Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

L'opposant ivoirien Guillaume Soro jugé par contumace pour "complot"

L'ex Premier ministre et président de l'Assemblée Nationale Guillaume Soro, le 15 février 2019.

L'ex-chef rebelle et ancien Premier ministre ivoirien Guillaume Soro est jugé par contumace à partir de mercredi à Abidjan avec une vingtaine de ses partisans pour une tentative présumée de "complot" visant à renverser le pouvoir fin 2019.

Selon le parquet ivoirien, l'ex-président de l'Assemblée nationale (2012-19), qui vit en exil à l'étranger depuis deux ans, aurait fomenté une "insurrection civile et militaire" lors de son retour - finalement avorté - en Côte d'Ivoire en décembre 2019, dix mois avant l'élection présidentielle.

Guillaume Soro, 49 ans, est accusé de "complot", "tentative d'atteinte contre l'autorité de l'Etat" ainsi que de "diffusion et publication de nouvelles fausses jetant le discrédit sur les institutions et leur fonctionnement, ayant entraîné une atteinte au moral des populations", selon l'ordonnance de renvoi devant le tribunal criminel d'Abidjan (équivalent de la cour d'assises).

Dix-neuf de ses partisans sont poursuivis pour les mêmes charges, dont deux de ses frères, l'ancien ministre et député Alain Lobognon, considéré comme son bras droit, et plusieurs autres anciens parlementaires, tous étant emprisonnés depuis un an et demi. Son avocate et ancienne ministre Affoussy Bamba, en exil, est également poursuivie.

Ils encourent la prison à vie. Tous les mis en cause ont réfuté toutes les charges.

Le collectif d'avocats qui défend M. Soro a dénoncé dans un communiqué mardi un "simulacre de procès" et "un règlement de compte politique visant à écarter M. Guillaume Soro et les cadres de son mouvement des affaires publiques du pays".

Alors que la Côte d'Ivoire, qui a connu une élection présidentielle tendue l'an dernier, traverse une période de détente politique depuis plusieurs mois, avec des discussions entre le pouvoir et les partis d'opposition et des libérations d'opposants, Guillaume Soro et les partisans qui lui restent sont toujours dans le collimateur.

"Pour lui ce sera la prison à perpétuité", avait déclaré en octobre 2020 le président ivoirien Alassane Ouattara au sujet de son ancien allié.

Depuis son exil, Guillaume Soro appelle l'armée ivoirienne à "agir"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:57 0:00

Chef de la rébellion qui contrôlait la moitié nord de la Côte d'Ivoire dans les années 2000, Guillaume Soro avait aidé militairement Alassane Ouattara à accéder au pouvoir lors de la crise post-électorale de 2010-11 face au président Laurent Gbagbo. Mais les deux hommes s'étaient éloignés peu à peu, puis brouillés jusqu'à la rupture consommée début 2019, en raison, selon les analystes politiques, des ambitions présidentielles de M. Soro.

En avril 2020, M. Soro a été condamné à 20 ans de prison pour recel de détournement de deniers publics, pour avoir tenter de s'approprier, selon la justice, une résidence achetée par l'Etat pour le loger lorsqu'il était Premier ministre. Cette condamnation avait justifié l'invalidation de sa candidature à la présidentielle, alors qu'il était vu comme un challenger sérieux.

Toutes les actualités

Grâce présidentielle pour Gbagbo: et pourquoi pas une amnistie?

Grâce présidentielle pour Gbagbo: et pourquoi pas une amnistie?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

A la veille de la commémoration du 62e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara a décidé de gracier l’ex président Laurent Gbagbo. Mais cette décision est jugée insuffisante par les partisans de ce dernier.

L'auteur présumé du meurtre d'un Français "neutralisé" par la police ivoirienne

A la vue des policiers, il leur a tiré dessus et "la riposte a permis de le neutraliser", selon le les forces de l'ordre.

L'auteur présumé du meurtre mi-juillet d'un Français en Côte d'Ivoire, a été "neutralisé" (tué) lundi par la police, selon un communiqué du procureur de la République d'Abidjan publié mercredi par la presse ivoirienne.

"Les investigations, ainsi que les auditions des témoins, ont permis d'interpeller" lundi "l'un des mis en cause", indique le communiqué, ajoutant que "sur indication de ce dernier", la police s'est rendue dans le quartier d'Adjamé à Abidjan pour "procéder à l'interpellation" d'un "second malfrat".

A la vue des policiers, il leur a tiré dessus et "la riposte a permis de le neutraliser", selon le comuniquué.

Le complice présumé doit être déféré mercredi devant le tribunal correctionnel d'Abidjan "pour répondre des faits de vol commis de nuit en réunion, avec port d'armes et violences ayant entraîné la mort", selon le procureur qui précise qu'il "encourt l'emprisonnement à vie".

Dans la nuit du 17 au au 18 juillet, ce Français de 31 ans, salarié du groupe Bouygues, avait "été froidement abattu par deux individus armés de pistolets automatiques (...) après un dîner dans un restaurant" et alors qu'il rentrait chez lui avec un ami dans le quartier de Marcory à Abidjan, rappelle le procureur.

Ils avaient été suivis par les deux hommes circulant à moto qui leur ont volé "divers objets", mais, avant de prendre la fuite, un d'eux a ouvert le feu, tuant un des jeunes Français, précise-t-il.

Une enquête pour "homicide volontaire" a été ouverte à Paris après ce meurtre, confiée à l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), avait indiqué le parquet de Paris sollicité par l'AFP le 3 août.

Soldats ivoiriens détenus à Bamako : la négociation privilégiée

Dans un discours samedi, le président Ouattara a assuré que "la Côte d'Ivoire n'abandonnera jamais" les soldats ivoiriens détenus au Mali.

La négociation reste privilégiée pour obtenir la libération de 49 soldats ivoiriens détenus depuis un mois à Bamako et accusés par les militaires au pouvoir au Mali d’être des "mercenaires", ce que nie Abidjan qui assure qu'ils étaient en mission pour l'ONU.

Cette affaire illustre les tensions entre le Mali et la Côte d’Ivoire, accusée par Bamako d’avoir incité ses partenaires ouest-africains à durcir les sanctions contre les militaires maliens auteurs de deux coups d’Etat depuis 2020, sanctions finalement levées début juillet.

Une médiation du Togo n'a pour l'instant pas abouti, mais les discussions se poursuivent en vue d'une libération la plus rapide possible des soldats prisonniers. Le 10 juillet, 49 soldats ivoiriens en tenue militaire, mais non armés, débarquent à Bamako d'un avion de la compagnie nationale Air Côte d'Ivoire, un autre appareil transportant leurs armes.

Militaires ivoiriens détenus au Mali: les autorités ivoiriennes rassurent les familles
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

Ils sont aussitôt interpellés et interrogés sur les raisons de leur présence au Mali, n'ayant "ni ordre de mission, ni autorisation" pour y être, selon les autorités maliennes. Dès le lendemain, ils sont accusés d'être des "mercenaires" venus au Mali avec le "dessein funeste" de "briser la dynamique de la refondation et de la sécurisation du Mali, ainsi que du retour à l'ordre constitutionnel".

Le Conseil national de sécurité ivoirien (CNS), présidé par le chef de l'Etat Alassane Ouattara, exige aussitôt leur libération "sans délai", affirmant qu'ils ont été "injustement" arrêtés. Leur présence dans le cadre d'opérations de soutien logistique à la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) est "bien connue des autorités maliennes", selon le CNS.

"Dysfonctionnements"

L'ONU confirme, mais reconnaît cependant des "dysfonctionnements", quant à la mission exacte des ces soldats qui font partie des Éléments nationaux de soutien (NSE), procédure de l'ONU permettant aux contingents des missions de maintien de la paix de faire appel à des prestataires extérieurs pour des appuis logistiques.

La Minusma "note que les éléments ivoiriens ont été déployés à Sénou (Bamako) pour assurer la sécurité à la base des NSE allemands dans cette même localité, au lieu de Tombouctou (nord) où est basé le contingent ivoirien de la Minusma" et admet que "certaines mesures n'ont pas été suivies".

Dans la foulée de l'arrestation des soldats ivoiriens, le Mali durcit le ton contre la Minusma, présente sur son territoire depuis 2013 pour l'aider à lutter contre les groupes jihadistes qui le déstabilisent par la violence.

Les rotations des contingents militaires et policiers de l'ONU sont supendues, son porte-parole, Olivier Salgado, expulsé, et ordre est donné aux "forces étrangères" de quitter une base de l'aéroport de Bamako. Dans le même temps, la junte malienne appelle à une médiation du Togo en vue de parvenir à "un dénouement heureux" – la libération des soldats ivoiriens – initiative acceptée par le gouvernement ivoirien.

De premières négociations ont eu lieu le 28 juillet à Lomé, sans résultat. Le Mali a exigé que la Côte d'Ivoire reconnaisse sa responsabilité et exprime "des regrets" pour le déploiement de soldats sur son territoire sans cadre légal, selon des sources diplomatiques proches des négociations.

Bamako demande également à Abidjan de lui livrer des personnalités maliennes présentes en Côte d'Ivoire et recherchées par la justice du Mali, selon ces sources. Autant de conditions rejetées par le gouvernement ivoirien.

"Pays frères"

Mais "nous poursuivons les discussions avec les deux pays frères, résolument tournés vers un règlement pacifique de l'affaire", selon une source togolaise proche du dossier.

Le président du Haut conseil islamique du Mali, Chérif Madani Haïdara, et l'archevêque de Bamako, Jean Zerbo, sont aussi intervenus auprès de la junte en vue d'un règlement à l'amiable, ainsi que l'influent chef religieux de Nioro (sud-ouest du Mali), Chérif Bouyé Haïdara, selon leurs entourages.

Preuve de la volonté apparente du Mali de privilégier pour le moment une solution négociée, la procédure judiciaire enclenchée à Bamako contre les soldats ivoiriens n'a à ce jour débouché sur aucune inculpation.

"La Côte d'Ivoire a privilégié le dialogue" pour obtenir la libération de ses soldats et "les discussions sont en cours", a confirmé le porte-parole du gouvernement ivoirien, Amadou Coulibaly. "Tout est mis en oeuvre pour que nos soldats rejoignent leurs familles", a-t-il affirmé, reconnaissant que "ce sera peut-être long".

Lors de sa dernière réunion jeudi, le CNS ivoirien a déploré que les autorités maliennes "continuent de détenir ces soldats, de façon arbitraire, en dépit de toutes les explications et preuves fournies par les autorités ivoiriennes, pour attester du caractère légal et régulier de leur mission". Il note cependant "qu’après plusieurs refus des autorités maliennes, le chargé d’affaires et l’attaché militaire de l’ambassade de Côte d’Ivoire au Mali ont finalement pu rencontrer les 49 soldats" qui "ont le moral au beau fixe".

Ce message rassurant a été transmis aux familles des soldats par le ministre ivoirien de la Défense Téné Birahima Ouattara, lors d'une rencontre le 3 août. Dans un discours samedi, le président Ouattara a assuré que "la Côte d'Ivoire ne les abandonnera jamais".

L'ancien ministre Tidjane Thiam reçu par Alassane Ouattara à Abidjan

L'ancien ministre Tidjane Thiam reçu par Alassane Ouattara à Abidjan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

Les Ivoiriens réagissent aux mesures annoncées par Ouattara

Les Ivoiriens réagissent aux mesures annoncées par Ouattara
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG