Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Bolton écrit que Trump voulait lier aide à l'Ukraine et enquête sur Biden

John Bolton, ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, le 30 septembre 2019.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale John Bolton affirme dans un manuscrit que le président américain Donald Trump souhaitait geler une aide militaire à l'Ukraine jusqu'à ce que Kiev enquête sur son rival potentiel à la présidentielle, écrit dimanche le New York Times.

Les démocrates ont rapidement réagi à cet article du quotidien américain pour réclamer que M. Bolton, et d'autres personnes occupant des postes importants au sein de l'administration Trump, soient convoqués pour témoigner au procès en destitution du milliardaire en cours au Sénat. Ils souhaitent également que Mick Mulvaney, directeur de cabinet du président, témoigne.

Faisant référence à l'ouvrage non publié de M. Bolton, le NYT avance que l'ancien magnat de l'immobilier avait confié à M. Bolton son refus de verser une aide de 391 millions de dollars à l'Ukraine, tant que les autorités ukrainiennes ne l'aideraient pas en lançant une enquête sur le démocrate Joe Biden et sur son fils Hunter, qui siégeait au conseil d'administration d'un groupe gazier ukrainien.

La Chambre des représentants, aux mains des démocrates, a mis le président en accusation le 18 décembre. Le Sénat, contrôlé par les républicains (53 sièges sur 100), est chargé de décider d'une éventuelle destitution au terme du procès en cours.

L'ex-homme d'affaires new-yorkais est mis en accusation pour abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès. Deux-tiers des sénateurs sont nécessaires pour sa destitution.

Ses avocats affirment qu'il n'y a pas eu de condition au versement de l'aide, arguant que son gel était indépendant des requêtes pour une enquête sur les Biden. Mais le manuscrit de M. Bolton viendrait contredire cette défense.

Ce dernier a déjà fait savoir qu'il était prêt à témoigner s'il recevait une convocation.

Le parlementaire démocrate Adam Schiff, qui mène l'accusation au procès en destitution de Donald Trump, a souligné sur Twitter que Donald Trump "a(vait) bloqué notre demande pour le témoignage de John Bolton".

"Maintenant nous en voyons la raison: Bolton contredit directement le coeur de la défense du président", a-t-il poursuivi.

Pour la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, le refus des républicains d'entendre John Bolton ou d'autres témoins et documents est "désormais encore moins justifiable".

"Le choix est clair: notre Constitution ou une dissimulation", a-t-elle ajouté.

Toutes les actualités

Sanders jette l'éponge, Trump face à Biden en Novembre

Sanders jette l'éponge, Trump face à Biden en Novembre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

L'Union africaine défend l'OMS contre les critiques de Trump

L'Union africaine défend l'OMS contre les critiques de Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

Le coronavirus continue de faire des ravages aux Etats-Unis

Le coronavirus continue de faire des ravages aux Etats-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Trump nie avoir mis fin à l'expédition d'équipements de protection à l'étranger

Trump nie avoir mis fin à l'expédition d'équipements de protection à l'étranger
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Bernie Sanders jette l'éponge, ce sera donc Biden contre Trump en novembre

Le sénateur du Vermont Bernie Sanders s'exprime lors d'un rassemblement de campagne à la Cass Technical High School à Detroit, Michigan, le 27 octobre 2019. (Photo by JEFF KOWALSKY / AFP)

"Aujourd'hui, je suspends ma campagne électorale. S'il est vrai que la campagne prend fin, la lutte pour la justice se poursuit." C'est par ce discours laconique que le sénateur Bernie Sanders s'est retiré mercredi de la course à l'investiture du parti démocrate.

Ce sera donc l'ancien vice-président Joe Biden qui affrontera le président Donald Trump en novembre.

Sanders, 78 ans, avait tenu jusqu'au bout, opposant un rude combat à l'ancien colistier de Barack Obama. Au final, le confinement imposé par le nouveau coronavirus a su venir à bout du sénateur de l'Etat de Vermont.

L'exit de Bernie Sanders a aussitôt captivé l'attention du président Trump, candidat à un deuxième mandat sous la bannière du parti républicain.

Il attribue l'échec du sénateur du Vermont à l'entêtement de la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren qui, de l'avis de Trump, a contribué à l'effritement de la gauche au profit des centristes. "Sans elle, Bernie aurait gagné presque tous les États lors du Super Tuesday !", a-t-il écrit dans un tweet.

Ancien maire de la ville de Burlington et ancien représentant, Bernie Sanders n'est pas officiellement membre du parti démocrate.

Voir plus

XS
SM
MD
LG