Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Xi Jinping fustige "protectionnisme, isolationnisme et populisme"


Le président chinois Xi Jinping à Beijing, Chine, 20 juin 2018.

Devant un aréopage de patrons de groupes internationaux, le président chinois Xi Jinping a fustigé jeudi de concert "protectionnisme, isolationnisme et populisme", réitérant ses promesses d'ouverture économique à l'heure où Pékin est engagé dans un violent bras de fer commercial avec les Etats-Unis.

Après les "signes de stabilité et d'embellie de l'économie mondiale" en 2017, "il faut rester vigilant, car, alors que la croissance manque encore de vigueur, nous voyons une montée du protectionnisme, de l'isolationnisme et du protectionnisme", a martelé l'homme fort du régime communiste devant une vingtaine de PDG étrangers réunis à Pékin.

La liste de ces derniers n'a pas été communiquée par les autorités, mais selon les images diffusées par la télévision d'Etat, les dirigeants du géant minier BHP Billiton, du constructeur allemand Volkswagen et du conglomérat britannique Swire participaient à la rencontre.

>> Lire aussi : Trump critique le G7 et réclame le retour de la Russie

Ces propos interviennent alors que la Chine et les Etats-Unis s'affrontent crescendo ces derniers jours à coups de taxes douanières sur leurs importations de biens respectives, rapprochant le spectre d'une guerre commerciale entre les deux puissances.

Sans citer l'administration Trump ni de pays en particulier, le président chinois a condamné jeudi "les mentalités de guerre froide, les stratégies de jeux à somme nulle" voulant que les importations sont vues comme une faiblesse face à des pays exportateurs qui seraient les seuls gagnants des échanges.

"La paix et le développement du monde font face à des défis de plus en plus redoutables. Or, on ne doit pas oublier ses blessures quand les cicatrices s'effacent (...) Nous gardons des souvenirs vifs de la crise financière", a poursuivi M. Xi, dans une allocution aux entrepreneurs, sous les ors du Palais du Peuple.

Et de reprendre l'antienne de Pékin: "certains dirigeants (de pays étrangers) se plaignent de la part (de l'économie mondiale) qui leur est octroyée. La seule chose à faire est d'élargir le gâteau à partager (...) Si nous prenons le chemin du protectionnisme, ce sont carrément les gâteaux qui disparaîtront".

Le chef d'Etat a, enfin, réitéré les promesses d'ouverture économique déjà prononcées en avril au Forum de Boao pour l'Asie, le "Davos chinois", où il s'était engagé devant des entrepreneurs étrangers à accélérer l'ouverture du secteur financier chinois.

>> Lire aussi : Londres attend que Washington "honore ses engagements" après le G7

En dépit du ton conciliant de Pékin, des entreprises occidentales se plaignent cependant de promesses non concrétisées et d'un climat des affaires toujours hostile dans le pays, entre restrictions sur l'internet et réglementations inéquitables donnant un clair avantage aux sociétés chinoises.

Dans une enquête publiée mercredi par la Chambre de commerce de l'Union européenne à Pékin, la moitié des sociétés européennes n'ont perçu depuis un an aucun changement dans l'accès au marché local, et 11% d'entre elles font état au contraire d'une fermeture accrue dans leur secteur.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG