Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Bruxelles revoit sa coopération avec Kinshasa jusqu'à "l'organisation d'élections crédibles"


Le vice-Premier ministre belge et ministre des Affaires étrangères Didier Reynders rencontre le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, à Lubumbashi, le 22 août 2012.

La Belgique a annoncé mercredi "une révision fondamentale" de sa coopération avec les autorités congolaises jusqu'à "l'organisation d'élections crédibles", en condamnant de nouveau les violences du 31 décembre à Kinshasa.

"Un nouveau programme bilatéral de coopération avec les autorités congolaises ne pourra être conclu qu'après l'organisation d'élections crédibles, sur base des principes de bonne gouvernance", selon un communiqué du ministère belge des Affaires étrangères.

>> Lire aussi : L'Europe conditionne le financement des élections en RDC

"Concrètement il a été décidé de mettre fin à une série d'interventions qui devaient être mises en oeuvre directement par les autorités congolaises", indique ce communiqué rendant compte d'une réunion de la commission des Relations extérieures de la Chambre.

"Cela concerne des interventions pour un montant total de 25 millions d'euros", ajoute le communiqué diffusé par l'ambassade de Belgique à Kinshasa.

La Belgique affectera "les moyens libérés au profit de l'aide humanitaire et d'autres initiatives répondant aux besoins les plus pressants de la population", poursuit le communiqué, qui parle de "davantage de coopération avec des organisations non gouvernementales".

>> Lire aussi : Dans un an les élections en RDC

"Enabel, la nouvelle agence belge de développement, recevra également la mission de soutenir des organisations de la société civile congolaise sur le plan des droits de l'homme et des libertés politiques".

Présents à la réunion, les ministres belges des Affaires étrangères, Didier Reynders, et de la Coopération, Alexander De Croo, "condamnent l'intervention des forces de l'ordre le 31 décembre et appellent à l'ouverture d'une enquête indépendante".

La dispersion de marches interdites par les autorités le 31 décembre à Kinshasa a fait au moins cinq morts, selon les Nations unies et le Vatican, aucun d'après les autorités.

>> Lire aussi : Visite très politique du ministre belge des Affaires étrangères en RDC

Les organisateurs, des laïcs proches de l'Eglise catholique, souhaitent que le président Joseph Kabila s'engage publiquement à ne pas rester au pouvoir.

Son deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Des élections sont prévues le 23 décembre 2018.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG