Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Au Texas, Beto O'Rourke entre dans la présidentielle avec un message positif sur l'immigration

La Campagne pour l'investiture démocrate à la présidentielle 2020 de Beto O'Rourke.

Un message résolument positif sur l'immigration, à l'opposé de Donald Trump: Beto O'Rourke a lancé officiellement samedi sa campagne pour l'investiture démocrate à la présidentielle lors d'un meeting survolté dans sa ville texane d'El Paso, à la frontière avec le Mexique.

"Nous ne trouverons pas la sécurité dans des murs ou dans la militarisation", a lancé l'ex-élu de la Chambre des représentants, qui avait choisi, pour son premier grand discours dans la course à la Maison Blanche, sa ville natale, dans ce Texas conservateur où il a frôlé à l'automne la victoire dans une élection pour le Sénat.

Paradoxalement, c'est cette défaite qui l'a fait connaître à travers les Etats-Unis. Sa campagne passionnée l'a propulsé parmi les espoirs démocrates pour la présidentielle de novembre 2020.

Et c'est ce même discours rassembleur que cet homme de 46 ans, aux positions bien ancrées à gauche tout en se revendiquant "capitaliste", a réédité samedi devant plus d'un millier de personnes.

Présentant El Paso comme "l'une des villes les plus sûres des Etats-Unis d'Amérique non pas parce que c'est une ville d'immigrants" mais justement en raison de cela, "Beto", chemise bleu clair aux manches retroussées, a accusé "l'actuel président" de jouer sur "la peur et les divisions".

"Quelques soient nos différences, où que vous viviez, qui que vous aimiez, quel que soit votre dieu, quel qu'ait été votre vote au dernier scrutin, nous ne nous résumons pas à ces différences et elles ne doivent pas nous diviser", s'est-il époumoné sans notes, débit de mitraillette au point d'en avoir parfois la voix éraillée.

Celui qui s'est forgé une envergure médiatique de rock star, mais n'est actuellement que quatrième dans les sondages parmi les candidats déclarés ou non à la primaire démocrate devait enchaîner avec deux autres meetings dans le grand Etat du sud américain, à Houston et Austin.

- "Dernière chance" -

Assurant être un homme de consensus capable de surmonter les clivages partisans et surtout d'attirer des électeurs habituellement éloignés des sphères démocrates ou tout simplement des urnes, Beto O'Rourke a confirmé que l'immigration et la régularisation de milliers de sans-papiers étaient en tête de ses priorités, avec la mise en place d'une couverture santé universelle et la lutte contre le changement climatique.

"C'est notre dernière chance d'éviter une catastrophe", a insisté à propos du défi écologique le longiligne skater quadragénaire à la gestuelle exaltée, devenue sa marque de fabrique au point d'être moquée par ses détracteurs, Donald Trump en tête.

S'il rejette le qualificatif de "socialiste", il a critiqué "une économie qui marche trop bien pour un trop petit nombre, et pas du tout pour beaucoup trop de monde".

"Pendant trop longtemps dans ce pays, les puissants ont conservé leurs privilèges aux dépens des sans-grades", a-t-il estimé, en résonance avec un parti démocrate dont les militants penchent plus à gauche que par le passé. "C'est notre moment de vérité."

Avant de terminer son discours en espagnol, langue courante au Texas qu'il maîtrise bien, l'ancien membre d'un groupe de punk rock a ainsi énoncé les valeurs et grandes priorités de sa campagne, sans dissiper les critiques de ceux qui l'accusent de s'en tenir à des généralités sans formuler de programme détaillé.

Après avoir longuement tergiversé, le Texan adepte des réseaux sociaux s'est lancé dans la bataille mi-mars au pas de course, littéralement, en partant à la rencontre des électeurs dans l'Iowa, Etat-clé car il sera le premier à voter lors des primaires, en février 2020.

Fier d'avoir visité huit Etats en neuf jours, Beto O'Rourke avait récolté 6,1 millions de dollars dans ses premières 24 heures de campagne. Soit davantage que le vétéran de la politique Bernie Sanders, sénateur indépendant du Vermont, très à gauche, qui arrive à 77 ans en tête des sondages dans la course à l'investiture démocrate parmi les 16 candidats déclarés.

Mais une autre personnalité les dépasse tous dans les intentions de vote, sans s'être encore officiellement déclaré: l'ancien vice-président de Barack Obama, le centriste Joe Biden, 76 ans.

Côté républicains, seul un ex-gouverneur modéré, Bill Weld, s'est lancé contre Donald Trump.

Mais le président américain a reçu le "soutien sans réserve" de son parti et bénéficie d'une énorme popularité auprès des électeurs républicains, à près de 90%.

Toutes les actualités

Face à une explosion du coronavirus, la Floride se met au pas

Face à une explosion du coronavirus, la Floride se met au pas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Le président américain Donald Trump renonce à sa menace d'expulser les étudiants étrangers

Gregory Minott est venu aux États-Unis de sa Jamaïque natale il y a plus de deux décennies avec un visa d'étudiant et a pu se tailler une carrière en architecture, à Handover, 12 juin 2020.

Le gouvernement américain a finalement renoncé à sa décision controversée de priver de visas les étudiants étrangers dont les cours resteraient virtuels à la rentrée universitaire pour cause de pandémie.

La décision, qui avait été annoncée par la police de l'immigration le 6 juillet, avait été attaquée en justice par de nombreuses universités, dont Harvard et MIT, avec le soutien des syndicats d'enseignants et près de 20 Etats américains.

Loterie des visas américains: rêve brisés pour de nombreux récipiendaires
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00


Selon le New York Times, plus d'une douzaine de sociétés technologiques, dont Google, Facebook et Twitter, ont également manifesté leur soutien aux universités, arguant que la politique nuirait à leurs entreprises.

"La compétitivité future de l'Amérique dépend de l'attraction et de la rétention d'étudiants internationaux talentueux", ont déclaré les entreprises dans des documents judiciaires.

"Les parties sont arrivées à une solution (...) le gouvernement a accepté d'annuler la décision", a indiqué une juge de Boston, Allison Burroughs, lors d'une audience par téléconférence qui n'a duré que quelques minutes.

Des milliers d'étudiants risquaient d'être expulsés, alors que la pandémie continue de progresser aux Etats-Unis et que de nombreux Etats ont dû rétablir des mesures de confinement dans l'espoir de l'endiguer.

Les universités Harvard et MIT avaient demandé le blocage d'une décision qu'ils qualifiaient d'"arbitraire et capricieuse", et visant à "forcer les universités à reprendre l'enseignement en présentiel", au mépris des risques sanitaires encourus alors que la pandémie continue de progresser aux Etats-Unis.

Les étudiants étrangers suivant des cours uniquement en ligne menacés d’expulsion
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Le président Donald Trump, qui joue sa réélection en novembre en partie sur la relance de l'économie américaine, ne cesse d'appeler à la réouverture des établissements scolaires à la rentrée.

Il a cité l'exemple de plusieurs pays européens qui ont "ouvert les écoles sans problème" et menacé les élus démocrates -- qu'il accuse de vouloir maintenir les écoles fermées pour des raisons politiques -- de couper leurs subventions fédérales s'ils ne les rouvraient pas.

Le corps de l'actrice Naya Rivera retrouvé dans un lac californien

Naya Rivera à Pasadena en Californie le 13 janvier 2018.

Le corps de la star de la série télévisée "Glee" Naya Rivera a été retrouvé lundi dans le lac de Californie où elle était portée disparue depuis la semaine dernière, a annoncé la police locale.

Les secours ont pu repêcher le corps de l'actrice après l'avoir localisé flottant dans le lac et les premières constatations indiquent une noyade accidentelle, a expliqué Bill Ayub, le shérif du comté de Ventura, près de Los Angeles.

"Nous pensons que le corps que nous avons découvert est celui de Naya Rivera", a dit le shérif, citant la localisation, l'apparence, la tenue et l'état de la victime retrouvée lundi matin.

Le corps va être autopsié par un médecin légiste qui va confirmer l'identité à l'aide des empreintes dentaires mais aucune autre disparition n'a été signalée dan le lac Piru, a-t-il souligné.

Naya Rivera, 33 ans, s'est vraisemblablement noyée accidentellement dans le lac, base nautique fréquentée, après avoir loué le 8 juillet un bateau sur lequel elle avait embarqué avec son fils de quatre ans.

Elle n'avait pas reparu et un important dispositif de recherches avait été déclenché le jour même, avec plongeurs et hélicoptères.

Selon la police, le fils de l'actrice avait été retrouvé endormi sur le bateau et porteur d'un gilet de sauvetage, quelques heures après leur départ.

L'enfant a par la suite dit aux enquêteurs qu'il était allé nager avec sa mère dans le lac et que cette dernière l'avait aidé à remonter à bord. Il s'était alors "retourné et l'avait vue disparaître sous la surface de l'eau", a raconté le shérif.

Selon Bill Ayub, les forts courants qui se manifestent parfois dans le lac Piru pourraient être à l'origine du drame. "Il est possible que le bateau ait commencé à dériver - il n'était pas ancré - et qu'elle ait eu assez d'énergie pour ramener son fils à bord mais pas assez pour se sauver elle-même", a-t-il dit.

Le lac avait été fermé au public pour faciliter les recherches.

"Nous pensons qu'elle était dissimulée par la végétation au fond du lac" jusqu'à ce qu'elle remonte à la surface en raison du processus de décomposition, a expliqué le shérif, selon lequel la visibilité ne dépasse pas trente centimètres de profondeur dans le lac.

Naya Rivera doit sa notoriété au personnage de Santana Lopez, une étudiante pom-pom girl qu'elle a incarnée dans les six saisons de la série Glee (2009-2015).

L'actrice avait plus récemment figuré dans les séries "Devious Maids" et "Step Up: High Water".

Elle avait divorcé en 2018 du père de l'enfant, l'acteur Ryan Dorsey, et tous deux se partageaient sa garde, selon le média spécialisé dans les célébrités TMZ.

Le casting de "Glee" a été marqué par une série de drames.

Un acteur de la série, Mark Salling, a mis fin à ses jours en 2018, alors qu'il attendait le rendu d'un jugement pour possession d'images pédopornographiques.

Et le Canadien Cory Monteith est décédé en juillet 2013 d'une overdose de drogue et d'alcool.

La Cour suprême autorise la première exécution fédérale depuis 17 ans

La Cour suprême autorise la première exécution fédérale depuis 17 ans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:53 0:00

Plusieurs grandes villes envisagent un retour au confinement

Plusieurs grandes villes envisagent un retour au confinement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG