Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moyen-Orient

Comité constitutionnel syrien: constat d'échec de l'émissaire de l'ONU

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, au siège de l'ONU à New York, le 30 avril, 2019.

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, a dressé vendredi un tableau sombre des travaux du Comité chargé de réviser la Constitution syrienne, tranchant avec l'optimisme dont il avait fait preuve fin octobre lors de sa première réunion.

"Il n'y a aucune raison de convoquer une nouvelle réunion" de ce Comité dans son format réduit (45 personnes représentant le pouvoir, l'opposition et la société civile), a-t-il annoncé lors d'une liaison vidéo avec le Conseil de sécurité de l'ONU.

Evoquant les questions de la libération de prisonniers et du sort des disparus, il a aussi souligné sa "grande frustration devant l'absence de progrès" dans ces domaines.

L'émissaire a précisé que la deuxième réunion du Comité constitutionnel à Genève en novembre avait tourné court, sans accord sur l'ordre du jour et le programme de travail. Selon des diplomates, le régime syrien a posé des conditions inacceptables pour le reste du Comité.

Ces sources estiment que l'intérêt du régime syrien est de traîner le plus possible jusqu'aux élections parlementaires prévues en 2020 et présidentielle en 2021 pour confirmer la reprise du contrôle du pays par Damas.

Le Comité constitutionnel "est et restera fragile", a convenu vendredi Geir Pedersen.

"C'est un processus difficile" et "il ne faut pas imposer des calendriers" à la Syrie, a réaffirmé l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia.

Le Comité constitutionnel comprend au total 150 membres (50 représentant le régime, 50 l'opposition et 50 la société civile). Il a été créé en janvier 2018 à Sotchi en Russie mais l'ONU avait eu besoin de près de deux ans pour arriver à en définir la composition et son fonctionnement. Sa mission - amender la Constitution actuelle ou en créer une nouvelle - reste imprécise.

Fin octobre, l'émissaire de l'ONU avait estimé que le lancement du Comité constitutionnel était un "signe d'espoir" et de nombreux pays l'avaient alors aussi interprété comme ouvrant la voie à un processus politique pour la Syrie ravagée par près de neuf ans de guerre.

Geir Pedersen, de nationalité norvégienne, est entré en fonctions le 7 janvier 2019. Il a succédé à trois émissaires ayant tous jeté l'éponge au cours de leur mandat face à l'absence de progrès: l'Italo-Suédois Staffan de Mistura, l'Algérien Lakhdar Brahimi et le Ghanéen Kofi Annan (décédé en 2018).

Toutes les actualités

Pékin accuse Washington d'ignorer la souffrance des Palestiniens

Maisons détruites à la suite des frappes aériennes et d'artillerie israéliennes alors que la violence transfrontalière entre l'armée israélienne et les militants palestiniens se poursuit, dans le nord de la bande de Gaza, le 14 mai 2021.

La Chine a accusé vendredi les Etats-Unis "d'ignorer la souffrance des Palestiniens", après que Washington eut bloqué une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU consacrée au conflit au Proche-Orient.

Les Etats-Unis, principal allié diplomatique d'Israël, ont refusé qu'une réunion virtuelle publique consacrée au conflit israélo-palestinien se déroule vendredi, mais finalement accepté qu'elle ait lieu dimanche.

La Chine, qui préside ce mois-ci le Conseil de sécurité, a en revanche pris la défense des Palestiniens dans l'enceinte onusienne, où elle utilise fréquemment son droit de véto pour bloquer les motions visant ses alliés, comme la Syrie.

Devant la presse, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a estimé que Washington s'opposait ainsi, à lui seul, à la volonté de la communauté internationale.

"Les Etats-Unis répètent qu'ils se préoccupent des droits des musulmans (...) mais ils ignorent la souffrance des Palestiniens", a martelé Mme Hua.

La porte-parole chinoise a fait le rapprochement avec l'intérêt porté par Washington aux Ouïghours, une ethnie musulmane du nord-ouest de la Chine qui selon des organisations de défense des droits de l'Homme subit la répression de Pékin.

"Les Etats-Unis devraient se rendre compte que la vie des Palestiniens est tout aussi précieuse", a-t-elle tonné.

Depuis lundi, les Etats-Unis ont accepté deux visioconférences à huis clos et en urgence sur le conflit israélo-palestinien mais refusé deux déclarations communes appelant à un arrêt des hostilités, les jugeant "contreproductives" à ce stade.

Dans leurs prises de position depuis le début du conflit, les Etats-Unis ont réaffirmé le droit d'Israël à se défendre contre les tirs de roquettes du mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, mais aussi appelé à la désescalade.

Ils ont également demandé à Israël de faire "tout son possible pour éviter des victimes civiles".

Pas de répit dans le conflit israélo-palestinien

Pas de répit dans le conflit israélo-palestinien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:46 0:00

Violences entre le Hamas et Israël: réactions des grandes puissances

Violences entre le Hamas et Israël: réactions des grandes puissances
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Affrontements israélo-palestiniens : les réactions des pays amis

Affrontements israélo-palestiniens : les réactions des pays amis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:42 0:00

Environ 2.000 personnes manifestent au Cap en soutien aux Palestiniens

Environ 2.000 personnes manifestent au Cap en soutien aux Palestiniens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG