Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Maroc

Coronavirus: aides financières pour 4,3 millions de foyers marocains

Des femmes et des enfants se réunissent dans une maison pour célébrer l'occasion de l'Achoura, à Salé, près de Rabat, au Maroc, le 10 septembre 2019. (AP Photo / Mosaab Elshamy)

Quelque 4,3 millions de familles tirant leurs revenus du secteur informel ou de métiers précaires vont bénéficier d'aides financières directes pour faire face à la crise liée à la pandémie du nouveau coronavirus, a annoncé lundi le ministre marocain de l'Economie.

Environ 1,8 million de foyers ont déjà touché ces aides financées par le fond spécial d'urgence "Covid-19" créé sous l'impulsion du roi du Maroc, a précisé Mohamed Benchaaboum lors d'un discours devant le Parlement.

Les aides allouées à ceux qui vivaient de petits boulots au noir ou de métiers indépendants sans couverture sociale --artisans, journaliers, vendeurs ambulants, coursiers, gardiens, femmes de ménage, ouvriers du bâtiment-- vont de 800 à 1.200 dirhams (75 à 110 euros) par mois selon la taille du foyer.

A ces aides s'ajoutent un gel des factures d'eau et d'électricité et des reports de crédit à la consommation. Des distributions alimentaires ont aussi commencé dans toutes les régions du pays pour les plus démunis.

Le secteur informel représente près de 80% des emplois au Maroc, selon un rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT), et les trois quarts des travailleurs ne bénéficient d'aucune couverture sociale d'après les statistiques officielles.

Ce pays de 35 millions d'habitants comptait un peu plus de trois millions de pauvres avant la crise, selon les statistiques officielles. La pandémie s'ajoutant à la sécheresse, près de 10 millions de Marocains pourraient se retrouver dans une situation économique très difficile, selon la Banque mondiale.

La partie structurée de l'économie marocaine n'a pas été épargnée par la paralysie économique induite par les mesures de confinement imposés pour limiter la contagion.

Près de 142.000 entreprises (soit 57% des sociétés recensées) ont arrêté définitivement ou temporairement leurs activités, la moitié de celles qui travaillent encore ont réduit leur production et quelque 800.000 salariés et employés se retrouvent au chômage.

Des facilités fiscales ont été prévues pour les entreprises et des prêts exceptionnels sont en cours de déblocage pour environ 9.000 petites et moyennes entreprises, selon le ministère de l'Economie.

L'apport de l'Etat et les dons des entreprises ont permis d'alimenter le fond "Covid-19" à hauteur de 32 milliards de dirhams (2,9 milliards d'euros).

Le coût des aides aux travailleurs précaires représente actuellement à 4,2 milliards de dirhams et celui des allocations de chômage environ deux milliards de dirhams par mois, selon la même source.

Quelque deux milliards du fond "Covid-19" ont aussi été alloués à l'équipement des hôpitaux publics (lits de réanimation, appareils respiratoires, test de dépistages, etc.), selon le bilan présenté lundi au Parlement.

Toutes les actualités

Le conflit au Sahara occidental cause une flambée des prix

Le conflit au Sahara occidental cause une flambée des prix
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:13 0:00

Un ingénieur marocain construit des logements écologiques

Un ingénieur marocain construit des logements écologiques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:53 0:00

Sahara occidental: situation confuse, des tirs croisés rapportés

Sahara occidental: situation confuse, des tirs croisés rapportés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:27 0:00

Le Front Polisario dit mobiliser des milliers de volontaires pour l'armée sahraouie

Le Front Polisario dit mobiliser des milliers de volontaires pour l'armée sahraouie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:47 0:00

Sahara occidental: reprise du trafic routier à la frontière avec la Mauritanie

Des membres du Front Polisario quittent leur campement près de la frontière mauritanienne à Guerguerat, au Sahara occidental, sur la route menant à la Mauritanie, le 13 novembre 2020.

Le trafic routier a repris samedi, après trois semaines de blocage, entre la Mauritanie et le Sahara occidental, au lendemain d'une opération militaire lancée par le Maroc dans une zone-tampon de ce territoire disputé proche de la frontière mauritanienne, a-t-on appris de sources sécuritaires mauritanienne et marocaine.

"80 camions ont traversé côté mauritanien (en direction du nord). De l'autre côté, cela reprend également", a déclaré à l'AFP cette source haut placée ayant requis l'anonymat.

Vendredi, Rabat avait annoncé avoir lancé une opération militaire dans la zone-tampon de Guerguerat, à l'extrême sud du Sahara occidental, afin de rouvrir la route conduisant vers la Mauritanie voisine, un axe routier essentiel pour le trafic commercial vers l'Afrique de l'Ouest.

Le regain de tensions dans l'ancienne colonie espagnole que se disputent le Maroc et le Polisario depuis des décennies, a suscité de l'inquiétude à l'ONU, à l'Union africaine (UA) mais aussi en Algérie, en Mauritanie, en France, en Espagne ou même en Russie, pays qui suivent de près ce dossier.

Le Front Polisario, mouvement indépendantiste sahraoui, a affirmé samedi poursuivre les combats au Sahara occidental alors que plusieurs pays appellent à respecter le cessez-le-feu de 1991.

"Le trafic routier entre le Maroc et la Mauritanie a repris dans les deux sens à Guerguerat", a confirmé depuis Rabat à l'AFP un haut responsable marocain.

Des vidéos transmises à l'AFP par les autorités marocaines montrent la reprise du trafic côté marocain au poste frontière de Guerguerat.

L'agence officielle marocaine MAP a pour sa part indiqué que "des dizaines de camions de transports de marchandises qui étaient bloqués depuis trois semaines à cause des agissements des milices et du Polisario ont traversé la frontière dans les deux sens".

L'état-major général marocain avait indiqué vendredi soir que le passage de Guerguerat était "complètement sécurisé via la mise en place d'un cordon de sécurité par les forces armées royales", tandis que les Affaires étrangères répétaient que "le Maroc reste fermement attaché au cessez-le-feu".

Voir plus

XS
SM
MD
LG