Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Forte augmentation du nombre de déplacés en Centrafrique


Camp de déplacés Mpoko près de l'aéroport de Bangui en Centrafrique, le 13 février 2016.

Le nombre de déplacés a augmenté de "plus de 70% en un an" en Centrafrique, où la violence armée reste quasi-quotidienne, a annoncé l'ONU.

"En Centrafrique, le nombre de personnes déplacées internes a augmenté de plus de 70% en un an. En avril 2018, il était de 669.997", a indiqué le bureau des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) dans un communiqué mardi.

Les déplacés sont les personnes ayant du fuir leur domicile sans pour autant chercher refuge dans un pays voisin.

En plus de ces déplacés, 570.000 autres personnes se sont réfugiés dans les pays alentours.

Au total, plus d'une personne sur quatre a du fuir son domicile en Centrafrique.

>> Lire aussi : Les déplacés du fleuve Oubangui en Centrafrique

Lundi, Ocha avait déploré que le financement de l'action humanitaire soit "depuis quelques années très en deçà des attentes".

"Aujourd'hui, le niveau de financement du Plan de réponse humanitaire ne nous permet pas de couvrir les besoins (...). Seul 13% du Plan de 2018 est financé, soit 66,7, millions des 515,6 millions requis", avait déclaré à l'ONU à Genève Najat Rochdi, coordinatrice humanitaire pour la RCA.

La Centrafrique est en proie depuis 2013 à des violences inter-communautaires, après le renversement de l'ex-président François Bozizé par les milices de la Séléka prétendant défendre la minorité musulmane, ce qui avait entraîné une contre-offensive des milices anti-balaka majoritairement chrétiennes.

>> Lire aussi : Un déplacé lynché à mort au milieu des tensions à Paoua, en Centrafrique

Les groupes armés et des milices s'affrontent aujourd'hui pour le contrôle des ressources dans ce pays de 4,5 millions d'habitants classé parmi les plus pauvres au monde, mais riche en diamants, or et uranium.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG