Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Brésil: Bolsonaro remplace le ministre de la santé par un médecin plus docile

Le président brésilien Jair Bolsonaro (G) et son nouveau ministre de la Santé Nelson Teich, lors d’une conférence de presse au Palais Planalto à Brasilia, le 16 avril 2020. (AFP)

Le président brésilien Jair Bolsonaro a limogé jeudi le ministre de la santé, Luis Henrique Mandetta, avec lequel il était en désaccord sur les moyens de faire face à la pandémie de coronavirus. Le poste a été confié à l'oncologue Nelson Teich.

Le nouveau ministre de la santé est l'oncologue Nelson Teich, qui a indiqué en conférence de presse qu'il ne prendrait pas de "décision brusque" en ce qui concerne une éventuelle levée des mesures de confinement réclamée par le président Jair Bolsonaro.

M. Mandetta a toujours préconisé le confinement et la distanciation sociale, tandis que le président remettait en cause certaines mesures.

Soutenu par l'Association Médicale du Brésil (AMB), Nelson Teich, à l'instar de son prédécesseur, considère que le confinement est le meilleur moyen d’endiguer la pandémie.

"La science est la lumière", a insisté le ministre déchu jeudi, après avoir été accueilli par une ovation debout de fonctionnaires.

"Le remède ne peut pas avoir d'effets collatéraux plus nocifs que la maladie", a rétorqué M. Bolsonaro lors d'une autre conférence de presse, évoquant une "reprise progressive" des activités économiques.

"La vie n'a pas de prix, mais l'économie doit revenir à la normale pour préserver l'emploi. Pas le plus rapidement possible, j'en ai parlé au docteur Nelson (Teich), mais il faut commencer à penser à un assouplissement", a-t-il précisé.

Mercredi soir, la Cour suprême a décidé que les décisions des maires ou des gouverneurs régionaux sur les mesures de confinement devaient prévaloir sur toute directive du gouvernement fédéral.

Le dernier bilan officiel au Brésil fait état de 30.425 cas de Covid-19, dont 1.924 décès.

Toutes les actualités

Joe Biden se distingue-t-il assez de Donald Trump?

Joe Biden se distingue-t-il assez de Donald Trump?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:58 0:00

Le rappeur Kanye West candidat à la présidentielle américaine

Le rappeur Kanye West candidat à la présidentielle américaine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Hausse des cas d'infections de coronavirus dans le monde

Le personnel médical portant un équipement de protection individuelle (EPI) procède à un examen médical de porte à porte à l'intérieur des bidonvilles de Dharavi pour lutter contre la propagation du coronavirus COVID-19 à Mumbai, le 24 juin 2020. (Photo INDRANIL MUKHERJEE / AFP)

La pandémie du nouveau coronavirus a déjà fait plus de 535.000 morts sur plus de 11 millions des cas d'infection dans le monde. Alors que les pays poursuivent les déconfinements, certains voient leur taux d’infections grimper.

L'Inde a recensé près de 700.000 cas confirmés. Il devient le troisième pays le plus touché au monde derrière les Etats-Unis et le Brésil.

Pour faire face à l'afflux de malades, la capitale indienne a ouvert un grand centre d'isolement d'une capacité de 10.000 lits, dans un hall normalement dédié aux rassemblements religieux. Les autorités ont aussi réquisitionné des hôtels et salles de réception. D'autres agglomérations ont ordonné des mesures de reconfinement.

Les Etats-Unis ont enregistré 40.000 cas en 24 heures ce week-end; un record depuis plus d'une semaine. "Nous avons rouvert beaucoup trop tôt en Arizona", déplorent les autorités, qui plaident pour un reconfinement.

En Arizona, près de 90% des lits en service de réanimation sont occupés. Au Texas, les services de réanimation risquent d'être débordés "d'ici dix jours ». Les plages de Los Angeles ont de nouveau été fermées et Miami mis sous couvre-feu.

En France, le musée du Louvre rouvre ses portes à Paris. En Angleterre, la réouverture des pubs a entraîné des débordements festifs, faisant craindre de nouvelles contaminations dans un pays déjà durement touché. En Espagne, plus de 70.000 personnes ont été soumises dimanche à des mesures d'isolement.

Au Pays-Bas, des dizaines de milliers de visons ont été abattus après que des cas de Covid-19 ont été signalés dans 20 élevages afin d'éviter qu'ils ne deviennent des foyers de contamination.

En Amérique latine, le Mexique est devenu le 5e pays le plus endeuillé, avec plus de 30.400 décès. Le Chili a franchi le seuil des 10.000 morts, la Colombie celui des 4.000 morts et le Pérou, celui 300.000.

L’Iran déplore ce lundi 160 nouveaux décès dûs au Covid-19. Il devient le pays plus touché par la pandémie au Proche et au Moyen-Orient.

L'Australie va isoler l'Etat de Victoria du reste du pays après une flambée d'infections dans la ville de Melbourne, notamment dans plusieurs immeubles densément peuplés.

L'Afrique totalise plus 11.300 décès pour environ 479.000 cas. À Madagascar, Antananarivo, la capitale, sera de nouveau placée en confinement à partir d’aujourd’hui.

Le Kenya reprend tous ses vols le 1er août. Le président Uhuru Kenyatta a cependant annoncé la fin de l'interdiction d'entrer ou de sortir de Nairobi, Mombasa et du comté de Mandera. Il a également assuré qu'il n'hésiterait pas à "reconfiner" si la situation sanitaire s'empirait.

Des colaborateurs de l'opposant vénézuélien Guaido accusés de trahison

L'opposant vénézuélien Juan Guaido lors d'une conférence de presse à Caracas, le 9 mars 2020. (AP Photo/Matias Delacroix)

Onze collaborateurs de l'opposant Juan Guaido ont été inculpés au Venezuela pour "trahison à la patrie", accusés d'avoir "dépouillé" leur pays de 31 tonnes d'or déposées à la Banque d'Angleterre par le gouvernement du président Nicolas Maduro, a annoncé le parquet.

"Tous ces criminels qui ont agi pour favoriser les intérêts de puissances étrangères (...) sont inculpés pour les délits de trahison à la patrie, usurpation de fonctions et association de malfaiteurs", a annoncé le procureur général, Tarek William Saab, précisant que le Ministère public a demandé "l'arrestation et le gel des biens" des accusés.

Parmi ces personnes, figurent Vanessa Neumann et Carlos Vecchio, les délégués de Juan Guaido au Royaume Uni et aux Etats-Unis, ainsi que le député Julio Borges, exilé en Colombie et chargé des relations extérieures de l'opposant, reconnu comme "président par intérim" par certains pays.

Jeudi, le gouvernement de Nicolas Maduro a lancé une enquête pour déterminer les "responsabilités" dans le "vol" de l'équivalent d'un milliard de dollars de lingots.

La justice britannique a estimé jeudi que Juan Guaido était le "président par intérim" du pays, empêchant ainsi la récupération de 31 tonnes d'or déposées à la Banque d'Angleterre par le gouvernement de Nicolas Maduro, qui a annoncé faire appel.

Bolsonaro supprime plusieurs articles d'une loi sur le port du masque au Brésil

Le président brésilien Jair Bolsonaro avant une conférence de presse sur le coronavirus au Palais présidentiel Planalto à Brasilia, le 18 mars 2020. (Photo AP)

Le président brésilien Jair Bolsonaro a fortement édulcoré vendredi une loi sur le port du masque dans les lieux publics contre la propagation du coronavirus, le rendant non-obligatoire dans les commerces et lieux de culte.

Selon le Journal officiel vendredi, le chef de l'Etat a promulgué cette loi approuvée par le Congrès, en exerçant son droit de véto pour en exclure plusieurs articles.

L'un d'eux stipulait notamment l'obligation de porter un masque "dans des lieux de culte ou des établissements industriels et commerciaux". Le président a jugé cette mesure anticonstitutionnelle, évoquant une "possible violation de domicile", étant donné qu'il s'agit souvent de propriétés privées.

Il a également supprimé un article obligeant les commerces et les locaux industriels à fournir gratuitement des masques à leur employés, et un autre stipulant que les pouvoirs publics devaient en distribuer "aux populations vulnérables économiquement".

Le port du masque avait été déjà rendu obligatoire depuis plusieurs semaines dans de nombreux Etats, par des décrets des gouverneurs.

Mardi, le président Bolsonaro a obtenu en appel l'annulation d'un jugement l'obligeant personnellement à porter un masque en public à Brasilia, où cette obligation est déjà la norme.

Depuis le jugement de première instance, il y a deux semaines, le chef de l'Etat a porté un masque à chaque sortie à Brasilia.

Le week-end dernier il est apparu en public sans masque dans l'Etat du Minas Gerais, où le port du masque n'est pas obligatoire.

Le Brésil est le deuxième pays du monde le plus touché par la pandémie de Covid-19, avec près de 1,5 million de cas confirmés et 61.884 morts, selon un bilan officiel publié jeudi.

Voir plus

XS
SM
MD
LG