Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Londres vise un accord d'ici au 21 novembre sur le Brexit

Le secrétaire d'État britannique chargé de la sortie de l'Union européenne, Dominic Raab, quitte Downing Street, Londres (Grande-Bretagne), le 9 octobre 2018.

Le ministre britannique chargé du Brexit "pense" parvenir à un accord avec Bruxelles d'ici au 21 novembre dans les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE, selon une lettre adressée à des parlementaires publiée mercredi.

"Je serai heureux d'être auditionné par la commission lorsqu'un accord sera finalisé, et je pense que la date du 21 novembre pourrait convenir", a écrit Dominic Raab dans un courrier adressé aux députés de la commission parlementaire du Brexit, en réponse à une invitation à venir s'exprimer devant eux ce jour là.

"La fin (des négociations) est maintenant en vue, nous pouvons nous frayer un chemin à travers les obstacles qui subsistent".

Son optimisme est partagé par son collègue Jeremy Hunt, le ministre des Affaires étrangères. "Il est tout à fait possible que nous ayons fait assez de progrès d'ici là", a-t-il affirmé lors d'un discours mercredi soir à Londres, au cours duquel il a jugé "encourageant" l'état actuel des négociations.

Un porte-parole de la Première ministre, Theresa May, s'est néanmoins gardé de confirmer la date du 21 novembre. "Nous espérons conclure un accord aussi vite que possible".

A Paris, Jean-Yves le Drian et Simon Coveney, les ministres français et irlandais des Affaires étrangères, ont estimé que les négociations étaient à leur "moment de vérité".

"Si un accord doit intervenir pendant le mois de novembre, les équipes de négociation doivent trouver une solution la semaine prochaine, ou pas loin", a jugé le chef de la diplomatie irlandaise.

Son homologue français, Jean-Yves le Drian, a, lui, exigé "des garanties du Royaume-Uni" sur la question de la frontière irlandaise.

Mais une source européenne a confié à l'AFP que "les discussions techniques qui ont repris n'ont mené nulle part jusqu'à présent".

M. Raab se rendra vendredi dans la province britannique d'Irlande du Nord pour une "mission d'enquête" au cours de laquelle il rencontrera des représentants d'entreprises et des élus locaux, selon son ministère.

La manière d'empêcher le retour d'une frontière dure entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, membre de l'UE, demeure un point de désaccord majeur dans les négociations entre Londres et Bruxelles, alors que "95% de l'accord de retrait est maintenant réglé", affirme Dominic Raab.

Les dirigeants européens, qui avaient émis l'idée d'un sommet extraordinaire à la mi-novembre pour boucler les négociations et sceller l'accord, ont averti que celui-ci n'aurait pas lieu en l'absence de progrès sur le dossier irlandais.

L'UE a proposé de maintenir l'Irlande du Nord dans le marché unique et l'union douanière européenne si aucune autre solution n'était trouvée en décembre 2020, à la fin de la période de transition qui devrait suivre le Brexit, prévu le 29 mars 2019.

Ce scénario du "backstop" (ou filet de sécurité) est rejeté par Theresa May, qui a proposé qu'un accord douanier liant l'UE à l'ensemble du Royaume-Uni, et pas seulement l'Irlande du Nord, puisse être établi jusqu'à la signature d'un accord de libre-échange plus large.

Avec AFP

Toutes les actualités

Covid-19: Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement

Le 21 octobre 2017, l'ancien président George W. Bush (à g.), son successeur Barack Obama et l'ancien président Bill Clinton lors d'un concert caritatif à College Station, Texas.

Le président élu Joe Biden et les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton se sont dits prêts à se faire vacciner publiquement contre le Covid-19 afin d'encourager leurs concitoyens à en faire de même.

Barack Obama, 59 ans, a affirmé faire "entièrement confiance" aux autorités sanitaires du pays, dont l'immunologue Anthony Fauci, figure scientifique très respectée aux Etats-Unis.

"Si Anthony Fauci me dit que ce vaccin est sûr et peut protéger du Covid, je n'hésiterai pas à me le faire injecter", a-t-il déclaré dans un entretien radio à SiriusXM, dont des extraits ont été partagés mercredi sur YouTube.

"Je promets que lorsqu'il sera disponible pour les personnes moins vulnérables, je me ferai vacciner. Je pourrais le faire à la télévision ou faire en sorte que ce soit filmé, afin que les gens puissent voir que je fais confiance à la science", a-t-il ajouté.

Une tribune dans le Washington Post appelait le président élu Joe Biden, 78 ans, et sa future vice-présidente Kamala Harris, 56 ans, à se faire vacciner en direct à la télévision afin de convaincre les sceptiques, nombreux aux Etats-Unis face à la vitesse de développement des vaccins contre le Covid-19.

Interrogé sur le sujet, Joe Biden a dit jeudi qu'il serait "heureux" de se faire vacciner en public dès que le Dr Fauci recommanderait de le faire.

Un représentant de George W. Bush a fait savoir à CNN que l'ancien président républicain de 74 ans était lui aussi disposé à faire la promotion des vaccins contre le Covid-19.

"Les vaccins doivent dans un premier temps avoir été jugés sûrs et administrés aux populations prioritaires", a dit ce représentant, Freddy Ford. "Le président Bush attendra ensuite son tour et se fera volontiers vacciner devant les caméras".

Le porte-parole de Bill Clinton, Angel Urena, a également indiqué à CNN que l'ancien président démocrate, lui aussi âgé de 74 ans, se ferait vacciner publiquement "si cela pouvait inciter tous les Américains à en faire de même".

Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM): décryptage de l'expert Daniel Eizenga

Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM): décryptage de l'expert Daniel Eizenga
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Accès aux vaccins anti-coronavirus, un problème d'équité

Accès aux vaccins anti-coronavirus, un problème d'équité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Covid-19 : les autorités américaines recommandent de réduire la quarantaine à 10 jours

Covid-19 : les autorités américaines recommandent de réduire la quarantaine à 10 jours
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG