Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Bénin

"Violences extrêmes" entre l’armée et manifestants dans le centre du Bénin

Des pneus brûlent alors que les manifestants barricadent les rues de Cadjehoun, fief de l'ancien président du Bénin, Thomas Yayi Boni, le 2 mai 2019 à Cotonou.

La situation était toujours très tendue vendredi matin au Bénin, après plus de quatre jours d'affrontements entre l’armée et les populations à Savè et à Tchaourou, ville d'origine de l'ancien président Boni Yayi, dans le centre du pays.

"Les forces armées sont présentes partout dans la commune et sur la route principale entre Tchaourou et Parakou pour essayer de dégager les barricades" mises en place par des manifestant pro-Yayi, a confié vendredi à l’AFP un élu de la commune sous couvert d'anonymat.

"L’armée tire à balles réelles. Les violences sont extrêmes", a-t-il affirmé.

Plusieurs éléments de l’armée ont été blessés et admis dans un hôpital à Parakou, selon un médecin sur place joint au téléphone, mais qui n'a pas souhaité donner de bilan exact.

Aucune information officielle n’était disponible sur le bilan des affrontements.

Selon le maire de la commune voisine de Savè, Timothée Biaou, contacté par l'AFP, "les jeunes ont rétabli les barrages ce matin (vendredi) sur la route entre Cotonou et Parakou".

"Hier soir (jeudi), la police républicaine a tiré à balles réelles et il y a eu deux blessés graves", a-t-il affirmé, revenant sur les propos diffusés dans la presse locale selon lesquels il y aurait eu un mort.

Des photos et des vidéos de manifestants blessés ainsi que des soldats circulaient sur les réseaux sociaux, faisant état de très fortes altercations sur la route principale, bloquée par les manifestants.

Ils "réclament la levée des barrages autour du domicile de Boni Yayi et la libération de leurs frères avant de libérer la route (...) bloquée à hauteur de Tchaourou", a expliqué à l'AFP un proche de l'ancien président, dont le domicile à Cotonou, la capitale économique, est toujours cerné par les forces de l'ordre.

Le pays est en proie à une crise politique depuis les élections législatives du 28 avril, auxquelles l'opposition n'avait pas été autorisée à présenter de candidats pour des raisons administratives.

L'ancien président avait appelé la population à se soulever en signe de protestation et appelé le chef de l'Etat, Patrice Talon a annulé le processus électoral. Les 1er et 2 mai, des centaines de personnes s'étaient rassemblées autour du domicile de Boni Yayi à Cotonou, craignant qu'il ne soit arrêté.

La répression des manifestations par l’armée a déjà fait au moins quatre morts par balles selon Amnesty International et de nombreux blessés à travers le pays.

Des ONG de défense des droits humains ont dénoncé le tournant autoritaire du président Patrice Talon, élu en avril 2016, dans un pays qui a longtemps été considéré comme un modèle de démocratie en Afrique de l'Ouest.

Toutes les actualités

#GirlsGetEqual, une campagne digitale pour protéger les filles

L'ensemble des participants au lancement de la campagne digitale "Girls get equal", le 17 juin 2019 à Cotonou, Bénin. (VOA/Ginette Fleure Adande)

"Girls get equal" est le nom de la campagne en ligne lancée au Bénin le 17 juin et qui a débuté le 1er juillet pour une durée de six mois. Il s'agit de mettre fin aux inégalités entre filles et garçons et de promouvoir un changement de comportement pour le respect des droits des filles.

Six mois de campagne digitale pour l’égalité des filles est le nouvel engagement du Réseau ouest africain des jeunes femmes leaders (Roajelf) qui participe aux côtés de Plan International Bénin au mouvement mondial "Girls Get Equal".

Campagne contre les mariages précoces et forcés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Il s’agit d’une action pour le changement des comportements dans les communautés encore assises sur de nombreux stéréotypes présentant la femme comme inférieure.

Cette campagne a notamment pour objectif de sensibiliser les populations sur les actes et autres propos dégradants qui favorisent les inégalités entre filles et garçons.

Pour la présidente du Roajelf, cette campagne était plus que nécessaire quand on sait que les inégalités commencent dès le bas âge. Marielle Degboé a surtout insisté sur les facteurs socioculturels, qui sont de véritables obstacles à la réussite totale des actions menées par l'organisation.

"Nous ne sommes pas forcément différents et nous sommes tous humains", souligne-t-elle. "Lorsqu'on arrive à porter ce regard sur la jeune fille que nous sommes ou les jeunes filles avec qui nous travaillons, on n'a pas besoin de faire remarquer que l'inégalité soit flagrante même si les traditions culturelles ne nous favorisent pas toujours".

Lancement de la campagne digitale "Girls get equal", 17 juin 2019 à Cotonou, Bénin. (VOA/Ginette Fleure Adande)
Lancement de la campagne digitale "Girls get equal", 17 juin 2019 à Cotonou, Bénin. (VOA/Ginette Fleure Adande)

​Les six mois de campagne digitale permettront au Roajelf d’engager toutes les couches sociales, à commencer par les jeunes, à travers les différentes plateformes les plus utilisées.

Les thématiques d’engagement iront des violences à l’école aux grossesses non désirées en passant par le mariage précoce, la déscolarisation, la traite des personnes, les abus sexuels sur mineurs, la question des menstruations et l’épanouissement et le bien être des filles.

Selon Plan International Bénin, cette campagne est une opportunité à saisir pour que la chance de se faire valoir soit donnée aux filles .

Paul Karl Frederick, représentant résidant de Plan International Bénin, soutient qu'il est temps "de donner une nouvelle opportunité et surtout d'établir de nouvelles règles, créer une terre nouvelle qui permet la participation des filles au Bénin, à la Cédéao, dans mon pays en Haïti ou encore dans d'autres parties du monde".

Première affiche de la campagne, 17 juin 2019 à Cotonou, Bénin. (VOA/Ginette Fleure Adande)
Première affiche de la campagne, 17 juin 2019 à Cotonou, Bénin. (VOA/Ginette Fleure Adande)

​Depuis sa création il y a dix ans, le Roajelf s'est donné pour objectif de contribuer à l'épanouissement de la femme au sein de la société. Cette campagne digitale s'inscrit dans cette logique.

"La campagne digitale 'Girls get equal' vient à point nommé pour situer la jeune fille de par son développement", souligne Tamia Koko, représentants du Roajelf en Côte d'Ivoire.

"Ensemble, nous allons réfléchir sur les différentes thématiques qu'on voudrait aborder dans le cadre de cette campagne", précise Irmine Ayihounton, représentante du Roajelf au Bénin, ajoutant espérer qu'elle permettra "réellement d'améliorer les conditions de la jeune fille dans l'espace Cédéao".

Les réalités socio-culturelles ne facilitent pas le combat et les critiques se font aussi sur certaines stratégies adoptées par les associations de défense des droits des filles et des femmes.

Le sociologue Moulero Amouzouvi estime que "dans cette lutte qui est un processus de longue haleine, le problème n'est pas de dire 50%, égalité, parité. Responsabiliser la femme aujourd'hui est le seul moyen pour elle de s'imposer à l'homme".

Plusieurs hashtags sont créés pour booster la campagne qui vise à dénoncer toute forme de sexisme et à plaider pour l’égalité des filles, comme notamment #GirlsGetEqual, #Notdifferent ou encore #Roajelf4GirlsRights.

Plan International Bénin et le Roajelf disent espérer que cette campagne digitale "Girls get equal" parviendra à repousser les inégalités dont sont victimes les filles.

Lionel Zinsou écarté pour 5 ans

Lionel Zinsou écarté pour 5 ans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Lionel Zinsou inéligible pour 5 ans

Lionel Zinsou inéligible pour 5 ans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Lionel Zinsou inéligible pour 5 ans à toutes les élections

Lionel Zinsou à Cotonou pendant la campagne pour les présidentielles de 2016. (VOA)

Lionel Zinsou, ancien premier ministre de Boni Yayi et ancien candidat aux élections présidentielles inéligible pour 5 ans à toutes les élections au Bénin.

Le verdict est tombé vendredi 2 août 2019. L'ex-premier ministre béninois et candidat à la présidentielle de 2016 est frappé d'inéligibilité pour une période de 5 ans à toutes les élections au Bénin.

Il écope aussi de six mois d’emprisonnement assorti de sursis et d'une amende de cinquante millions de francs CFA.

Le juge en charge du dossier à l’audience ouverte vendredi matin a déclaré "recevable l'action du ministère public contre Lionel Zinsou et le retient dans les liens de la prévention d’usage de fausse attestation ou de certificat falsifié et de dépassement de dépense de campagne".

Lionel Zinsou s'apprêtant à voter à Cotonou, le 20 mars 2016. (VOA)
Lionel Zinsou s'apprêtant à voter à Cotonou, le 20 mars 2016. (VOA)

À la suite de ce verdict, les voix s'élèvent déjà à travers des communiqués pour fustiger "cette volonté du pouvoir à bâillonner toutes les voix de l'opposition".

Albert Tévoédjrè, ancien médiateur de la république pense "que rien de ce qui se passe aujourd'hui ne respecte l'esprit de la conférence nationale dès février 1990".

"Les hommes passeront mais le Bénin restera", a-t-il précisé regrettant que les bras capables de construire le pays soient exilés, contraints à ne plus revenir chez eux.

Lionel Zinsou, qui vit en France actuellement, dispose de quinze jours pour faire appel.

Lionel Zinsou écarté pour 5 ans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Campagne contre les mariages précoces et forcés

Les membres de l'association des femmes juristes du Bénin, à Cotonou, le 29 juillet 2019. (VOA/Ginette Fleure Adandé)

Au Bénin, le mariage des enfants est toujours une pratique courante. Pour combattre ce phénomène, l'Association des femmes juristes du Bénin multiplie les campagnes de sensibilisation pour diminuer le nombre de mariages forcés dans les zones reculées du pays.

Campagne contre les mariages précoces et forcés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Cécile est âgée de 14 ans. Elle a trouvé refuge auprès des sœurs salésiennes à Cotonou après avoir échappé à la stricte surveillance de son mari âgé de 51 ans.

"C'est mon oncle chez qui je vivais qui m'a donnée en mariage à un de ses amis", confie-t-elle.

Il lui demande de l'accompagner à l'église. Alors qu'ils partent, trois personnes sortent de nulle part pour lui saisir la main. Elle ne se rappelle pas très bien de la suite, sauf son réveil dans une case qu'elle ne reconnaît pas.

Elle voit l'ami de son oncle qui lui balance : "Tu es devenue ma femme". Son oncle a déjà pris la dot.

"Il a dit pour sceller le mariage qu'il doit coucher avec moi. Je lui ai dit que je suis vierge, que je ne pourrai pas faire une chose pareille mais deux personnes m'ont immobilisée et il m'a violée", raconte-t-elle. "Sa première femme m'a aidée à fuir de la maison".

De nombreuses jeunes filles sont ainsi données en mariage forcé à travers tout le Bénin comme dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest. Les chiffres sont assez révélateurs.

Trois filles sur dix sont mariées peu après leurs premières menstrues, 3,7 d’entre elles sont envoyées dans un domicile conjugal avant l'âge de 18 ans. Souvent, dans les campagnes, lorsqu’on n’est pas mariée à 18 ans, on est considérée comme une vieille fille rejetée dans le village à cause de tous les préjugés.

Ghislaine Bokovo, commissaire de police et responsable de l'Office central des mineures, de la famille et de la répression de la traite des êtres humains, explique que "la sensibilisation a trop duré, il faut sanctionner pour montrer l'exemple".

La valeur d'une fille : Khadijah, mariée à l'âge de 13 ans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:39 0:00

Même si la loi punit le mariage forcé au Bénin, plusieurs paramètres empêchent la répression et la pratique continue en toute impunité.

"La victime dira qu'elle ne peut pas emmener ses parents devant la justice", explique Maître Marie Élise Gbedo de l'Association des femmes juristes. "Dans les deux familles, c'est la loi du silence puisque ce sont les familles qui ont décidé du rapt de la fille et du mariage forcé. Donc personne n'en parle. Personne ne veut dénoncer personne."

Face à ces difficultés, pour faire respecter la loi, beaucoup estiment que pour combattre la pratique, il faut sensibiliser et associer les chefs religieux et coutumiers.

Face à l’ampleur du phénomène, les artistes aussi sont mobilisés. Pour Sessimè, ambassadrice itinérante de l'Unicef, le respect de la tradition ne saurait servir d'excuse à la violation des droits des enfants.

"Nos mœurs, nos traditions ont des carences qui ne servent pas la femme, la fille. Les filles souffrent, elles doivent aller à l'école, elle doit être émancipée. C'est une très belle cause et je m'investis et m'engage à fond pour la défendre".

C’est donc une longue course d’obstacles, mais le Bénin espère de venir à bout du mariage des enfants d'ici 2030.

Voir plus

XS
SM
MD
LG