Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le président Kaboré appelle à "rendre justice dans toutes les affaires sensibles"


Roch Marc Christian Kaboré devant l'AG de l'ONU, le 21 septembre 2017.

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a appelé dimanche à "rendre justice dans toutes les affaires sensibles", dont les dossiers de l'assassinat de Thomas Sankara, Norbert Zongo, du putsch manqué et de l'insurrection populaire, pour "aider le peuple à se réconcilier".

"Nous devons tout faire pour que la justice soit rendue dans toutes (les) affaires sensibles pour aider notre peuple à se réconcilier avec son histoire, pour ramener la paix des coeurs et créer les conditions propices à la contribution de tous les Burkinabè à l'oeuvre de construction nationale", a déclaré M. Kaboré dans un discours radiotélévisé à la veille de la célébration du 57e anniversaire de l'indépendance du Burkina Faso.

"La réconciliation nationale reste un enjeu majeur que nous devons réussir, dans l'intérêt supérieur de la nation", a-t-il dit.

La justice militaire, une juridiction d'exception, doit solder une longue série de dossiers, dont principalement ceux du putsch manqué de septembre 2015 et de l'assassinat du "père de la révolution" burkinabè, le capitaine Thomas Sankara, tué lors du coup d'Etat qui porta l'ex-président Blaise Compaoré au pouvoir en 1987.

Également en instance, le dossier du journaliste d'investigation Norbert Zongo, tué en 1998 avec trois compagnons, a connu une évolution avec la mise sous contrôle judiciaire de François Compaoré, frère du président déchu Blaise Compaoré, poursuivi pour "incitation à assassinats".

M. Kaboré a dit "saluer l'avancée des dossiers pendants devant la justice", tout en rappelant aux acteurs chargés de les vider que "la soif légitime de justice des Burkinabè reste intacte".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG