Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Opérations "coup de poing" contre la corruption dans les services publics ivoiriens

Des policiers effectuent des contrôles en plein marché, Bouaké, Côte d’Ivoire, 11 octobre 2017.

La Côte d'Ivoire a lancé plusieurs opérations "coup de poing" contre la corruption dans les services publics, notamment la police et la gendarmerie, un fléau persistant dans le pays, a annoncé mardi le ministre de la Promotion de la bonne gouvernance.

"Le message c'est: attention à la fraude, attention au racket, l'Etat vous voit", a déclaré Zoro Epiphane Ballo, à la tête du ministère de la Promotion de la bonne gouvernance, du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption, créé en avril dernier.

Selon l'indice de perception de la corruption de Transparency International, la principale organisation non-gouvernementale de lutte contre la corruption dans le monde, la Côte d'Ivoire a amélioré sa performance depuis 2013 et se classe au 104e rang sur 180 pays.

"La perception des Ivoiriens en matière de corruption ne s'est pas améliorée", a reconnu le ministre lors d'un point presse. Il a estimé que la corruption est "un défi important pour la bonne gouvernance, la croissance durable, la paix et le développement".

Plusieurs secteurs du service public ont déjà été visés par des opérations visant à recueillir des preuves de corruption.

Les services de police et de gendarmerie sont particulièrement dans le collimateur notamment pour les pots de vins prélevés aux vendeurs de produits vivriers sur les routes de Côte d'Ivoire.

"Ces pratiques ont un effet certain sur la hausse des prix des produits de consommation. Le racket a un lien avec la vie chère!", a martelé M. Ballo alors que de nombreux Ivoiriens se plaignent des prix des denrées alimentaires.

Les services du contrôle technique routier sont également considérés comme un secteur prioritaire tandis que l'éducation, la santé ou la justice sont également suivis de près par le ministère.

Les résultats de ces investigations ont été transmis aux autorités. Concernant la police et la gendarmerie, le commissaire du gouvernement, chargé de poursuivre les militaires qui ont enfreint la loi a été saisi.

Dans une enquête réalisée en 2017 par Afrobaromètre, un Ivoirien sur deux déclarait payer des pots-de-vin aux agents de police ou de gendarmerie pour éviter des problèmes, un sur trois payait les agents de l'administration pour se faire délivrer des documents, et deux tiers considéraient que signaler un cas de corruption était dangereux, du fait du risque de représailles.

Toutes les actualités

Pakistan: les talibans revendiquent un attentat qui a fait 47 morts et 150 blessés dans une mosquée

Pakistan: les talibans revendiquent un attentat qui a fait 47 morts et 150 blessés dans une mosquée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Le contrôle des armes à feu à nouveau sur la sellette aux États-Unis après une vague de fusillades mortelles

Le contrôle des armes à feu à nouveau sur la sellette aux États-Unis après une vague de fusillades mortelles
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:57 0:00

Après deux fusillades de masse à quelques jours d'intervalle en Californie, le président Joe Biden a dit soutenir les mesures de contrôle des armes à feu introduites par la sénatrice démocrate Dianne Feinstein pour renouveler l'interdiction des armes d'assaut de 1994.

Affaire Tyre Nichols: les appels à la réforme de la police se multiplient aux États-Unis

Affaire Tyre Nichols: les appels à la réforme de la police se multiplient aux États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

Aux Etats Unis, les appels à la réforme de la police se sont multipliés après que cinq policiers de Memphis, dans le Tennessee, ont été filmés en train de battre un homme qui est mort trois jours après.

Une fusillade fait au moins trois morts et quatre blessés à Los Angeles

Une fusillade fait au moins trois morts et quatre blessés à Los Angeles
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:33 0:00

Au moins une dizaine de civils tués dans deux attaques au Burkina Faso

Au moins une dizaine de civils ont été tués jeudi lors de deux attaques de jihadistes présumés dans le centre-ouest du Burkina Faso, à environ 140 km de Ouagadougou,

Au moins une dizaine de civils ont été tués jeudi lors de deux attaques de jihadistes présumés dans le centre-ouest du Burkina Faso, à environ 140 km de Ouagadougou, a appris vendredi l'AFP de sources sécuritaire et locale.

Jeudi en fin de journée, "un groupe d'individus armés et à bord de motos ont fait irruption à Doh, un village de la commune de Dassa et ouvert le feu sur des habitants. Six d'entre eux sont morts sur le coup et deux autres ont été blessés", a indiqué à l'AFP un habitant.

"Au même moment, un autre groupe d'hommes armés a attaqué une autre localité de la commune, Bachoukorêpoun, située à quelques kilomètres, faisant également six morts", a poursuivi le même habitant.

Une source sécuritaire anonyme jointe par l'AFP, a confirmé les deux attaques évoquant de son côté un "bilan provisoire" d'une "dizaine de victimes". "Des opérations (de ratissage) sont en cours pour ramener la quiétude et rassurer les populations" qui avaient commencer à quitter la zone, a indiqué la même source.

Selon plusieurs habitants de la commune de Dassa, des incursions de membres de groupes jihadistes présumés sont fréquentes depuis quelques mois, à la suite d'une vaste opération anti-jihadiste lancée par les forces de défense et de sécurité dans la province voisine du Nayala.

Celle-ci contraint les jihadistes présumés à se replier dans la province du Sanguie où se trouve Dassa. La semaine dernière, le Burkina Faso a connu une série d'attaques dans plusieurs régions du nord et du nord-ouest du pays faisant une trentaine de morts, dont une quinzaine de Volontaires de la défense de la patrie (VDP), des supplétifs civils de l'armée.

Le Burkina Faso, en particulier dans sa moitié nord, est confronté depuis 2015 aux attaques de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique qui se multiplient. Elles ont fait des milliers de morts et au moins deux millions de déplacés.

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de transition issu d'un coup d'Etat militaire le 30 septembre le deuxième en huit mois s'est donné pour objectif "la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes".

Le Burkina Faso était aidé depuis plusieurs années dans sa lutte contre les jihadistes par des forces spéciales françaises, mais les autorités de la transition leur ont demandé cette semaine de plier bagage d'ici un mois.

Cette décision est motivée par "la volonté des autorités de la transition et de l'ensemble des Burkinabè, d'être les acteurs premiers de la reconquête de notre territoire", a justifié lundi le porte-parole du gouvernement, Jean-Emmanuel Ouédraogo.

Voir plus

XS
SM
MD
LG