuient les combats dans l'est syrien

Des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), près de Baghouz, dans la province de Deir Al Zor, en Syrie, le 11 février 2019.

L'est de la Syrie est la cible d'une offensive des forces arabo-kurdes soutenues par Washington.

Couverts de poussière et chargés de leurs maigres possessions, des centaines de personnes ont fui mardi l'ultime réduit du groupe Etat islamique (EI) dans l'est de la Syrie.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Syrie et en Irak, les jihadistes sont aujourd'hui acculés dans une poche de quelques kilomètres carrés.

L'assaut "final" dans la province de Deir Ezzor a été lancé samedi par les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par la coalition internationale emmenée par Washington.

Avec leurs tireurs embusqués, et des contre-attaques meurtrières, les 500 à 600 jihadistes retranchés dans la zone --qui s'étale du village de Baghouz à la frontière irakienne-- livrent une résistance farouche.

Les progrès des forces antijhadistes sont "lents et méthodiques", a déclaré le porte-parole de la coalition internationale, le colonel Sean Ryan.

Le secteur aux mains de l'EI est visé par des "tirs d'artillerie sporadiques", a indiqué de son côté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Malgré les combats, environ 350 personnes, principalement des femmes et des enfants de jihadistes, souvent des étrangers, ont réussi à sortir de cette zone, selon la même source.

Sur un plateau tout près de Baghouz, des combattants des FDS montent la garde. De temps en temps en temps, le silence est rompu par les tirs de mortier, des coups de feu, ou le bourdonnement des avions de la coalition, a constaté une équipe de l'AFP.

- "Orphelins" -

"L'EI tient encore 20% du village de Baghouz, mais ce secteur est entièrement miné", confie un commandant sur le terrain.

Soudain, des petits points noirs apparaissent sur la route qui serpente et se rapprochent: des civils qui fuient à pied les combats pour rallier les territoires des FDS.

Parmi ce groupe de 25 personnes, figurent des hommes mais surtout des enfants aux cheveux sales et des femmes en niqab couvertes de poussière et chargées d'affaires. La moitié des femmes sont Ukrainiennes ou Russes.

On leur tend des bouteilles d'eau, du pain et des carottes. Des volontaires de l'ONG américaine Free Burma Rangers soignent un garçon blessé.

En arrivant aux positions des FDS, une mère qui se dit Russe tombe à genoux et enlace, en pleurs, ses deux enfants. Une autre, originaire de Crimée, donne du pain à ses trois enfants. Oum Khaled reconnaît avoir été mariée à un membre de l'EI.

"Ils sont orphelins maintenant", lâche-t-elle dans un arabe cassé.

Dans la nuit de lundi à mardi déjà, 600 civils ont fui Baghouz, selon les FDS qui procèdent à des fouilles et des interrogatoires poussés pour identifier les potentiels combattants de l'EI parmi la foule.

Plus de 38.000 personnes, principalement des familles de jihadistes, ont fui les combats et les frappes aériennes depuis décembre, a indiqué mardi l'OSDH.

Sur le plan militaire, "l'ennemi est retranché et les combattants de l'EI continuent de lancer des contre-attaques", a précisé le porte-parole de la coalition.

Lundi, un journaliste italien a été blessé sur le théâtre des opérations, selon un confrère présent avec lui.

- "Ils sont fous" -

Pour sa part, le président américain Donald Trump a une nouvelle fois prédit une défaite imminente de l'EI.

"Nous continuons à décimer ceux qui restent. Nous pouvons prendre la région. Nous allons bientôt avoir 100%. Mais il y en a encore quelques-uns. Ils sortent. Ils s'enveloppent de bombes. Ils sont fous", a-t-il dit lundi.

Une défaite de l'EI ouvrirait la voie au désengagement annoncé en décembre par M. Trump des quelque 2.000 militaires américains déployés en Syrie pour aider les FDS à lutter contre les jihadistes.

Dans l'ultime réduit, les chefs irakiens de l'EI sont aux manettes, selon les témoignages de ceux qui fuient ou des responsables des FDS, qui rapportent de vives tensions avec les étrangers du groupe.

"Aujourd'hui, la prise de décision est principalement entre les mains des Irakiens", confiait récemment à l'AFP Roni Qamichlo, commandant en chef des opérations des FDS dans le secteur.

Le sort du grand chef, Abou Bakr al-Baghdadi, donné plusieurs fois pour mort, demeure inconnu. Un message audio qui lui avait été attribué avait été diffusé en août dernier.

L'assaut final contre l'EI représente aujourd'hui le principal front de la guerre en Syrie qui a fait plus de 360.000 morts depuis 2011.

Le régime de Bachar al-Assad, soutenu par la Russie, contrôle désormais près des deux tiers du pays, après avoir enchaîné les victoires face aux rebelles et jihadistes. Et les combats sur les autres fronts ont fortement baissé en intensité.

Toutes les actualités

Le Royaume-Uni, premier pays au monde à approuver un vaccin anti-covid

Le Royaume-Uni, premier pays au monde à approuver un vaccin anti-covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:42 0:00

La Camerounaise Djaïli Amadou Amal récompensée par le Goncourt des Lycéens

L'écrivaine camerounaise Djaili Amadou Amal à Paris, le 17 novembre 2020.

L'écrivaine camerounaise Djaïli Amadou Amal a remporté le 33e Goncourt des Lycéens pour "Les Impatientes", roman poignant sur la condition des femmes au Sahel.

"L'écriture est simple et touchante et sonne juste, sans lyrisme superflu. C'est un livre subtil qui permet d'observer la question du mariage forcé par le prisme de ce témoignage émouvant", a déclaré par visio-conférence la présidente du jury lycéen Clémence Nominé.

"Les Impatientes", publiée par la maison d'édition Emmanuelle Colas, est la reprise d'un roman publié dans son pays en 2017 sous un autre titre, "Munyal", mot peul qui signifie patience. S'inspirant de sa propre expérience de femme mariée de force à 17 ans à un polygame, Djaïli Amadou Amal met en scène plusieurs de ces femmes contraintes comme elle d'accepter les codes d'une société patriarcale oppressante.

Emue, Djaïli Amadou Amal s'est dite "très sensible" au choix des lycéens. Pour elle, l'intérêt porté par les jeunes au sujet des violences faite aux femmes "signifie un espoir pour l'avenir".

Pour la phase finale, un jury national composé de 12 lycéens a débattu mercredi matin à huis clos et en distanciel. Créé il y a plus de 30 ans, Le Goncourt des Lycéens est un des prix qui entraîne les meilleures ventes de livres.

Saisie record de 2,5 tonnes de cocaïne près de Rio

La superficie de terres sur lesquelles les trafiquants de drogue récoltent la coca pour faire de la cocaïne augmente régulièrement depuis 2013. Sur cette photo, des soldats déracinent des arbustes à San Jose del Guaviare en Colombie, le 22 mars 2019. (AP/Fernando Vergara)

Près de 2,5 tonnes de cocaïne ont été saisies par la police mercredi dans la banlieue nord de Rio de Janeiro, un record pour cet Etat du Brésil et une des plus grandes prises de l'histoire du pays.

Deux suspects ont été arrêtés lors de l'opération policière menée à Duque de Caxias, ville de la Baixada Fluminense, banlieue pauvre et minée par la violence située au nord de Rio.

"Une organisation criminelle utilisait un hangar pour stocker les stupéfiants", a expliqué la police fédérale dans un communiqué illustré par des photos de centaines de pains de cocaïne.

Le Brésil est devenu ces dernières années une plaque tournante du trafic de cocaïne, avec de grandes cargaisons envoyées par bateau en Europe.

De nombreuses saisies ont eu lieu dans des ports, notamment en 2018, quand deux tonnes de drogue avaient été retrouvées dans des conteneurs au Port de Santos, le plus grand d'Amérique Latine.

La semaine dernière, une opération internationale de grande envergure a permis de saisir 52 tonnes de cocaïne et d'arrêter 45 suspects au Brésil, en Belgique, en Espagne et aux Emirats Arabes Unis.

Selon Europol, le réseau criminel avait des contacts avec des cartels de la drogue au Brésil et dans d'autres pays d'Amérique du Sud qui étaient chargés de la préparation et de l'expédition de la cocaïne, transportée en Europe via des conteneurs maritimes.

Un collectionneur privé paie 274.000 euros pour un tronçon d'escalier de la Tour Eiffel

Un collectionneur privé paie 274.000 euros pour un tronçon d'escalier de la Tour Eiffel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Le Royaume-Uni, premier pays au monde à approuver un vaccin anti-Covid

Le Royaume-Uni, premier pays au monde à approuver un vaccin anti-Covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG