Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Cinq personnes arrêtées après la mort de 22 migrants en Turquie

Des experts médico-légaux de la police turque examinent l'épave d'un camion transportant des migrants après son accident à Izmir, en Turquie, le 14 octobre 2018.

Cinq personnes, dont trois Syriens, ont été arrêtées lundi dans la province d'Izmir, dans le sud-ouest de la Turquie, au lendemain d'un accident de la route qui a causé la mort de 22 migrants clandestins, selon l'agence étatique Anadolu.

Vingt-deux personnes dont des enfants ont été tuées et treize personnes blessées dimanche en Turquie lorsqu'un véhicule transportant des migrants a quitté la route pour s'écraser dans le lit d'une rivière plusieurs mètres en contrebas.

Les nationalités des migrants n'étaient toujours pas connues lundi. Apparemment, ils se dirigeaient vers la côte, probablement vers la péninsule de Dilek, d'où l'île grecque de Samos n'est distante que de quelques kilomètres.

Le conducteur, un Turc de 35 ans, a survécu, et, de son lit d'hôpital, a expliqué à la police qu'il avait fait une embardée pour éviter un véhicule arrivant en sens inverse, d'après l'agence de presse DHA.

L'agence précise que le conducteur fait partie des personnes interpellées.

La Turquie est un lieu de transit important pour les migrants en provenance du Moyen-Orient, d'Asie et d'Afrique et qui veulent tenter d'entrer en Europe via la Grèce.

Un million de migrants étaient passés de Turquie en Grèce en 2015, provoquant une crise qui s'était conclue par un accord entre l'UE et Ankara. Depuis, le nombre des migrants prenant cette route a fortement baissé, mais ils ont été encore près de 25.000 à arriver en Grèce depuis le début de l'année et 118 personnes sont mortes en tentant la traversée.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Covid-19: Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement

Le 21 octobre 2017, l'ancien président George W. Bush (à g.), son successeur Barack Obama et l'ancien président Bill Clinton lors d'un concert caritatif à College Station, Texas.

Le président élu Joe Biden et les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton se sont dits prêts à se faire vacciner publiquement contre le Covid-19 afin d'encourager leurs concitoyens à en faire de même.

Barack Obama, 59 ans, a affirmé faire "entièrement confiance" aux autorités sanitaires du pays, dont l'immunologue Anthony Fauci, figure scientifique très respectée aux Etats-Unis.

"Si Anthony Fauci me dit que ce vaccin est sûr et peut protéger du Covid, je n'hésiterai pas à me le faire injecter", a-t-il déclaré dans un entretien radio à SiriusXM, dont des extraits ont été partagés mercredi sur YouTube.

"Je promets que lorsqu'il sera disponible pour les personnes moins vulnérables, je me ferai vacciner. Je pourrais le faire à la télévision ou faire en sorte que ce soit filmé, afin que les gens puissent voir que je fais confiance à la science", a-t-il ajouté.

Une tribune dans le Washington Post appelait le président élu Joe Biden, 78 ans, et sa future vice-présidente Kamala Harris, 56 ans, à se faire vacciner en direct à la télévision afin de convaincre les sceptiques, nombreux aux Etats-Unis face à la vitesse de développement des vaccins contre le Covid-19.

Interrogé sur le sujet, Joe Biden a dit jeudi qu'il serait "heureux" de se faire vacciner en public dès que le Dr Fauci recommanderait de le faire.

Un représentant de George W. Bush a fait savoir à CNN que l'ancien président républicain de 74 ans était lui aussi disposé à faire la promotion des vaccins contre le Covid-19.

"Les vaccins doivent dans un premier temps avoir été jugés sûrs et administrés aux populations prioritaires", a dit ce représentant, Freddy Ford. "Le président Bush attendra ensuite son tour et se fera volontiers vacciner devant les caméras".

Le porte-parole de Bill Clinton, Angel Urena, a également indiqué à CNN que l'ancien président démocrate, lui aussi âgé de 74 ans, se ferait vacciner publiquement "si cela pouvait inciter tous les Américains à en faire de même".

Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM): décryptage de l'expert Daniel Eizenga

Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM): décryptage de l'expert Daniel Eizenga
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Accès aux vaccins anti-coronavirus, un problème d'équité

Accès aux vaccins anti-coronavirus, un problème d'équité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG