Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

D'ex-chefs de guerre en émissaires de paix auprès des miliciens en Ituri

Un commandant local de l'Union des Révolutionnaires pour la Défense du Peuple Congolais / Coopérative pour le Développement du Congo armé est rassuré par d'anciens chefs de guerre sur le processus de démobilisation dans le village de Wadda, en Ituri, le 19 septembre 2020.

"Je vous appelle à privilégier la paix. Moi, j'ai passé 15 ans en prison", lance l'ex-chef de guerre Floribert Ndjabu à des miliciens regroupés près de Masumbuko, un village reculé de la province de l'Ituri, dans le Nord-Est de la République démocratique du Congo.

A ses côtés, le général Germain Katanga, condamné en 2014 par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre, reste sur ses gardes face à ces membres d'un groupe accusé du massacre de centaines de civils.

"Ce ne sont pas des enfants de chœur", apprécie - en fin connaisseur - le général Katanga, sorti de prison en début d'année, comme Floribert Ndjabu.

Avec une demi-douzaine d'autres, des condamnés ayant purgé leur peine pour la plupart, les deux hommes ont été envoyés par le président de RDC Félix Tshisekedi en émissaires de paix dans l'Ituri, un des nombreux foyers de violence dans le pays et une région où ils ont eux-mêmes semé la terreur dans les années 2000.

Leur mission: désarmer les miliciens de la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco), secte politico-militaire qui prétend défendre les Lendu, une communauté locale, majoritairement des agriculteurs.

Les Codeco sont surtout accusés d'avoir tué des centaines de civils depuis décembre 2017. "La grande majorité des victimes semble avoir été visée en raison de leur appartenance à la communauté Hema" - des éleveurs et commerçants -, d'après les Nations unies qui redoutent de possible "crimes contre l'humanité".

Le colonel Germain Katanga dans la province de l'Ituri, le 18 septembre 2020.
Le colonel Germain Katanga dans la province de l'Ituri, le 18 septembre 2020.

"Nos respects, président"

Pour arriver sous la tente des discussions, les émissaires de paix ont fait la route entre le chef-lieu de l'Ituri, Bunia, et le territoire de Djugu, épicentre des violences.

Au passage de leur convoi escorté par l'armée congolaise, des dizaines de combattants sont sortis des bois. Certains portent des armes de tous calibres, des stocks de munitions, des lances, des couteaux et des fétiches.

Chef de délégation, Floribert Ndjabu s'avance vers eux, se présente, leur ordonne: "Montez dans le gros véhicule derrière". "Nos respects président", répondent les combattants, qui s'exécutent.

Ils ont reconnu en lui le président du Front des nationalistes et intégrationnistes (FNI), groupe politique armé à l'œuvre pendant la "première guerre de l'Ituri", entre 1999 et 2003.

Ndjabu a été poursuivi mais jamais condamné pour avoir commandité le meurtre de neuf Casques bleus bangladais en 2005.

En fin d'après-midi, le convoi arrive à destination, au village de Masumbuko.

En civil ou en tenue militaire "empruntée" à l'armée congolaise, les miliciens paradent avec leurs armes: lance-roquettes, mitrailleuses, fusils d'assaut. Assez indifférents, les habitants les observent de loin.

Visiblement enrôlés dans cette secte politico-militaire, une vingtaine d'enfants marchent en procession, vêtus de blanc. Des fillettes chantent des cantiques à la gloire du "général Ngudjolo", un chef milicien Codeco tué en début d'année par l'armée congolaise.

Le groupe armé URDPC/CODECO dans la province d'Ituri, le 19 septembre 2020.
Le groupe armé URDPC/CODECO dans la province d'Ituri, le 19 septembre 2020.

"Nous sommes frères"

Les discussions commencent le lendemain, après la lecture de versets bibliques sous un soleil de plomb. "Assaillants, écoutez la voix de Jésus", chantent les miliciens.

Floribert Ndjabu peut entrer dans le vif du sujet: "Le chef de l'Etat nous a envoyés pour vous sensibiliser afin de cesser avec les hostilités".

"Je comprends vos frustrations mais vous n'allez pas mettre le territoire sens dessus dessous. Il faut laisser l'Etat et les autorités faire leur travail", ajoute Germain Katanga.

Un chef religieux de la milice Codeco n'est pas convaincu: "Nous nous battons contre l'armée et la police congolaises [pour dénoncer] les arrestations et emprisonnements arbitraires des nôtres", lance le pasteur Ngadjole Ngabu.

Il accuse par ailleurs des Hema d'être de mèche "avec les militaires" dans la traque des combattants Lendu.

"Enlevez de vos têtes que les Hema sont vos ennemis ou qu'ils sont mauvais. Je suis Lendu comme vous, mais j'ai passé la nuit chez les Hema. Nous sommes des frères", réagit Floribert Ndjabu.

La discussion se termine. "On s'est mis d'accord: dès que le chef de l'Etat va répondre à leur (demande) d'intégration dans l'armée ou la police, tout ira bien", espère Germain Katanga, vêtu de son uniforme de général de l'armée congolaise.

"Si vous me voyez en tenue, à ce grade, c'est parce que j'ai accepté le processus (de paix)", insiste-t-il.

Un milicien du groupe armé URDPC/CODECO dans la province d'Ituri, le 18 septembre 2020.
Un milicien du groupe armé URDPC/CODECO dans la province d'Ituri, le 18 septembre 2020.

Baisse des violences

Au départ de la délégation, des miliciens surexcités tentent de bloquer le convoi, obligeant les émissaires à de nouvelles discussions.

Le convoi quitte enfin les lieux à la nuit tombante. A l'approche de Bunia, une déflagration d'armes automatiques d'origine inconnue se fait entendre au loin. Par réflexe, Katanga, ses hommes et l'escorte de l'armée congolaise mettent la main sur leurs armes.

L'alerte passée, le cortège poursuit sa route à vive allure vers Bunia.

Depuis l'arrivée des émissaires mandatés par le président Tshisekedi, les violences ont sensiblement baissé, d'après les témoignages recueillis par l'AFP dans plusieurs localités d'Ituri.

Selon l'ONU, plus d'un millier de civils ont été massacrés depuis décembre 2017. Des civils Lendu affirment également avoir été victimes des représailles de l'armée.

Toutes les actualités

Tshisekedi annonce des consultations et promet des décisions qui “n’excluront aucun cas de figure”

Président Félix Tshisekedi à son bureau, Kinshasa, 23 octobre 2020. (Twitter/Présidence RDC)

Confronté à de vives tensions avec ses alliés du FCC, le président Félix Tshisekedi a choisi des consultations avec la classe politique et sociale dans l'optique de créer une nouvelle dynamique qui l’accompagnera pour le reste de son mandat.

Fustigeant “anti-valeurs” et “tactiques politiciennes”, le président congolais Félix Tshisekedi a annoncé vendredi qu'il allait initier dans les prochains jours des consultations avec "les leaders politiques et sociaux les plus représentatifs" dans le but de "créer une union sacrée de la nation".

Il l’a annoncé lors d’une adresse à la nation, trois jours après la prestation de serment controversée de trois des juges qu'il avait nommés à la Cour constitutionnelle. Un acte qui a aggravé une crise latente qui existait déjà avec le Front commun pour le Congo (FCC), la famille politique de son prédécesseur Joseph Kabila.

Le FCC accuse le président d'avoir violé la Constitution et opéré un passage en force.

Elu à la présidence fin 2018, M. Tshisekedi s’est retrouvé face à une majorité législative écrasante issue du régime de son prédécesseur.

Bon gré mal gré les deux ont conclu un "deal" et choisi de composer dans une coalition en lieu et place d’une cohabitation. Mais cela ne semble pas aller comme sur les roulettes.

Les rapports au sein de la coalition sont plutôt tendus, avec des épisodes de séismes récurrents quasiment tous les deux mois.

Le Chef de l’Etat congolais a, dans son allocution, dépeint en quelques mots les embûches qui se dressent dans la marche de la coalition CACH-FCC.

Il a parlé de "deux ans de divergence persistante qui plombe les ailes de l’espoir vers le développement".

Parmi lesquelles le manque de vision commune quant à la marche du pays, à l’Etat de droit et au fonctionnement des institutions.

"Ces divergences portent notamment sur les questions relatives la paix et la sécurité nationale, la Commission électorale nationale, à l’organisation des élections, à la gestion du portefeuille de l’Etat, à la territoriale, à la diplomatie, à l’indépendance de la justice et à l’instauration de l’Etat de droit qui sont un enjeu majeur pour la nation", a étayé M. Tshisekedi.

"Je ne laisserai aucun arrangement politique, de quelque nature que se soit, primer sur mes prérogatives constitutionnelles et sur l’intérêt supérieur du peuple congolais. Je ne transigerai pas avec les intérêts supérieurs de la nation", a-t-il prévenu.

La vielle le FCC -- majoritaire au Sénat et à l'Assemblée nationale -- avait dans une déclaration inédite refusé de reconnaitre les trois nouveaux juges.

Des hauts cadres avaient carrément boycotté la prestation de serment des juges. La machine était donc grippée.

Pour Ferndinand Kambere, secrétaire permanent adjoint du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratique (PPRD) de l'ancien président Joseph Kabila, son clan attendait plutôt un discours conciliant de M. Tshisekedi.

"Le discours du président de la république est décevant", a déploré M. Kambere.

Pour lui, l'attente était que M. Tshisekedi rapporte ou révoque la nommination de trois juges nommés, selon lui, en violation de la Constitution.

Félix Tshisekedi s'adresse aux Congolais en pleine crise avec le camp pro-Kabila

Le président congolais Félix Tshisekedi dans son bureau à Kinshasa, 22 octobre 2020. (Twitter/Présidence RDC)

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a promis de s'adresser à la nation vendredi, en pleine crise avec ses partenaires de la majorité parlementaire fidèle à son prédécesseur Joseph Kabila.

"Le chef de l'État s'adressera à la nation ce vendredi 23 octobre 2020. A cet effet, la 54e réunion du conseil des ministres prévue le même jour est reportée à une date ultérieure", a indiqué jeudi soir la présidence de la République dans un bref communiqué.

Ces annonces interviennent alors que la tension est remontée cette semaine entre le président Tshisekedi et ses partenaires de la majorité parlementaire du Front commun pour le Congo (FCC), fidèle à son prédécesseur Joseph Kabila.

Mercredi, au siège du parlement, M. Tshisekedi a fait le signe de la victoire dans sa bataille politique autour de la très stratégique Cour constitutionnelle face au camp Kabila.

L'ancien président de la RDC Joseph Kabila a pris son siège de Sénateur à vie à la rentrée parlementaire à Kinshasa, 15 septembre 2020. (Facebook/Sénat RDC)
L'ancien président de la RDC Joseph Kabila a pris son siège de Sénateur à vie à la rentrée parlementaire à Kinshasa, 15 septembre 2020. (Facebook/Sénat RDC)

Malgré l'opposition du FCC, le président a assisté à la prestation de serment des trois nouveaux membres de la Cour constitutionnelle qu'il a nommés par ordonnance en juillet.

La cérémonie s'est déroulée à l'absence des présidents de l'Assemblée et du Sénat, Jeanine Mabunda et Alexis Thambwe Mwamba, du Premier ministre Sylvestre Ilunga et de même que les nombreux ministres et parlementaires pro-Kabila, majoritaires.

Jeudi, le FCC a qualifié d'"irrégulière" cette cérémonie de prestation de serment "des personnalités nommées de manière illégale". Pour cette plateforme politique, M. Tshisekedi a fait "le choix délibéré de violer la Constitution" à travers "un passage en force".

Investi le 24 janvier 2019, M. Tshisekedi gouverne en coalition avec le FCC de son prédécesseur Kabila avec qui il a signé un accord politique.

La Cour constitutionnelle a le pouvoir de valider ou invalider les candidatures à la présidentielle, mais également les résultats de ce scrutin.

Le quotidien La Prospérité propose d'analyser les deux dernières années dans le contexte de la prochaine élection présidentielle, prévue en 2023. Selon le quotidien, "le FCC ne jure que sur le retour de Joseph Kabila à la tête du pays."

Attaque de Beni: entretien avec Nicaise Kibelbel O’ka, éditeur du quotidien Les Coulisses

Attaque de Beni: entretien avec Nicaise Kibelbel O’ka, éditeur du quotidien Les Coulisses
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:00 0:00

Evasion spectaculaire à la prison de Beni: ce que les témoins ont vu

Evasion spectaculaire à la prison de Beni: ce que les témoins ont vu
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Le groupe Etat Islamique a revendiqué l'attaque contre la prison de Beni

Le groupe Etat Islamique a revendiqué l'attaque contre la prison de Beni
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG