Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Beaucoup de Guinéens dans le doute malgré 30 cas confirmés de coronavirus

Kits de lavage des mains devant des maisons à Conakry, le 1er avril 2020. (VOA/Zakaria Camara)

La Guinée a enregistré mercredi 8 nouveaux cas d’infection par le nouveau coronavirus. Au total 30 personnes ont été testées positives au COVID19 depuis le 12 mars 2020.

Selon l’Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS), 3 des 8 cas sont des personnes qui ont voyagé à l’étranger, deux contacts confirmés positifs et trois cas en cours de clarification.

"Le ministère de la santé à travers l’ANSS saisit cette occasion pour inviter la population à ne pas céder à la panique et à appliquer rigoureusement les mesures édictées dans l’état d’urgence sanitaire décrété par le président de la république", a indiqué le colonel Remy LAMAH, ministre guinéen de la santé.

Les autorités guinéennes, en plus des gestes barrière, ont interdit les voyages entre Conakry la capitale et le reste du pays. Cet isolement n’est pas sans conséquences sur les usagers de la route. "On ne fait rien, y a pas où aller. On va attendre la fin du confinement", s’exclame Mohamed Bailo Bah, chauffeur de taxi.

Le gouvernement guinéen interdit aussi tout rassemblement de plus de 20 personnes. Les lieux public tels que les écoles, les bars, les salles de jeu, salles de spectacle et salle de cinéma ou encore les lieux de culte sont fermés pour une durée de 14 jours.

Mais dans certains quartiers de la capitale, la distanciation recommandée est loin d’être une réalité. "Dans mon quartier on ne prend pas au sérieux cette pandémie. Y en a d’autres qui considèrent cela comme de la politique. Il faut une sensibilisation", témoigne Mariam, habitante de la Cité de l’air, un quartier de la banlieue de Conakry.

Un couvre-feu est instauré de 21h à 5h, des mesures prises par les autorités guinéennes qui s’ajoutent à la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes.

Parmi les 30 cas confirmés, il y a le ministre guinéen des travaux publics et la présidente du conseil économique et social.

Toutes les actualités

Minute Eco: Risque de dislocation de la CEDEAO à cause de l'ECO

Minute Eco: Risque de dislocation de la CEDEAO à cause de l'ECO
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Minute Eco: le FMI envoie 148 millions de dollars au gouvernement guinéen

Minute Eco: le FMI envoie 148 millions de dollars au gouvernement guinéen
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Alpha Condé a annonce un allègement du couvre-feu à Conakry

Alpha Condé a annonce un allègement du couvre-feu à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Les autorités guinéennes allègent le couvre-feu à Conakry, les écoles vont rouvrir

Une route barrée à Cosa dans la banlieue de Conakry, Guinée, le 14octobre 2019. (VOA/Zakaria Camara)

Le président guinéen Alpha Condé a annoncé lundi soir un allègement du couvre-feu dans la capitale Conakry et la prochaine réouverture des lieux de culte et de certaines écoles, fermés pour contrer le Covid-19.

Le président guinéen a invoqué dans une allocution diffusée par la télévision nationale "des statistiques encourageantes" en ce qui concerne le taux de guérison des malades et la létalité de la maladie.

Il a cependant souligné les risques d'un relâchement et indiqué que, sous réserve d'approbation par le Parlement, l'état d'urgence décrété le 26 mars et permettant des mesures exceptionnelles serait prolongé de 30 jours à partir de ce lundi.

Les frontières restent fermées et le port du masque obligatoire dans l'espace public, parmi d'autres mesures en place, a-t-il dit.

Le couvre-feu en vigueur dans le Grand Conakry de 22H00 à 5H00 est raccourci, de 23H00 à 4H00. Il demeure entièrement levé dans le reste du pays.

Les classes primaires et secondaires devant passer un examen, ainsi que les universités, rouvriront le 29 juin, à condition de faire respecter la distanciation sociale, prendre systématiquement la température, instaurer un lavage systématique des mains et observer le port du masque.

Les mosquées et les églises rouvriront le 22 juin dans les préfectures qui n’ont pas enregistré de contamination pendant au moins 30 jours.

La Guinée, petit pays pauvre durement éprouvé par la fièvre Ebola par le passé, a déclaré 4.572 cas de contamination et 26 décès.

L'État guinéen signe un accord pour l'exploitation de la plus vaste mine de fer au monde

La brume enveloppe les montagnes de Simandou à Beyla, Guinée, 4 juin 2014. (Photo REUTERS/Saliou Samb)

La Guinée a signé mardi un accord avec un consortium pour le développement de sa gigantesque réserve de minerai de fer de Simandou.

L’accord marque une nouvelle étape vers la réalisation d'un projet qui devrait apporter une manne estimée à 15 milliards de dollars sur 25 ans.

Le projet comprend la construction d'une voie ferrée de 650 km de la région forestière montagneuse de Guinée jusqu'à la côte. Il est aussi question d'un port en eau profonde.

Simandou représente le plus grand projet d'exploitation minière industrielle de la Guinée depuis les indépendances.

"C'est une étape importante dans le développement du secteur minier guinéen", souligne le ministre des mines, Abdoulaye Magassouba. Il ajoute que ce projet contribuera à diversifier la production minière du pays qui, jusqu'à présent, dépend fortement de l'aluminium et de l'or.

Le consortium comprend la Société minière de Boké (SMB) et la compagnie maritime Winning Shipping basée à Singapour, ainsi que des intérêts du gouvernement guinéen.

Il a remporté un appel d'offres de 14 milliards de dollars en novembre dernier pour développer les blocs de Simandou.

Selon Bloomberg, Simandou est le plus vaste gisement connu de ce type dans le monde, avec plus de 2 milliards de tonnes de minerai à haute teneur.

Depuis des années, le projet suscite des controverses en Guinée, pour des raisons diverses.

Voir plus

XS
SM
MD
LG