Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Construction de la première centrale solaire flottante d'Afrique en Côte d'Ivoire

Un panneau solaire sur le toit d’une maison, à la périphérie extérieure d'Abidjan, en Côte d'Ivoire, le 18 décembre 2017. . REUTERS/Thierry Gouegnon - RC11F28C8AB0

La Côte d'Ivoire va construire la "première centrale électrique solaire flottante d'Afrique", a annoncé le ministère ivoirien de l'Energie, qui veut augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays.

Les installations se feront sur des plans d'eau, lagune ou mer, abondants en Côte d'Ivoire, a indiqué lundi, sans autre précision, le ministre ivoirien du Pétrole, de l'Energie et des Energies Renouvelables, Thierry Tanoh.

Cette centrale sera financée à hauteur de 80 millions d'euros par un prêt de l'Agence française de développement (AFD), avec qui le gouvernement ivoirien a signé une convention pour une "coopération renforcée dans le domaine de l'énergie durable" le 29 novembre.

La Côte d'Ivoire, leader dans le secteur de l'électricité en Afrique de l'Ouest, est cependant en retard dans les énergies renouvelables, l'hydroélectrique mis à part.

La production d'électricité ivoirienne (2.000 MW) est assurée à hauteur de 75% par l'énergie thermique et le reste provient des barrages hydroélectriques. Le pays a produit à peine un mégawatt d'énergie solaire en 2018.

La Côte d'Ivoire veut faire passer les énergies renouvelables à 11% de son mix énergétique d'ici à 2020, puis à 16% en 2030.

Plusieurs projets sont en préparation, comme la construction de plusieurs centrales à biomasse Biokala, développées par le groupe agro-industriel ivoirien Sifca et le français EDF. Ces centrales doivent être alimentées par les résidus de palmiers à huile du groupe Sifca.

Première puissance économique d'Afrique de l'Ouest francophone, la Côte d'Ivoire dispose actuellement d'un réseau de 5.000 km de lignes à haute tension et d'une puissance installée de 2.200 mégawatts.

Le gouvernement mise sur un programme de développement de son réseau et ambitionne d'atteindre la barre des 4.000 MW en 2020 et 6.600 MW en 2030

Toutes les actualités

Le coût du péage de Grand–Bassam fait râler les Ivoiriens

Le coût du péage de Grand–Bassam fait râler les Ivoiriens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Face à l'inflation, les Ivoiriens veulent miser sur les céréales locales

Un employé d'une boulangerie vend du pain à base de farine de blé et de manioc à des clients à Yopougon, un quartier populaire d'Abidjan le 26 juin 2022.

"On est prêt à consommer local". Face à l'inflation et au risque de pénurie de blé causées par la guerre en Ukraine, la Côte d'Ivoire mise sur l'utilisation de denrées locales, à commencer par la farine de manioc pour fabriquer la très appréciée baguette de pain.

"Tout est devenu cher sur le marché", peste Honorine Kouamé, une vendeuse dans le quartier populaire Blockhaus à Abidjan. "Si on peut fabriquer le pain à base de farine locale de manioc, ce sera meilleur. On est prêt à consommer local", affirme-t-elle.

Elle a déjà commencé à le faire et dans ses marmites incandescentes, cuit des galettes où elle mélange farine de blé et de coco.

En Côte d'Ivoire, un aliment sert de boussole au coût de la vie: la baguette de pain, un "produit de grande consommation", selon le ministre de l'Economie Adama Coulibaly.

Un euphémisme dans un pays de quelque 25 millions d'habitants qui compte 2.500 boulangeries et où le pain est un aliment central, toutes classes sociales confondues.

Un employé de Rama Cereal, une usine locale de transformation de céréales, transforme le grain de mil pour en faire de la bouillie de mil à Abobo, un quartier populaire d'Abidjan, le 23 juin 2022.
Un employé de Rama Cereal, une usine locale de transformation de céréales, transforme le grain de mil pour en faire de la bouillie de mil à Abobo, un quartier populaire d'Abidjan, le 23 juin 2022.

Mais la Côte d'Ivoire ne produit pas de blé et l'importe, de France principalement. Or l'offre mondiale s'est effondrée - l'Ukraine et la Russie en guerre étant deux gros producteurs - et comme ailleurs dans le monde, les prix ont bondi.

Pour éviter que cette hausse ne se répercute sur le consommateur, le gouvernement - pourtant libéral - a choisi de plafonner le prix de la baguette entre 150 et 200 francs CFA (22 et 30 centimes d'euro) selon le poids, et une subvention de 6,4 milliards de francs CFA (environ 10 millions d'euros) a été débloquée pour compenser les boulangers ivoiriens.

Mais une autre solution plus pérenne est plebiscitée par les boulangers comme par le gouvernement: introduire la farine de manioc dans la fabrication du pain.

Avec 6,4 millions de tonnes produites chaque année en Côte d'Ivoire, le manioc est la deuxième culture locale après l'igname.

Pénurie de blé: les boulangers togolais se tournent vers les céréales locales
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:42 0:00

Pain aux "nouvelles saveurs"

Reste toutefois à séduire le consommateur ivoirien.

"Le pari n'est pas gagné. Car pour l'Ivoirien, un pain au manioc est associé à un pain de mauvaise qualité. Il va falloir sensibiliser les consommateurs à ces nouvelles saveurs", estime René Diby, boulanger, et un tel changement doit être précédé "d'une campagne de sensibilisation accrue".

L'utilisation d'une petite portion de cette farine permettrait déjà de soulager quelque peu les finances de l'Etat ivoirien.

L'an dernier, 10% de son budget national de 152 milliards d'euros a été dépensé dans l'importation de denrées alimentaires, malgré des sols fertiles.

"Nous sommes favorables à cette intégration de céréales produites localement. Cela va permettre de relancer la production de manioc, de maintenir le niveau du prix du pain", estime Jean Baptiste Koffi, président de la confédération des consommateurs de Côte d'Ivoire qui veut promouvoir le "consommer local".

"Produire du pain à base de céréales locales peut être la solution pour faire face aux crises alimentaires", confirme Marius Abé Aké, président de la fédération des boulangers de Côte d'Ivoire.

Contre la hausse des prix, Ranie-Didice Bah Koné, secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre la vie chère (CNLCV, étatique), estime qu'il est temps d'exploiter le potentiel agricole de la Côte d'Ivoire.

"Il s'agit de penser à long terme, à notre sécurité alimentaire, il s'agit de penser comment la Côte d'Ivoire va faire en sorte d'être moins dépendante des cours mondiaux", estime-t-elle.

Un employé de Rama Cereal, une usine locale de transformation de céréales, transforme le grain de mil pour en faire de la bouillie de mil à Abobo, un quartier populaire d'Abidjan, le 23 juin 2022.
Un employé de Rama Cereal, une usine locale de transformation de céréales, transforme le grain de mil pour en faire de la bouillie de mil à Abobo, un quartier populaire d'Abidjan, le 23 juin 2022.

"Boulangerie africaine"

Lors de la visite à Abidjan d'une usine moderne de transformation de farine de manioc qui emploie une quarantaine de femmes, elle a souhaité la mise en place de mesures immédiates pour augmenter l'offre de farines locales, en complément des subventions à la filière blé.

La Côte d'Ivoire n'est pas la seule concernée: le 19 juillet, les boulangers ivoiriens se rendront à Dakar pour une rencontre régionale avec leurs voisins ouest-africains.

L'objectif est de créer une confédération de la boulangerie qui pourra promouvoir "l'incorporation des denrées locales dans la fabrication du pain à hauteur de 15%", a précisé M. Aké.

"Il nous faut faire de la boulangerie africaine, pour contribuer à baisser les coûts de fabrication, lutter contre la pauvreté et nous épargner de mouvements sociaux dommageables", poursuit-il.

Même si la situation y est moins critique que dans d'autres pays plus pauvres, la Côte d'Ivoire ne veut pas revivre les émeutes de la faim qui l'avaient secouée en 2008 alors que les prix des biens de consommation comme le riz, le lait ou la viande avaient flambé.

Les restaurants pleins font le bonheur et le business des Ivoiriens

Les restaurants pleins font le bonheur et le business des Ivoiriens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Rentrer ou rester, le choix difficile d'Ivoiriens réfugiés au Togo

Fin 2010, Laurent Gbagbo avait contesté les résultats de l’élection présidentielle donnant Alassane Ouattara vainqueur, ce qui avait provoqué une violente crise faisant quelque 3.000 morts.

Étudiant à Abidjan, Jiher Gnangbé, a fui en mai 2011 son pays qui sortait tout juste d'une violente crise post-électorale pour se réfugier au Togo où il a posé ses valises comme sept milliers d'autres Ivoiriens au camp d'Avépozo, dans la banlieue de Lomé.

Onze ans plus tard, 6.000 d'entre-eux ont regagné la Côte d'Ivoire, où une paix durable s'est installée. Mais pour Jiher Gnanbé, un ancien partisan de Laurent Gbagbo, pas question de rentrer. Il veut rester au Togo, même si dans quelques jours, le 30 juin prochain, il perdra son statut de réfugié.

L'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), estime que la Côte d'Ivoire a "tourné la page" de cette crise et décidé de lever le statut de réfugiés pour des dizaines de milliers d'Ivoiriens toujours installés dans les pays voisins, principalement au Ghana, Liberia, Bénin et Togo.

Jiher Gnangbé, lui, n'est pas de cet avis. "Je ne veux pas rentrer à Abidjan, parce que j'ai toujours peur d'être arrêté", dit cet ancien étudiant en criminologie qui, durant la présidentielle de 2010, était chargé de mobiliser les jeunes d'un quartier de la ville pour la victoire de Laurent Gbagbo.

Fermeture du camp de réfugiés ivoiriens d’Avépozo au Togo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Fin 2010, Laurent Gbagbo avait contesté les résultats de l’élection présidentielle donnant son adversaire Alassane Ouattara vainqueur, ce qui avait provoqué une violente crise faisant quelque 3.000 morts.

"J’ai fui le pays parce que j’étais recherché par des forces de l’ordre. Mon père, militaire, a été tué dans des manifestations", raconte le réfugié dont le visage s'assombrit. La dizaine de réfugiés interrogés par l'AFP dans ce camp étaient, au moment de la crise, des partisans de Laurent Gbagbo qui avaient fui la Côte d'Ivoire après l'arrestation de l'ancien président en avril 2011.

En dépit d'une réconciliation nationale et du retour en Côte d'Ivoire de M. Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) qui le poursuivait pour crimes contre l'humanité, Jiher Gnanbé "préfère rester à Lomé". Durant cette décennie, il a établi à Lomé un petit commerce d'attiéké, la semoule de manioc ivoirienne dont raffolent ses voisins ouest-africains.

Option rapatriement

Comme lui, ils sont près de 200 dans le camp d'Avépozo à avoir reçu le 16 juin dernier un passeport des autorités ivoiriennes, qui leur permettra de rester au Togo, après expiration de leur carte de réfugiés. En tant que ressortissants d'un pays de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), les Ivoiriens n'ont pas nécessairement besoin d'une carte de séjour pour vivre au Togo. Un passeport ivoirien leur permet de circuler librement.

Denise Koffi, 43 ans, habite le camp d’Avépozo depuis le 24 mai 2011 et elle a également décidé de rester: "J’ai vécu deux crises, en 2002 et 2011 et rien ne prouve qu'il n'y aura pas une autre crise", dit-elle. "Je suis toujours traumatisée", lâche cette mère de trois enfants.

Interdiction d'une manifestation par le gouvernement togolais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Au total, "le Togo a accueilli 7.000 réfugiés ivoiriens en 2011. Dans nos bases de données en début d’année 2022, on dénombrait encore environ 1.000 réfugiés ivoiriens dont 800 dans le camp d’Avépozo", souligne la cheffe du bureau du HCR au Togo, Monique Atayi. Deux solutions existent après la levée de leur statut: "le rapatriement volontaire et l’intégration locale", ajoute-elle.

Après plus de onze ans au Togo, Sylvie Gnayoro, 42 ans, a choisi d'être rapatriée. "Les autorités ivoiriennes nous ont rassurés", dit cette ancienne militante du parti de M. Gbagbo, dont la boutique à Abidjan avait été incendiée et sa vie menacée par des jeunes de son quartier. Elle se dit soulagée de quitter le camp: "c’était vraiment dur. Les maisons sont délabrées, le HCR ne nous apporte plus assistance depuis 2013 et chacun se débrouille", dit-elle.

Composé au départ de tentes faites avec des bâches, le camp d’Avépozo – situé en bordure de mer – comprend depuis 2013, plus de 300 petites cabanes en bois, avec des toits en tôles, la plupart dans un état de délabrement avancé. Pas d’infirmerie, les locaux ayant été incendiés en 2013 par les réfugiés eux-mêmes, lors d’une manifestation pour exiger une amélioration de leurs conditions de vie.

Neuf ans plus tard, la situation ne s'est pas améliorée. Alors la moitié des réfugiés toujours présents ont choisi l'option rapatriement. Nombreux sont ceux qui évoquent le manque d'opportunités au Togo, l'un des pays les plus pauvres au monde, face au fort dynamisme de l'économie ivoirienne, dont le taux de croissance dépasse les 6% en 2021.

Le fléau des grossesses en milieu scolaire chez les Ivoiriennes

Le fléau des grossesses en milieu scolaire chez les Ivoiriennes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG