Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

Magic Johnson, improbable sauveur d'une équipe de baseball

Kenley Jansen des Los Angeles Dodgers effectuant un 9e jet lors d'un match de baseball contre Chicago Cubs, Chicago le 19 octobre 2017(AP Photo/Nam Y. Huh)

Cinq ans après avoir participé au rachat des Los Angeles Dodgers, en faillite, la légende du basket Magic Johnson peut décrocher un énième titre: son équipe dispute à partir de contre Houston les World Series, la finale de la Ligue majeure de baseball (MLB).

Il a beau avoir collectionné cinq titres de champion NBA, trois trophées de meilleur joueur (MVP) avec les Lakers ou encore un sacre olympique avec la "Dream Team" en 1992 à Barcelone, Earvin Johnson Jr a vécu à 58 ans jeudi dernier l'une des soirées les plus intenses de son existence.

"C'est un moment que je n'oublierai jamais", a admis Johnson, sautillant dans les couloirs du Staples Center, la salle des Lakers.

Il a vu sur un écran de télévision "ses" Dodgers écraser 11 à 1 les Chicago Cubs, champions en titre, et décrocher leur billet pour leur première finale depuis 1988.

Au même moment, "ses" Lakers entraient dans une nouvelle ère: revenu au printemps dernier dans l'encadrement de son équipe de toujours au poste de président des opérations basket, "Magic" veut redonner à la franchise au célèbre maillot jaune sa gloire passée sous la conduite de Lonzo Ball, recrue prodige de 19 ans, en attendant la possible arrivée, en juillet 2018, de la superstar LeBron James.

- Le gamin de Lansing -

Pour les Dodgers, la "magie" Johnson a encore opéré.

"Jamais de ma vie, moi le gamin de Lansing, dans le Michigan, je n'aurais imaginé être propriétaire d'une équipe de baseball, qui plus est d'une équipe qui va disputer les World Series", a-t-il confié au Los Angeles Times.

Retraité des parquets NBA depuis 1996 -il avait mis un terme à sa carrière en novembre 1991 en annonçant sa séropositivité, avant de disputer les JO-1992 et de revenir pour une dernière saison en 1995-96-, Johnson a depuis fait fortune dans les affaires.

Il est à la tête d'un groupe présent dans le cinéma, l'audiovisuel, les services financiers... et le sport bien sûr, avec des participations dans des équipes professionnelles à Los Angeles.

En 2012, avec des amis milliardaires, il rachète les Dodgers et leur emblématique stade, en plein coeur de la métropole californienne, pour 2,3 milliards de dollars, un record pour une franchise professionnelle!

L'équipe est pourtant alors au plus mal: son propriétaire Frank McCourt, un magnat de l'immobilier qui a racheté en 2016 le club français de football de l'Olympique Marseille, est en plein divorce et doit verser 131 millions de dollars à son ex-épouse.

- 'C'est notre année' -

Mais les problèmes de McCourt ne remontent pas à son divorce qui a longtemps fait les délices de la presse people: sa gestion des Dodgers, qu'il a rachetés en 2002 pour 371 M de dollars, laisse à désirer et il n'arrive plus à payer les salaires des joueurs, au point que la MLB, la Ligue professionnelle, doit intervenir, jusqu'au rachat.

"Les gens n'ont pas compris pourquoi à l'époque on a dépensé tant d'argent, mais les World Series ont toujours été notre but", a rappelé Johnson.

Contrairement à leurs adversaires de la finale 2017, les Astros, les Dodgers ont un palmarès avec six titres et sont l'une des équipes les plus connues des Etats-Unis.

"C'est notre année, je le dis depuis plusieurs mois déjà, mais personne ne voulait m'entendre", a souri Johnson qui a investi 50 millions de dollars de sa fortune personnelle estimée à 700 millions dans les Dodgers, pour 2,3% du capital.

La renaissance des Dodgers est source d'espoir pour Johnson et les Lakers, deuxième franchise la plus titrée de l'histoire de la NBA (16 championnats) qui enchaîne les saisons catastrophiques depuis 2013.

"Les Dodgers et les Lakers sont les deux équipes les plus célèbres de Los Angeles, les Lakers sont en retrait depuis quelques années, mais nous essayons de les ramener au plus haut", a-t-il prévenu.


Avec AFP

See all News Updates of the Day

NBA: Golden State reste sous la menace de Denver

DeMarcus Cousins, à gauche, alors avec Sacramento, contre Enes Kanter d'Oklahoma City Thunder, Sacramento, Californie, le 15 janvier 2017.

Golden State a corrigé Indiana 112 à 89, mais le double champion NBA en titre et leader de la conférence Ouest reste sous le menace de Denver qui s'est imposé à Washington 113 à 108, jeudi.

A quatre semaines du début des play-offs, Golden State et Denver sont toujours dos à dos pour le statut de meilleure équipe de l'Ouest.

Cette première place est cruciale, puisqu'elle garantit à son titulaire de commencer chaque série des play-offs par deux matches à domicile et de disputer, si besoin, le match N.7 décisif devant son public.

Avec encore onze matches de saison régulière à disputer, Golden State (49 v-22 d) ne dispose que d'une demi-victoire d'avance sur Denver (48 v-22 d) qui a encore douze rencontres à son calendrier.

Les Warriors n'ont pas tremblé face à Indiana, mais ils ont attendu la 3e période pour assurer leur victoire.

Stephen Curry n'a marqué "que" 15 points, dont 12 dans la 3e période.

C'est DeMarcus Cousins qui a fini meilleur marqueur des Warriors avec ses 19 points, agrémentés de onze rebonds.

- Durant endeuillé -

Kevin Durant a inscrit de son côté 15 points (6 sur 9 au tir) dans un contexte difficile alors que l'un de ses meilleurs amis était décédé dans la matinée à Atlanta d'une blessure par balles.

La rencontre marquait le retour de l'Australien Andrew Bogut sous le maillot de Golden State, après des passages par Dallas, les Lakers et Cleveland, et un retour dans le Championnat d'Australie.

Le pivot, sacré champion NBA en 2015, a marqué quatre points et capté sept rebonds en neuf minutes.

Les Pacers restent 4e de la conférence Est et n'ont plus besoin que d'une victoire pour officialiser leur qualification pour les play-offs (44 v-29 d).

Denver a enchaîné une cinquième victoire de suite à Washington et ne s'est pas relâché, trois jours après avoir composté son billet pour les play-offs en battant Boston.

Nikola Jokic a marqué 15 points et un total de huit joueurs des Nuggets a dépassé le seuil des dix points.

"Je redoutais que l'équipe ait la gueule de bois après sa qualification, mais elle est allée chercher cette victoire, même si tout n'a pas été très beau", a souligné l'entraîneur de Denver, Michael Malone.

- Batum sur le banc -

A l'Ouest toujours, pas moins de quatre équipes affichent le même bilan, après la surprenant défaite d'Utah à Atlanta (117-114).

Ce revers, dont l'artisan a été le "rookie" des Hawks Trae Young (23 pts), pourrait coûter cher au Jazz.

La franchise de Salt Lake City qui avait remporté ses cinq précédents matches, est à la lutte pour la 5e place avec Oklahoma City, San Antonio et les Clippers qui ont le même bilan de 42 victoires et 30 défaites.

Le grand perdant de cette course dans la course aux play-offs finira 8e et pourrait affronter au 1er tour l'ogre Golden State.

"C'est une défaite particulièrement difficile à digérer", a regretté Donovan Mitchell (34 pts).

A l'Est, Charlotte a préservé ses chances de participer aux play-offs avec une victoire 113 à 106 face à Minnesota.

L'ailier français des Hornets Nicolas Batum a perdu sa place dans le cinq majeur, mais cette décision n'est pas définitive, a assuré son entraîneur.

"On essaie de gagner des matches. Ce n'est pas un aveu d'échec, on joue pour gagner chacun de nos matches et je voulais essayer une autre configuration pour ce match", a déclaré James Borrego.

Charlotte est 10e de la conférence Est (32 v-39 d), à trois victoires de la 8e place, la dernière qualificative pour les play-offs.

- Résultats du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA) après les matches de jeudi:

Golden State - Indiana 112 - 89

Atlanta - Utah 117 - 114

Charlotte - Minnesota 113 - 106

Washington - Denver 108 - 113

Phoenix - Detroit 98 - 118

Sacramento - Dallas 116 - 100

Avec AFP

Eliminatoires de la CAN 2019

Eliminatoires de la CAN 2019
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:24 0:00

La Juventus n'ira pas se préparer aux USA cet été

Le gardien albanais de la Lazio, Thomas Strakosha, pare une attaque de Cristiano Ronaldo lors d'un match championnat, Italie, le 25 août 2018.

La Juventus Turin va disputer cet été ses matches amicaux d'intersaison en Asie et non pas aux Etats-Unis comme elle en a l'habitude, alors que son buteur-vedette Christiano Ronaldo fait l'objet d'une investigation pour viol par la police de Las Vegas, affirme jeudi le New York Times.

Alors que la plupart des matches de l'International Champions Cup, tournoi amical de pré-saison, doivent se jouer aux USA, les organisateurs auraient prévu de faire jouer la Juventus ailleurs en raison des accusations pesant sur Ronaldo, selon le journal américain. Cela éliminerait le risque pour le footballeur portugais d'être placé en détention.

Les matches de la Juve devraient "très vraisemblablement se dérouler en Chine et à Singapour" contre les équipes anglaises de Manchester United et de Tottenham, affirme le New York Times.

Contacté par l'AFP, un porte-parole du club italien, que Ronaldo a rejoint cet été, a simplement expliqué que "se déplacer à l'est vers l'Asie est quelque chose de normal après avoir passé les précédentes pré-saisons aux Etats-Unis".

Le programme officiel de l'International Champions Cup sera officiellement dévoilé le 27 mars.

Ronaldo fait l'objet d'une enquête pour le viol en 2009 d'une jeune Américaine. Kathryn Mayorga, aujourd'hui âgée de 34 ans, affirme dans une plainte au civil déposée à Las Vegas que le Portugais l'a sodomisée de force le 13 juin 2009 dans sa chambre d'hôtel, alors qu'elle avait refusé ses avances et se protégeait le sexe de ses mains. Des accusations que Ronaldo réfute.

NBA: Philadelphie grimpe à l'Est, OKC s'effondre à l'Ouest

LeBron James, à gauche, et Joël Embiid, Los Angeles, le 18 février 2018.

A quatre semaines du début des play-offs, Philadelphie a ajouté Boston à son tableau de chasse mercredi, tandis qu'Oklahoma City a subi une inquiétante défaite à domicile face à Toronto.

Les Sixers ont aligné une sixième victoire consécutive en renversant Boston 118 à 115 au terme d'un match houleux.

Ils ont pourtant compté jusqu'à 14 points de retard face aux Celtics qui menaient encore de neuf points en début de 4e période.

Mais Jimmy Butler a marqué 15 de ses 22 points durant l'ultime quart-temps, dont le panier de la victoire à moins de six secondes de la sirène.

Mais c'est surtout le pivot camerounais de Philadelphie Joël Embiid qui a fait la différence avec 37 points et 22 rebonds, nouveau record personnel.

Il a été aussi au coeur d'une controverse durant le 3e quart-temps lorsqu'il a donné un coup d'épaule à Marcus Smart qui s'est vengé en le bousculant violemment dans le dos.

Embiid s'est relevé et s'est précipité vers l'arrière des Celtics, avant d'être ceinturé par les arbitres et ses coéquipiers.

Smart a été dans la foulée exclu de la rencontre.

"J'ai entendu les joueurs de Boston dire qu'il savaient comment m'empêcher de marquer, je me devais de leur montrer que j'étais bien le joueur le plus difficile à stopper du Championnat", a asséné Embiid.

- Fin de série pour San Antonio -

Kyrie Irving a marqué 36 points, mais Boston reste coincé à la 5e place de la conférence Est (43 v-29 d) avec dix matches de saison régulière encore à disputer.

Le leader de la conférence Est Milwaukee s'est incliné à Cleveland (107-102) en l'absence de sa superstar Giannis Anteokounmpo, ménagé.

Rien ne va plus pour Oklahoma City qui, à la faveur de sa défaite à domicile face à Toronto (123-114 a.p.), a reculé de la 6e à la 8e place.

Le Thunder a perdu ses quatre derniers matches et affiche un bilan nettement négatif depuis la pause du All Star Game avec seulement quatre victoires en 14 matches.

Russell Westbrook a pourtant marqué 42 points contre les Raptors, mais OKC dépend désormais aussi beaucoup de Paul George et ce dernier a été limité à 19 points.

Trois équipes affichent le même bilan (42 v-30 d), San Antonio, les Clippers et OKC.

Elles devraient toutes trois participer aux play-offs, puisque le 9e, Sacramento, compte six victoires de retard, mais l'enjeu est maintenant d'éviter la 8e place, synonyme de premier tour a priori contre le double champion en titre et grand favori, Golden State.

San Antonio qui venait de remporter ses neuf matches précédents et qui restait sur onze victoires de suite à domicile, s'est incliné devant son public face à Miami (110-105).

- 57 points pour Harden -

Houston s'est incliné à Memphis 126 à 125 après prolongation malgré les 57 points inscrits par son meneur James Harden.

Alors que son équipe est quasiment assurée de participer aux play-offs (3e, 45 v-27 d), Harden ne se ménage pas.

Il a passé 46 minutes sur le parquet des Grizzlies et a bien failli donner la victoire à son équipe, dominée pendant trois périodes et demie.

"The Beard" (littéralement "la barbe") a arraché la prolongation en marquant 15 des 17 derniers points de son équipe dans le temps réglementaire.

Plus fort encore, dans la prolongation, il a marqué les dix points de son équipe, dont deux paniers à trois points, mais cela n'a pas suffi à faire plier Memphis.

Jonas Valanciunas a fait la différence à 1/10e de la fin de la prolongation en marquant un lancer franc à la suite d'une faute de Clint Capela.

Avec ses 57 points (18 sur 39 au tir), Harden a dépassé pour la septième fois cette saison le seuil des 50 points.

Il a consolidé son statut de meilleur marqueur du Championnat (36,1 pts par match) et de grand favori à sa propre succession pour le trophée de MVP (meilleur joueur NBA).

- Résultats du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA) après les matches de mercredi:

Cleveland - Milwaukee 107 - 102

Orlando - La Nouvelle-Orléans 119 - 96

Philadelphie - Boston 118 - 115

New York - Utah 116 - 137

Chicago - Washington 126 - 120 (a.p.)

Memphis - Houston 126 - 125 (a.p.)

San Antonio - Miami 105 - 110

Oklahoma City - Toronto 114 - 123 (a.p.)

Portland - Dallas 126 - 118

Avec AFP

Un ex-enfant soldat ouvre une école de boxe

Un ex-enfant soldat ouvre une école de boxe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:10 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG