Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Bandits ou jihadistes, qui est derrière l'attaque du train au Nigeria ?

L'attaque lancée contre un train au cours de laquelle 8 personnes ont été tuées et un nombre important de passagers enlevés a choqué le Nigeria.

Depuis une dizaine d'années, des groupes criminels, appelés "bandits", terrorisent les populations du centre et nord-ouest du Nigeria, attaquant des villages, volant du bétail et enlevant sur les routes des personnalités locales ou des voyageurs contre rançon.

La semaine dernière, une attaque sophistiquée lancée contre un train reliant la capitale Abuja à une ville du nord-ouest, au cours de laquelle 8 personnes ont été tuées et un nombre important de passagers enlevés, a choqué le pays le plus peuplé d'Afrique.

Mais le modus operandi et la vidéo d'un des otages publiée mardi soir ressemblent davantage aux méthodes employées par les groupes jihadistes qui sévissent dans le nord-est du Nigeria, à des centaines de kilomètres de là. Jihadistes, bandits, ou inquiétante alliance entre les deux: qui se cache derrière cette attaque ?

Que se passe-t-il dans le nord-ouest du pays?

Dans ces zones rurales du Nigeria, une compétition féroce autour des ressources fait rage depuis des décennies entre différentes communautés, notamment entre éleveurs et agriculteurs. Avec les changements climatiques, les conflits se sont multipliés, et différentes communautés ont mobilisé des groupes armés pour assurer leur protection.

Certains se sont tournés vers des activités criminelles. Ainsi, une centaine de groupes de malfaiteurs se sont constitués, et leurs membres, près de 30.000 selon les autorités locales, attaquent, pillent des villages et pratiquent des enlèvements contre rançon.

Ces "bandits" attaquent des écoles et tendent aussi des embuscades aux voyageurs sur les routes, tuant ceux qui résistent ou ceux dont les familles ne parviennent pas à payer les rançons. Ces deux dernières années, leurs attaques - quasi quotidiennes - se sont encore intensifiées et professionnalisées, poussant les autorités à les désigner début janvier comme des "terroristes".

Pourquoi l'attaque du train préoccupe tant?

Le 28 mars dernier, des hommes armés ont déclenché des explosifs sur la voie du train reliant Kaduna, endommageant les rails, et tiré de très nombreux coups de feu, avant d'être repoussés une heure plus tard par des militaires déployés sur place. Au moins huit personnes ont été tuées et un nombre important de passagers enlevés par les ravisseurs qui ont visé le compartiment VIP du train.

Plus d'une semaine après cette attaque, le nombre de personnes enlevées reste toujours inconnu. Mais selon la compagnie nationale ferroviaire, 168 personnes manquent toujours à l'appel. "L'attaque n'était pas fortuite. Elle était clairement bien planifiée et bien exécutée, et les bandits en sont capable", explique James Barnett, chercheur au Hudson Institute.

Ce n'est pas tant le nombre de personnes kidnappées qui interpelle les analystes - les bandits sont coutumiers des enlèvements de masse - mais plutôt l'utilisation d'engins explosifs. C'est "un domaine dans lequel les jihadistes ont généralement fait preuve d'une plus grande compétence que les bandits", affirme M. Barnett.

Depuis douze ans, le nord-est du Nigeria, à des centaines de kilomètres du nord-ouest, fait face à une insurrection jihadiste. Les groupes Boko Haram et Iswap, affilié à l'Etat islamique, y opèrent. Les gangs criminels du nord-ouest, eux, agissent pour des raisons financières sans revendication idéologique. Mais l'infiltration de jihadistes en leur sein suscitent de nombreuses inquiétudes.

Des jihadistes sont-ils derrière l'attaque?

Depuis mai 2021 et la mort du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, de nombreux jihadistes se sont rendus aux autorités ou ont rejoint l'Iswap. Mais une minorité d'entre eux se sont également déplacés dans le nord-ouest du Nigeria, selon des rapports sécuritaires. Et vendredi, le gouverneur de Kaduna, Nasir Ahmad el-Rufai, a affirmé que les responsables de l'attaque du train "ne sont pas les kidnappeurs habituels, mais des membres de Boko Haram qui collaborent avec les bandits".

Les autorités nigérianes utilisent le terme "Boko Haram" pour désigner indistinctement tous les groupes jihadistes présents au Nigeria. Après la publication mardi soir d'une vidéo d'un des passagers enlevés, libéré depuis, plusieurs analystes ont commencé à soupçonner Ansaru, un autre groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda, d'être derrière cette attaque.

Selon un haut responsable des forces de sécurité du nord-est, "tout indique qu'Ansaru est impliqué dans l'attaque du train de Kaduna et la vidéo de l'otage renforce cette ligne de pensée".

"Aucune des vidéos publiées par les bandits n'a de tonalité religieuse (alors qu') il y a certains éléments dans cette vidéo qui portent une touche jihadiste", dit-il, évoquant notamment la prière d'ouverture. Et l'accent du locuteur pose également question. "Tout haoussa natif peut facilement discerner son accent Kanuri, langue la plus couramment parlée dans le nord-est", assure cette source.

Ansaru, qui a fait scission de Boko Haram en 2012, est le seul groupe jihadiste connu installé dans le nord-ouest depuis plusieurs années. Mais pour M. Barnett, cette vidéo à elle seule ne permet pas de faire un lien aussi direct avec le groupe jihadiste.

"Je ne prétends pas savoir qui a mené cette opération", dit-il. "Mais je dirais qu'il est plus probable qu'il s'agisse d'une collaboration entre Ansaru et les bandits, plutôt que d'Ansaru tout seul".

Toutes les actualités

Seun Kuti annule son concert au Maroc à cause du drame de Melilla


Seun Kuti annule son concert au Maroc à cause du drame de Melilla
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc en raison du drame de Melilla

Seun Kuti, fils de la légende de la musique afrobeat Fela Kuti, se produit à "Felabration", un événement annuel rendant hommage à son père, au New Afrika Shrine à Lagos, au Nigeria, aux premières heures du dimanche 20 octobre 2013.

L'artiste nigérian Seun Kuti a annoncé jeudi l'annulation de son concert qui était prévu samedi au festival marocain Jazzablanca, afin de "porter le deuil" des 23 migrants ayant péri en tentant de rallier l'enclave espagnole de Melilla au Maroc.

"C'est avec une grande tristesse que je vous annonce l'annulation de notre voyage au Maroc ce weekend pour Jazzablanca", a indiqué Seun Kuti, fils du légendaire précurseur de l'Afrobeat Fela Kuti, dans une vidéo postée sur son compte Instagram.

"Il m'est impossible en toute bonne conscience de monter sur scène et de passer du bon temps alors que tant d'Africains ont perdu la vie. Nous devons porter leur deuil", a ajouté l'artiste en référence aux 23 migrants qui ont perdu la vie vendredi en tentant de traverser vers l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc.

Il s'agit du bilan le plus meurtrier jamais enregistré lors des nombreuses tentatives de migrants subsahariens de pénétrer à Melilla et dans l'enclave espagnole voisine de Ceuta, qui constituent les seules frontières terrestres de l'UE avec le continent africain.

L'ONU a accusé le Maroc et l'Espagne d'avoir eu recours à "un usage excessif de la force" contre ces migrants.

Les organisateurs du Jazzablanca, prévu du 1er au 3 juillet à Casablanca, ont confirmé l'annulation du concert de M. Kuti à l'AFP.

"C'est une décision personnelle de l'artiste", ont-ils commenté.

Le légendaire Gilberto Gil, Mulatu Astatke, le père de l'éthio-jazz ou Asaf Avidan, figure du folk-rock israélien, sont au programme de la 15e édition de ce festival.

Au moins 4 employés chinois enlevés dans une attaque d'un site minier au Nigeria

Des ouvriers travaillent dans une mine qui contiendrait de l'or, à Minna au Nigeria, 23 juin 2013.

Des hommes lourdement armés ont attaqué mercredi une mine dans le centre du Nigeria tuant des membres du personnel de sécurité et enlevant des travailleurs, dont au moins quatre Chinois, ont indiqué jeudi les autorités locales dans un communiqué.

Des gangs criminels lourdement armés, appelés localement "bandits", mènent des raids contre des villages du nord-ouest et du centre du Nigeria pour kidnapper ou tuer des habitants depuis des années, mais leurs attaques ont récemment pris de l'ampleur.

Ces "bandits" ciblent également les projets d'infrastructure et les sites miniers, enlevant notamment des travailleurs étrangers pour obtenir des rançons. Des dizaines d'employés chinois ont ainsi été pris pour cible ces dernières années. Ils sont le plus souvent libérés après le paiement d'une rançon.

Mercredi après-midi, ces hommes armés ont attaqué une mine située dans le village d'Ajata Aboki, dans la zone de Shiroro, dans l'est de l'Etat du Niger, a déclaré le responsable régional de la sécurité, Emmanuel Umar.

"Des personnes employées sur ce site minier dont quatre ressortissants chinois, ont été enlevées", a-t-il ajouté, précisant que leur nombre exact restait à déterminer.

Des agents de sécurité ont affronté les assaillants, faisant des morts des deux côtés, mais leur nombre exact reste également à déterminer, ont ajouté les autorités.

Elles ne précisent pas la matière première extraite dans cette mine, ni le nom de l'entreprise en charge de son exploitation.

Un climat de violence quasi-généralisée règne dans le nord du pays le plus peuplé d'Afrique, en proie à des bandes criminelles à l'ouest, et jihadistes à l'est, qui multiplient attaques et enlèvements, à moins d'un an de l'élection présidentielle.

Le président Muhammadu Buhari termine son deuxième mandat en février 2023, critiqué de tout part pour son incapacité à endiguer l'insécurité.

Ces dernières années, les violences perpétrées par les "bandits" sont en hausse: ces gangs criminels ont tué plus 2.600 civils en 2021, soit une augmentation de plus de 250% par rapport à 2020, selon des chiffres de l'ONG Acled.

Les "bandits" sont motivés par l'argent et non par une idéologie, et relâchent souvent leurs otages après le paiement d'une rançon. Mais des analystes s'inquiètent d'éventuels rapprochements avec les groupes jihadistes du nord-est.

La crise du blé menace la survie du pain au Nigeria

La crise du blé menace la survie du pain au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:10 0:00

Le littoral du Nigeria face au changement climatique

Le littoral du Nigeria face au changement climatique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:16 0:00

Le Nigeria fait face au golfe de Guinée. Avoir un littoral est une aubaine en Afrique où plusieurs pays sont enclavés. Mais de plus en plus, à cause du changement climatique, les terres bordant l’océan sont confrontées aux vagues qui engloutissent les maisons des habitants.

Voir plus

XS
SM
MD
LG