Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Au moins neuf morts de la diphtérie dans les camps rohingyas au Bangladesh


Des réfugiés Rohingya dans un camp situé au Bangladesh, le 18 septembre 2017.

Le Bangladesh a lancé une campagne de vaccination contre la diphtérie dans les camps rohingyas, maladie soupçonnée d'avoir tué neuf réfugiés et infecté 700 autres.

Les travailleurs humanitaires ont été pris de court par l'apparition de cette infection bactérienne dans la région du sud du Bangladesh où sont concentrés de gigantesques camps de réfugiés surpeuplés.

Plus de 646.000 Rohingyas de Birmanie sont passés au Bangladesh voisin depuis fin août pour fuir ce que l'ONU considère comme une épuration ethnique menée par l'armée birmane.

"Jusqu'ici neuf personnes sont mortes dans une présumée épidémie de diphtérie", a déclaré Meerzady Sabrina Flora, directeur de l'institut épidémiologique, de contrôle des maladies et de recherche du Bangladesh.

Les autorités sanitaires de ce pays pauvre d'Asie du Sud ont indiqué mardi que 700 avaient été infectées, dont 104 - principalement des enfants - au cours des 24 dernières heures.

La diphtérie est une infection hautement contagieuse qui peut être mortelle si elle n'est pas soignée. Elle peut provoquer une paralysie du système nerveux central ou bien des voies respiratoires, entraînant la mort par asphyxie.

Le gouvernement bangladais et les agences des Nations unies ont lancé une campagne pour vacciner 250.000 enfants rohingyas de moins de sept ans.

"Nous réagissons vite pour contrôler cette épidémie de diphtérie avant que la situation ne dégénère", a indiqué le Dr Navaratnasamy Paranietharan, représentant de l'Organisation mondiale pour la Santé (OMS) au Bangladesh.

Les camps de réfugiés rohingyas sont, en raison de leurs conditions de vie insalubres, un terreau fertile pour l'apparition de maladies. En octobre, les travailleurs sanitaires avaient massivement vacciné les réfugiés contre le choléra.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG