Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Canada: Trudeau reste en isolement après la guérison de son épouse

Le premier ministre canadien Justin Trudeau lors d'une conférence de presse sur le coronavirus à Rideau Cottage, Ottawa (Ontario), 19 mars 2020. (Photo Reuters)

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a indiqué dimanche qu'il demeurerait en isolement pour le moment malgré la guérison de son épouse, qui avait été contaminée par le nouveau coronavirus.

M. Trudeau a expliqué que, même si son épouse et lui avaient pris des précautions, il avait vécu sous le même toit qu'une personne "qui jusqu'à il y a quelques jours avait le Covid-19" et qu'il "aurait pu l'attraper".

"Je dois donc continuer à rester en isolement", le temps de s'assurer qu'il n'a pas contracté le virus, ce qui pourrait prendre jusqu'à 14 jours, a indiqué M. Trudeau au cours de son point de presse quotidien.

"On arrive à coordonner et à faire le travail nécessaire" pour le bon fonctionnement du gouvernement, a-t-il assuré en soulignant qu'il suivait les recommandations des spécialistes de la santé et appliquait ce qu'il demande de faire à ses concitoyens.

Le Premier ministre avait dû se mettre en isolement et au télétravail dans sa résidence lorsque son épouse Sophie Grégoire Trudeau avait été testée positive au coronavirus, le 12 mars, au retour d'un déplacement à Londres. Elle a annoncé samedi soir qu'elle était guérie et avait reçu le feu vert des médecins.

M. Trudeau a d'autre part annoncé de nouvelles mesures financières pour aider les Canadiens vulnérables, en particulier les enfants et les personnes âgées, "à faire face à l'impact de la pandémie du Covid-19". "Dans un pays comme le Canada, personne ne devrait être laissé pour compte", a-t-il lancé.

Interrogé sur un éventuel recours aux forces armées canadiennes pour s'assurer du respect des restrictions décrétées par les autorités, le Premier ministre a déclaré qu'il n'y avait pas de plans dans ce sens pour le moment.

La cheffe de l'Agence de la santé publique du Canada, le Dr Theresa Tam, a par ailleurs indiqué qu'elle avait commis une erreur en relevant samedi que 30% des personnes hospitalisées au Canada avaient moins de 40 ans. Ce pourcentage est en fait de 12%, a-t-elle précisé lors d'un point de presse dimanche.

Elle a appelé les Canadiens rentrant dans leur pays à respecter strictement la période obligatoire de 14 jours de confinement. Elle visait en particulier les "snowbirds", le surnom des nombreux Canadiens passant une bonne partie de l'hiver dans le sud des Etats-Unis, qui sont nombreux à revenir au Canada ces jours-ci.

Le nombre des Canadiens contaminés par le virus se montait dimanche à 6.243 et celui des décès à 63, selon les derniers chiffres disponibles.

Toutes les actualités

Zidane rend hommage à Maradona

Zidane rend hommage à Maradona
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Les fans se rassemblent à l'Obélisque de Buenos Aires pour rendre hommage à Maradona

Les fans se rassemblent à l'Obélisque de Buenos Aires pour rendre hommage à Maradona
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Lourd bilan au Nicaragua après le passage de deux ouragans

Une femme dans sa maison inondée lors du passage de l'ouragan Iota à Siuna, au Nicaragua, le 17 novembre 2020 (AP)

Les ouragans Eta et Iota, qui ont dévasté les régions du nord-est du Nicaragua, ont touché plus de trois millions de personnes, soit la moitié de la population, et provoqué 742 millions de dollars de dommages, selon le gouvernement de Managua.

Le premier ouragan, Eta, a provoqué des dommages pour quelque 178 millions de dollars dans le nord-est du pays, mais Iota, d'ampleur nationale, a provoqué des destructions dont le coût est estimé à 564 millions de dollars, a précisé le ministre des Finances Ivan Acosta.

Eta, ouragan de catégorie 4 sur une échelle de 5, a touché le nord-est du pays le 3 novembre avant que Iota n'atteigne le Nicaragua le 16 du même mois, avec une violence encore plus grande, de niveau 5, soit le maximum pour un ouragan.

Plus de trois millions de personnes ont également été touchées par ces deux ouragans sur une population totale de 6,2 millions d'habitants, a encore dit le ministre lors d'une visioconférence.

Iota "est l'événement (météorologique) le plus puissant qui ait jamais touché le Nicaragua, non seulement pour la violence avec laquelle il a frappé le pays, mais aussi pour son amplitude", a indiqué Guillermo Gonzalez, directeur du Système national de Prévention des désastres.

Le passage de Iota a fait 44 morts en Amérique centrale, dont 21 au Nicaragua, en raison d'inondations et de glissements de terrain.

Le pays a besoin d'une aide humanitaire d'urgence de quelque 4 millions de dollars, a également annoncé le gouvernement.

Un million d'élèves ont arrêté l'école au Honduras

Photo d'illustration (Reuters)

Près d'un million d'enfants et d'adolescents ont quitté l'école cette année au Honduras, du fait de la suspension des cours et du confinement imposés pour tenter de contenir la pandémie de Covid-19, selon une étude de l'ONG Casa Alianza.

L'organisation non gouvernementale Casa Alianza, qui se consacre à la protection des mineurs en Amérique latine, avertit dans ce rapport que sur près de 1,8 million d'enfants et adolescents inscrits, "quasiment un million ont abandonné le système scolaire national cette année" depuis l'instauration du couvre-feu sanitaire en mars.

Ces abandons concernent particulièrement les écoles et les collèges publics des zones défavorisées, mais touchent également les écoles privées parce que de nombreux parents ont perdu leur emploi à cause de la pandémie et ne peuvent financer une éducation virtuelle à distance, selon cette étude.

L'abandon scolaire est d'autant plus grave que les mineurs sont exposés à l'exclusion sociale et risquent d'être recrutés par des gangs, alerte l'Ong.

Le Honduras présente un taux d'homicides parmi les plus élevés du monde avec le Guatemala et le Salvador, où des gangs violents sèment la terreur dans les grandes villes.

Le Mexique veut en finir avec le "machisme qui tue"

Des femmes placent des croix dans les rues de Mexico pour dénoncer les fémicides lors de la Journée internationale de la femme, le 9 mars 2020. Environ 3.800 femmes sont assassinées chaque année dans le pays (AP/Marco Ugarte)

"Le machisme tue, détruit la vie des femmes et limite le développement de notre pays", a déclaré la ministre de l'intérieur Olga Sanchez à l'occasion de la Journée mondiale pour l'élimination de la violence contre les femmes et les filles.

"Nous avons une dette historique envers les femmes, en particulier les victimes de la violence, et nous ne pouvons pas permettre l'impunité", a martelé Olga Sanchez, insistant sur la nécessité de "ne plus reproduire le système culturel machiste et patriarcal" très ancré au Mexique.

Selon les chiffres de l'Institut national des statistiques, environ 3.800 femmes sont assassinées chaque année et six femmes sur dix ont subi une agression au cours des dix dernières années au Mexique.

Les statistiques montrent également qu'en moyenne 32 filles de 10 à 14 ans contractent des grossesses précoces chaque jour à la suite d'abus sexuels, et qu'une sur quatre a subi des violences en milieu scolaire.

Seule la moitié des auteurs de fémicides sont condamnés et dans certains États l'impunité atteint 98%, selon un rapport présenté lors de la conférence quotidienne du président Andrés Manuel López Obrador.

Des défilés d'organisations féministes étaient prévus dans tout le pays, sous protection des autorités et des organisateurs.

Le 9 novembre, la police de Cancun a tiré des coups de feu en l'air alors que des manifestants, pour la plupart des femmes, protestaient devant l'hôtel de ville après le meurtre brutal d'une jeune femme. Cet incident avait suscité de nombreuses critiques dans le pays ainsi qu'à l'étranger.

Voir plus

XS
SM
MD
LG