Liens d'accessibilité

Comparution d'une Américaine qui avait comparé Mugabe à un "lutin" au Zimbabwe


Le président du Zimbabwe Robert Mugabe à Harare, le 18 avril 2017.

Une Américaine de 25 ans qui avait apparemment comparé sur les réseaux sociaux le président zimbabwéen Robert Mugabe à un "lutin" a été placée samedi en détention provisoire après avoir été accusée devant le tribunal de subversion.

Selon le procureur, Martha O'Donovan avait publié le 11 octobre un message sur Twitter sous le nom "@matigary" qui indiquait: "Nous sommes dirigés par un homme égoïste et malade". Le tweet était illustré par une photo montrant Mugabe avec un cathéter.

Elle est accusée de subversion, tentative de renversement du gouvernement et insulte au président.

"Notre client dément toutes ces accusation," a déclaré à l'AFP l'avocat Obey Shava, précisant que Mme O'Donovan présentera lundi une demande de libération sous caution.

Cette Américaine travaillant pour la télévision privée Magamba TV avait été interpellée vendredi à l'aube à son domicile de Harare et placée en garde à vue au commissariat central de la capitale, selon l'Association des avocats du Zimbabwe pour les droits de l'Homme (ZLHR).

Selon l'ONG, elle a été arrêtée pour avoir "publié un tweet sur son compte lors du récent festival Shoko qui fait référence à un certain lutin dont la femme et le fils ont acheté une Rolls-Royce".

"Ce tweet prétendument insultant ne fait même pas mention du nom du président", a relevé la ZLHR.

Selon la presse indépendante locale, l'épouse du chef de l'Etat, Grace Mugabe, et un de ses fils Russell Goreraza, ont récemment fait chacun l'acquisition d'une Rolls-Royce Ghost d'une valeur estimé à 220.000 dollars (190.000 euros) l'unité. Le fils de la première dame aurait également deux Range Rover, deux Mercedes et une Aston Martin, selon la même source.

Plusieurs personnes ont été arrêtées ces dernières années pour avoir posté des commentaires jugés insultants contre M. Mugabe mais aucune n'a été jusque-là condamnée.

Le chef de l'Etat a récemment nommé dans son gouvernement un ministre de la Cybersécurité, spécialement chargé de la surveillance des réseaux sociaux.

M. Mugabe dirige d'une main de fer le Zimbabwe depuis son indépendance en 1980.

Agé de 93 ans, il a annoncé qu'il briguerait en 2018 un nouveau mandat à la tête de son pays, traversé par une grave crise économique et financière.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG