Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Coronavirus: l'Amérique latine dépasse les 10.000 cas déclarés

Drapeaux des pays touchés par le nouveau coronavirus projetés sur la statue du Christ Rédempteur à Rio de Janeiro, Brésil, 18 mars 2020. (Photo: Forian Plancheur/AFP)

182 personnes sont mortes du coronavirus sur 10.435 cas déclarés en Amérique latine, selon les derniers chiffres officiels.

Les pays les plus touchés sont le Brésil (2.915 cas dont 77 décès), l'Equateur (1.403 cas, 34 décès) et le Chili (1.610 cas, cinq décès). Le premier cas en Amérique latine avait été enregistré le 26 février au Brésil.

Au cours des dernières semaines, les pays de la région ont renforcé les restrictions pour tenter d'endiguer la progression de la pandémie. Des mesures de confinement obligatoire ont été décrétées au Venezuela, en Argentine, en Colombie, en Bolivie, au Salvador et au Panama.

Le Honduras, le Pérou, l'Equateur et le Guatemala ont mis en place des couvre-feux élargis. Les frontières sont fermées dans la quasi-totalité de la région.

Plusieurs gouvernements ont pris des mesures de soutien économique. Au Pérou, au Honduras, au Salvador et en Equateur, des allocations ou des distributions de nourriture ont été mises en place pour les familles les plus démunies.

En Argentine, les familles pauvres, les retraités et les chômeurs vont recevoir des aides supplémentaires. Le gouvernement a, en outre, dégagé 5,3 milliards de dollars pour soutenir les petites et moyennes entreprises.

Au Mexique, pays frontalier des Etats-unis, la situation est précaire, soulignent nos confrères de Telemundo. La moitié des travailleurs évoluent dans l'informel et l'administration du président López Obrador n'envisage pas pour l'instant un plan de sauvetage économique. Le fisc mexicain a même refusé de repousser la date limite pour la déclaration des impôts, qui reste maintenue au mois d'avril. Au total, 585 cas de coronavirus ont été confirmés dans le pays, qui compte 8 morts en date.

Toutes les actualités

Baisse de salaire pour le président chilien, ses ministres et les parlementaires

Manifestants réclamant une aide alimentaire de l'Etat dans un quartier pauvre de Santiago, Chili, 18 mai 2020. (AP Photo/Esteban Felix)

Une loi prévoyant une baisse des salaires du président, des ministres et des parlementaires a été promulguée ce lundi au Chili, après un processus législatif accéléré par l'épidémie de coronavirus. La loi était en débat au Parlement depuis six ans.

"Nous vivons des moments difficiles et je sais que de nombreuses familles chiliennes traversent un moment compliqué. Il nous a semblé juste et nécessaire de réduire les revenus les plus élevés de l'administration de l'État afin de pouvoir dégager une aide plus importante à destination de la classe moyenne et des personnes qui en ont le plus besoin", a déclaré le président conservateur Sebastian Piñera.

Il y a une semaine, des habitants de la capitale Santiago ont bravé le confinement obligatoire pour manifester et réclamer des aides alimentaires, tandis que l'apparition de l'épidémie a fait exploser le chômage et la faim dans les quartiers les plus pauvres.

La loi prévoit la création d'une commission technique qui fixera périodiquement les salaires des hautes autorités gouvernementales et de leurs conseillers, "selon des critères techniques, objectifs et d'austérité", a précisé le président chilien.

Une proposition de loi pour une baisse des salaires des parlementaires chiliens avait été déposée en 2014 devant le Parlement par des députés de la gauche radicale, qui suggérait une réduction de 50%.

Les rémunérations des parlementaires chiliens font partie des plus élevées du monde, avec un salaire brut de 11.500 dollars et des compléments de salaire d'un montant équivalent. Le salaire minimum au Chili est d'environ 380 dollars.

Le Chili a enregistré 73.997 infections et 761 décès depuis l'apparition du premier cas le 3 mars.

Ce que Memorial Day représente pour les Américains

Ce que Memorial Day représente pour les Américains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Escalade des tensions entre la Chine et les États-Unis

Escalade des tensions entre la Chine et les États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

L'Amérique du Sud, "un nouvel épicentre" de la pandémie

Un agent de sécurité vérifie la température d'une personne à l'extérieur d'un bureau de banque pour s'assurer qu'elle ne présente aucun symptôme du coronavirus.

L'Amérique du Sud est "un nouvel épicentre" de la pandémie de nouveau coronavirus, avec une situation particulièrement alarmante au Brésil, a estimé vendredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"L'Amérique du Sud est devenue un nouvel épicentre de la maladie. Nous voyons le nombre de cas augmenter dans de nombreux pays sud-américains. L'inquiétude concerne beaucoup de ces pays mais clairement le plus affecté à ce stade est le Brésil", a déclaré le responsable des situations d'urgence de l'OMS, Michael Ryan, lors d'une conférence virtuelle depuis Genève.

Alors que l'Europe, où le Covid-19 a tué plus de 170.000 personnes, progresse sur la voie d'une lente normalisation, l'Amérique du Sud enregistre une progression inexorable de la pandémie, avec de terribles conséquences prévisibles en termes d'économie et d'emploi.

Le Brésil compte près de 300.000 cas et 19.000 morts pour 210 millions d'habitants, selon l'OMS, ce qui le place au 3e rang mondial pour le nombre de cas, derrière les Etats-Unis et la Russie. Le seuil des 20.000 morts a déjà été franchi, selon un décompte de l'AFP.

"La majorité des cas sont recensés dans la région de Sao Paolo (...) mais les taux de prévalence les plus élevés sont (dans l'Etat) d'Amazonas, où environ 490 personnes pour 100.000 habitants sont infectées, ce qui est assez haut", a ajouté Michael Ryan.

Un collectif de chercheurs brésiliens avance que les chiffres officiels sous-estiment largement la réalité de la pandémie au Brésil.

Selon eux ils sont au moins 15 fois inférieurs à la réalité et le pays compterait plus de 3,6 millions de personnes infectées.

La pandémie de coronavirus a fait plus de 333.000 morts dans le monde

La pandémie de coronavirus a fait plus de 333.000 morts dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG