Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Apaisement du climat politique au Bénin


Sages et notables de Tchaourou lors de la rencontre avec le chef de l'État Patrice Talon, à Lomé, le 25 juin 2019. (VOA/Ginette Fleure Adandé)

Après la crise née des élections législatives organisées le 28 avril , c'est l'accalmie au Bénin. L'ancien président Boni Yayi a pu quitter le pays pour des soins médicaux.

Suite à une rencontre du président Patrice Talon avec des cadres et notables de Tchaourou, ville natale de l'ancien chef d'État Boni Yayi, le blocus a été levé et ce dernier, malade, a pu s’envoler pour la France pour des soins.

Détente après deux mois de crise
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:25 0:00

Levée du blocus sécuritaire devant la ruelle menant au domicile de l'ancien chef d'État Boni Yayi.

"C'est une bonne attitude parce que cela participe à ramener la paix dans le pays", confie Patrice Atalé, commerçant aux abords de la rue. "La paix que nous avons chèrement acquise. C'est une leçon que chaque Béninois doit apprendre et ne plus revenir sur des actes de ce genre"

Brice Kouchea n'est pas de cet avis : "le peuple sera content le jour où le président va décider de réorganiser les élections. Ce n'est pas parce que Yayi est libre que les opposants doivent baisser les bras. Un pays sans opposant est un pays où il n'y a pas la paix".

Sages et notables de Tchaourou lors de la rencontre avec le chef de l'État Patrice Talon, à Lomé, le 25 juin 2019. (VOA/Ginette Fleure Adandé)
Sages et notables de Tchaourou lors de la rencontre avec le chef de l'État Patrice Talon, à Lomé, le 25 juin 2019. (VOA/Ginette Fleure Adandé)

À la rencontre ayant permis le dégel de la tension, les notables et personnalités politiques de la ville de Tchaourou ont regretté les violentes manifestations qui ont démarré le 27 avril et qui ont généré des tensions un peu partout au Bénin, spécifiquement à Cotonou à Tchaourou.

"Au total nous voudrions solliciter de votre autorité la prise de mesures fortes en vue d'une détente au profit de nos concitoyens pour une décrispation générale", a déclaré Théophile Worou, ancien ministre de Boni Yayi et porte-parole de la délégation de Tchaourou.

Tout en louant la démarche des membres de la délégation, le chef de l'État a exprimé sa gène et sa douleur devant le drame qui a eu lieu avant de demander pardon pour tout ce qui s'est passé depuis le mois d'avril jusqu'à ce jour.

Nicephore Soglo commente le départ de Boni Yayi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

"Je voudrais souhaiter que le peuple béninois puisse collectivement et globalement pardonner tout et pardonner à tous ceux qui ont été -d'une manière ou d'une autre- auteurs de ce qui est arrivé", a déclaré Patrice Talon. "C'est ce qui est aujourd'hui fondamental, que nos concitoyens nous pardonnent tous".

La délégation du Palais de la présidence s'est ébranlée vers le domicile de Boni Yayi porteuse d'un message de Patrice Talon. Après la rencontre, le porte-parole Théophile Worou a exprimé sa joie de voir bientôt les divergences définitivement aplanies.

"Nous avons vu le président Yayi Boni effectivement malade. Il est tout de même dans de bonnes dispositions. Il a reçu le message du chef de l'État et en retour il nous a transmis un message pour lui. Nous sommes dans la perspective d'un retour définitif à la paix".

Le président Boni Yayi est parti samedi pour le Togo pour s'envoler dimanche pour Paris pour recevoir des soins médicaux. Selon ses proches, l'ancien chef d'État ne compte pas se soustraire à la justice. Il répondra à l'appel du juge dès que sa santé le permettra.

XS
SM
MD
LG