Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Après les manifestations de Boké, les jeunes Guinéens espèrent voir du changement


Les jeunes de Boké espèrent le changement en Guinée (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:31 0:00

Les jeunes de Boké espèrent le changement en Guinée (vidéo)

La Guinée possède deux tiers des réserves mondiales de bauxite. Boké, qui suscite la convoitise des sociétés minières, a été déclarée zone économique spéciale par le président guinéen. VOA Afrique est allé voir les jeunes de Boké après les manifestations qui ont marquées la ville en avril dernier.

La ville a enregistré ces derniers temps des émeutes avec des jeunes qui s’en sont pris à des symboles de l’administration publique.

>> Lire aussi: Au moins 10 blessés lors des manifestations de colère dans l'ouest de la Guinée

Reportage de Zakaria Camara, envoyé spécial à Boké pour VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:37 0:00

Mais qui sont ces manifestants ? Fodé Oumar, journaliste dans une radio locale, explique que ce sont "des jeunes qui habitent à Boké, mais qui n'ont pas d'emploi", ou selon lui, l'autre profil est "le jeune d'ailleurs qui est arrivé il y a six mois, mais qui n'a pas trouvé de travail".

Des jeunes Guinéens à Boké, Guinée, le 14 décembre 2017. (VOA/Zakaria Camara)
Des jeunes Guinéens à Boké, Guinée, le 14 décembre 2017. (VOA/Zakaria Camara)

"La troisième catégorie de personne, c'est ceux qui ont investi mais qui ne voient pas le retour sur investissement" dans les entreprises minières, explique le journaliste.

"C’est pourquoi lorsqu'il y a eu ces manifestations, toutes ces catégories se sont retrouvées dans la rue et c’est devenu une véritable bourrasque", conclut-il.

>> Lire aussi: Le gouvernement guinéen déplore les violences de Boké

La ville porte encore des traces de plusieurs manifestations violentes.

Véhicules caillasses, édifices publiques endommagés, tel est le message des jeunes de Boké.

Amadou Laouratou, du projet "osez innover", à Boké, le 14 décembre 2017. (VOA/Zakaria Camara)
Amadou Laouratou, du projet "osez innover", à Boké, le 14 décembre 2017. (VOA/Zakaria Camara)

"Ces manifestations, c'est les frustrations de plusieurs années", souligne Amadou Laouratou Diallo, activiste et chef du projet "Oser Innover". "Car les jeunes réclament tout: l'eau, l'électricité, l'emploi".

Et pourtant les opportunités ne manquent dans cette région, mais malgré la richesse du sol, les jeunes semblent s’attacher qu’à un seul rêve: les sociétés minières.

"Nous nous sommes intéressés aux opportunités agricoles et non agricoles", souligne-t-il. "Dans les opportunités agricoles, nous avons trouvé que la filière d’anacarde, si elle est développée, elle donne la possibilité de créer de l’emploi, de créer de la croissance donc de booster le développement local plus que les mines".

Plusieurs jeunes passent la journée dans les cafés, d’autres peu nombreux comme ces filles ont décidé de passer à autre chose en proposant de laver les voitures. Même si le lavage des véhicules et motos est manuel, pour Hawa et ses amies, c’est un nouveau départ.

"Après nos études, nous n'avons pas eu d'emploi", explique l'une d'entre elles. "Nous avons eu une formation sur l'entreprenariat et c'est comme cela que nous avons eu l'idée".

Plusieurs sociétés exploitent la bauxite, d’autres prospectent, sondent, construisent des ponts, des routes, des cités, des infrastructures qui donne de l’espoir aux jeunes de Boké, un rêve pour d’autre qui ne sera pas réaliser.

Zakaria Camara, envoyé spécial à Boké

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG