Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Médias

Décès du fondateur de Jeune Afrique, Béchir Ben Yahmed

Un homme passe devant des affiches de l'hebdomadaire Jeune Afrique dans le quartier des affaires d'Abidjan, le 21 décembre 2010.

Après avoir créé un premier magazine, L'action, en 1956, Béchir Ben Yahmed lance en 1960 à Tunis Afrique Action, rebaptisé l'année suivante Jeune Afrique.

Le journaliste franco-tunisien Béchir Ben Yahmed, qui avait fondé il y a une soixantaine d'années Jeune Afrique, est décédé lundi à 93 ans, a annoncé lundi le magazine à l'AFP.

L'homme de presse est mort à Paris, où il était hospitalisé depuis la fin du mois de mars après avoir été contaminé par le coronavirus, a précisé le mensuel dans un communiqué.

Né en avril 1928 en Tunisie, alors protectorat français, ce fils de commerçant, diplômé en commerce, avait oeuvré pour l'indépendance et fait partie du gouvernement de Habib Bourguiba en tant que secrétaire d'Etat à l'Information en 1956-57.

Après avoir créé un premier magazine, L'action, en 1956, il lance en 1960 à Tunis Afrique Action, rebaptisé l'année suivante Jeune Afrique.

"Après avoir mené de front ses carrières ministérielle et journalistique, il avait finalement opté pour la seconde et, pour se donner les moyens de son indépendance, avait décidé en 1962 de quitter Tunis pour Rome", puis deux ans plus tard, "pour Paris où le groupe est toujours installé", rappelle Jeune Afrique.

"Fondé pour accompagner le mouvement d'émancipation des peuples qui, à l'orée des années 1960, accèdent à l'indépendance, Jeune Afrique a pris une part active dans tous les combats qui ont depuis rythmé l'Histoire du continent", selon le média qu'il a longtemps dirigé.

Sous son égide, le magazine a donné naissance à un groupe, Jeune Afrique Media Group, qui édite aussi la revue anglophone The Africa Report, et la lettre d'information Jeune Afrique Business+. Il a également créé La Revue, magazine dédié à l'actualité internationale.

A la fin de la décennie 2000, il avait transmis les rênes de Jeune Afrique à ses fils et au directeur de la rédaction François Soudan. Son épouse Danielle a également oeuvré à ses côtés et fondé la maison d'édition du groupe.

Le groupe Jeune Afrique est en pleine mue numérique, accélérée par la crise du Covid-19. Le magazine, longtemps hebdomadaire, est devenu mensuel et le groupe a lancé fin 2020 un plan de restructuration prévoyant la suppression de 21 postes sur un total de 134, tout en espérant redresser ses effectifs d'ici à 2022 en étoffant ses équipes dans le numérique.

Toutes les actualités

Transfert de données: Facebook échoue à bloquer une enquête en Irlande

LE PDG de Facebook Mark Zuckerberg

Le géant des réseaux sociaux Facebook a été débouté vendredi par la justice irlandaise de sa demande de bloquer une enquête du régulateur irlandais, ce qui pourrait mener à un arrêt des transferts de données de l'UE vers les Etats-Unis.

Saisie par Facebook, la Haute Cour irlandaise avait accepté en septembre de bloquer temporairement l'enquête de la Commission de la protection des données (DPC). Mais vendredi, elle a annoncé rejeter les réclamations du groupe américain.

"Je refuse toute réclamation (de Facebook Irlande)" a déclaré le juge de la Haute Cour David Barniville.

Une décision saluée par le régulateur, dans une brève déclaration reçue par l'AFP, et qui pourrait amener la DPC à bloquer le transfert de données personnelles de Facebook, au coeur de son modèle économique, depuis l'UE vers les Etats-Unis.

Facebook avait contesté les conclusions préliminaires de la DPC (l'équivalent de la Cnil française), qui semblait prête à retoquer le système utilisé par le groupe américain pour transférer les données de ses utilisateurs d'un continent à l'autre.

Le régulateur irlandais, qui supervise pour le compte de l'UE Facebook, puisque ce dernier a son siège régional en Irlande, avait agi dans la foulée d'une décision retentissante de la justice européenne.

Cette dernière a invalidé en juillet un mécanisme crucial de transfert des données personnelles de l'UE vers les Etats-Unis, nommé Privacy Shield" ("bouclier de protection", ndlr), en raison de craintes sur les programmes de surveillance américains.

Les entreprises américaines qui utilisent le "Privacy Shield" peuvent se rabattre comme Facebook sur un autre mécanisme de transfert de données européennes, les "clauses contractuelles type" (SCC).

Mais la DPC a estimé que ce nouveau mécanisme pourrait ne pas avoir non plus de base légale. Elle avait alors initié une enquête le 28 août.

"La DPC pourrait maintenant (bloquer les transferts de données de Facebook de l'UE vers les Etats-Unis) en deux mois, après près de huit années de procédures", a commenté sur Twitter Max Schrems, cité dans la plainte du réseau social et à l'origine d'un long bras de fer avec le réseau social fondé par Mark Zuckerberg.

Figure de la lutte pour la protection des données personnelles et fondateur de l'ONG "NOYB" (None of your business), ce "David" face au géant numérique souhaitait faire interrompre le flux de données entre le siège européen de Facebook et sa maison-mère en Californie, estimant que les données personnelles sont mieux protégées en Europe.

Des porte-parole de Facebook, contactés par l'AFP, n'ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de l'AFP.

Les journalistes exerçant au Sahel sont exposés à de nombreux risques

Les journalistes exerçant au Sahel sont exposés à de nombreux risques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

La pandémie favorise l'émergence des "cleanfluencers", passionnés du nettoyage

La pandémie favorise l'émergence des "cleanfluencers", passionnés du nettoyage
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:11 0:00

Condamnation du journaliste d'investigation Moussa Aksar: "On lui reproche d'avoir fait son travail"

Condamnation du journaliste d'investigation Moussa Aksar: "On lui reproche d'avoir fait son travail"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Un journaliste français porté disparu dans le nord du Mali

Un soldat français se tient à l'intérieur d'un hélicoptère militaire à Gao, dans le nord du Mali, le 19 mai 2017.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le journaliste français Olivier Dubois dit avoir été enlevé le mois dernier dans le nord du Mali par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), une branche locale d'Al-Qaïda.

Dans la vidéo, le journaliste est assis sous une tente et demande aux autorités et à ses proches de faire "tout ce qui est en leur pouvoir pour me faire libérer".

Il précise que c'est dans la ville de Gao qu'il a été enlevé, le 8 avril 2021.

La disparition du journaliste a été confirmée mercredi à l'agence Reuters par une source au ministère français des Affaires étrangères.

La source a ajouté que le ministère était en contact avec la famille du journaliste, effectuant des vérifications techniques sur l'authenticité d'une vidéo vue en ligne.

Sur Twitter, Christophe Deloire, directeur général de Reporters sans frontières (RSF), a demandé la libération d'Olivier Dubois, exhortant les autorités maliennes et françaises à tout faire pour obtenir sa libération.

Il ajoute que l'ONG avait été informée de la disparition d'Olivier Dubois deux jours après son enlèvement mais elle avait décidé, en concertation avec les rédactions qui emploient habituellement le journaliste, de ne pas rendre l'événement public, afin, dit-il, de ne pas entraver une éventuelle résolution rapide.

Olivier Dubois travaille habituellement pour l'hebdomadaire Le Point et le quotidien Libération.

La France est intervenue au militairement au Mali depuis 2013 pour, dit-elle, lutter contre les islamistes armés qui menaçaient alors la capitale Bamako après avoir pris le contrôle du nord du pays. Cette intervention s'inscrit désormais dans une coalition plus large de cinq pays sahéliens confrontés à des degrés divers à une menace djihadiste.

Le GSIM a revendiqué en décembre et janvier la mort de cinq soldats français dans deux attaques distinctes au Mali.

Voir plus

XS
SM
MD
LG