Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

Après Touba, les émeutes anti-confinement gagnent Dakar

La police anti-émeute tente d'éteindre un incendie au milieu de la rue lors des manifestations contre le couvre-feu imposé en raison du coronavirus à Dakar, au Sénégal, le 4 juin 2020. (Photo REUTERS/Christophe Van Der Perre)

Des émeutes anti-confinement qui avaient commencé dans la ville sainte de Touba, au centre du pays, ont fini par gagner la capitale sénégalaise.

A Dakar, des manifestants ont brûlé des pneus et jeté des pierres sur les forces de sécurité mercredi.

La une des journaux jeudi a été dominée par des titres tels que "Dakar s’embrase", "Le virus embrase la rue", selon une revue de la presse publiée par l’Agence sénégalaise de presse.

Les troubles dans la capitale sénégalaise ont fait suite à une action similaire à de Touba la nuit précédente, où des foules avaient mis le feu à une ambulance, jeté des pierres et pillé des immeubles de bureaux.

"Le coronavirus est une maladie infectieuse, mais (le président) Macky Sall doit savoir qu'ici au Sénégal, la plupart des gens sont pauvres. Nous sommes pauvres. Trois mois à la maison, c'est trop", a déclaré Habibatou, une habitante du quartier de Grand Yoff à Dakar.

Selon un témoin qui s’est confié à l’agence de presse Reuters, l'armée et la police ont été déployées dans certains quartiers pour contenir les troubles.

En dehors de Dakar et Touba, des manifestations ont étés également observées dans la région de Kaolack, dans le sud du pays, selon un responsable local.

Mercredi, les principaux boulevards de Touba étaient jonchés de pneus carbonisés et de branches cassées.

Serigne Mountakha Mbacké, le khalife de la confrérie des Mourides, est sorti de sa réserve habituelle pour demander d’un ton ferme la fin des émeutes dans la ville sainte. "Je ne permettrai plus que des personnes se mettent à violer la sacralité de cette cité pour quelque raison que ce soit. Quiconque se hasadera de passer outre cette recommandation me verra sur son chemin", a-t-il menacé, selon le site d’informations Rewmi.com.

De son côté, le président sénégalais Macky Sall a instruit ses ministres de "travailler avec les partenaires du secteur des transports à la levée des restrictions", selon le quotidien national Le Soleil.

Les troubles à Dakar et à Touba mettent en évidence un dilemme pour de nombreux pays d'Afrique. Comment protéger les citoyens contre la pandémie sans porter atteinte à leurs moyens de subsistance ?

Toutes les actualités

Minute Eco: Le taux de croissance du Congo sera de 4,6% en 2020 et celui du Tchad de 5,5% en 2020

Minute Eco: Le taux de croissance du Congo sera de 4,6% en 2020 et celui du Tchad de 5,5% en 2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:27 0:00

Plus de 12 millions d'enfants non scolarisés dans le Sahel en 2019-2020

Plus de 12 millions d'enfants non scolarisés dans le Sahel en 2019-2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Réouverture des restaurants et des discothèques de Dakar

Un restaurant fermé en raison du coronavirus COVID-19, à Dakar le 25 mars 2020. (Photo by JOHN WESSELS / AFP)

Au Sénégal, la tendance baissière des cas de Covid-19 a incité le gouverneur de la région de Dakar à autoriser la réouverture des restaurants, boites de nuits et autres salles de spectacles.

Le premier samedi ayant suivi la réouverture des lieux de loisirs n’a pas été aussi mouvementé qu’attendu. Dans la banlieue de Dakar, la reprise n’est pas encore actée dans la majorité des boites de nuit à cause du bouleversement causé par le Covid-19.

Amdy Rijal, artiste-compositeur, explique que "pour l’instant ça peut être un peu compliqué parce qu’on a perdu beaucoup de contrats". L’artiste précise qu’il avait organisé beaucoup de soirées mais "finalement avec le Covid-19, on a pas pu réaliser tout ça mais actuellement, on compte organiser des événements mais je pense pas qu’on pourra gagner comme avant", déplore t’il.

Du côté des gérants de boite de nuits, les contrats sont peu à côté du casse-tête que va être le respect des mesures barrières dans les enceintes. Pour ce gérant expérimenté ayant requis l’anonymat , c’est tout simplement impossible de procéder au respect des mesures barrières dans certaines conditions.

"Il y a cette peur qui règne vu que toutes les mesures barrières les gens essaient de les respecter mais ça ne sera pas possible", alerte-t-il. Pour lui, ouvrir les salles qui prennent moins de 500 personnes "c’est beaucoup de monde déjà et pour respecter ses mesures barrières, c’est impossible".

Certains habitués des salles de spectacles ne sont pas ébranlés par les craintes exprimées par les professionnels du milieu. Pour Madior Fall, l’essentiel c’est de prendre du plaisir quel que soit le coût ou les conditions.

"Même si le coronavirus est là les sénégalais n’ont pas peur on dirait. Les boites vont se remplir comme avant malgré tout ce qui se dit", affirme-t-il. Madior estime que même si les tarifs n’ont pas encore changé et varie entre 5000, 10000, 15000, 20000, 50000 et 100000 francs, les clients seront au rendez-vous. "Les boîtes vont récupérer l’argent perdu parce que ceux qui fréquentent les boite de nuit comme moi sont pressés de voire la réouverture devenir effective", conclut-il.

La décision du gouverneur de Dakar permet la réouverture des lieux de loisirs mais beaucoup de professionnels du milieu sont encore loin de voir le bout du tunnel.

Entre les conditions sanitaires fixées par les autorités, la révision des contrats et d’une grille tarifaire adaptée à la crise, le chemin parait encore long.

Baisse des cas de coronavirus dans la région de Dakar

Baisse des cas de coronavirus dans la région de Dakar
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

Daara J Family présente l'album YAAMATELE: "un voyage sans visa"

Daara J Family présente l'album YAAMATELE: "un voyage sans visa"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG