Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Au moins un mort et 25 blessés dans des explosions au gaz près de Boston

Les flammes d'une explosion consument une maison à Lawrence, dans la banlieue de Boston, le 13 septembre 2018.

Une série d'explosions et d'incendies liés au réseau gazier ont ébranlé trois localités au nord de Boston obligeant à évacuer des milliers de foyers.

Les incendies --plus de 60, selon un responsable local-- et au moins trois explosions ont commencé en fin d'après-midi jeudi, précipitant une évacuation en masse des villes de Lawrence, Andover et North Andover, où vivent au total quelque 100.000 personnes.

Lors d'une conférence de presse dans la nuit, le gouverneur du Massachusetts Charlie Baker et plusieurs responsables locaux ont confirmé un nouveau bilan d'un mort (un adolescent qui était dans une voiture quand une cheminée s'est écrasée dessus) et de 25 blessés, dont "beaucoup avec des blessures mineures".

Quelque 8.600 foyers ont été directement affectés, selon la compagnie locale Columbia Gas, qui a assuré "fournir tout le soutien possible à nos clients, aux habitants et aux localités", dans un communiqué publié à l'aube.

Les images des télévisions locales jeudi soir montraient deux maisons détruites et plusieurs autres en feu, et des dizaines de véhicules d'urgence --pompiers et policiers-- déployés dans les rues des villes concernées.

"Pour l'instant, la priorité reste de permettre aux gens (évacués) de rentrer chez eux", a déclaré M. Baker. "Quand ce sera fait, nous travaillerons avec les agences fédérales et d'autres pour enquêter sur ce qui s'est passé, et les responsables devront rendre des comptes."

Columbia Gas était clairement sur la sellette. Le maire de North Andover, Andrew Maylor, a tweeté dans la nuit que ces incidents "sans précédent" avaient été causés par "une sur-pressurisation des conduites de gaz" dans les trois villes.

"J'ai dit très clairement à la compagnie de gaz qu'elle devait immédiatement faire venir du monde et établir un plan de sécurité complet pour tous" les habitants, a aussi déclaré M. Baker.

Le communiqué de Columbia Gas ne mentionne pas de cause possible à cet incident. Avant les explosions jeudi, la compagnie avait annoncé qu'elle effectuait des travaux sur ses conduites dans plusieurs quartiers à travers l'Etat du Massachusetts, notamment pour améliorer la sécurité.

Parmi les agences fédérales déployées sur les lieux depuis jeudi soir figure le National Transportation Safety Board, qui, outre la supervision des accidents de transport, est également en charge des gazoducs.

Les écoles des trois localités, les tribunaux et de nombreux services publics devaient rester fermés vendredi.

Les autorités ont appelé les personnes évacuées, accueillies dans des écoles des trois localités, à faire preuve de "patience" et à ne pas revenir chez elles tant que les autorités ne leur donneraient pas le feu vert.

Les quelque 8.000 foyers devaient d'abord être inspectés "un par un" par des trios formés d'un pompier, d'un policier et d'un expert en gaz, pour couper systématiquement le gaz et s'assurer de l'absence de fuite, a expliqué le gouverneur.

Ce processus d'inspection risque de durer au moins jusqu'à vendredi soir, ont précisé d'autres responsables.

Toutes les actualités

La conférence de Bahreïn boycottée par les Palestiniens

La conférence de Bahreïn boycottée par les Palestiniens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

La conférence de Bahreïn boycottée par les Palestiniens

La conférence de Bahreïn boycottée par les Palestiniens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Nouvelles sanctions américaines contre l’Iran

Nouvelles sanctions américaines contre l’Iran
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Les Etats-Unis durcissent le ton face à l'Iran

Les Etats-Unis durcissent le ton face à l'Iran
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Trump ira en Corée du Sud après le G20

Le président Donald Trump s’adresse aux journalistes à la Maison-Blanche à Washington, le 22 juin 2019, avant d’embarquer dans Marine One pour le voyage à Camp David, dans le Maryland.

Le président américain Donald Trump se rendra ce week-end en Corée du Sud, après le sommet du G20, pour s'entretenir avec son homologue sud-coréen Moon Jae-in des négociations sur le nucléaire avec Pyongyang, actuellement dans l'impasse, a annoncé le bureau présidentiel à Séoul.

M. Trump s'envolera pour la Corée du Sud samedi à l'issue du G20 au Japon, ont précisé des responsables sud-coréens.

Cette visite intervient après un échange de lettres entre le président américain et le leader nord-coréen Kim Jong Un, ce dernier ayant qualifié d'"excellent" le contenu de la missive de Donald Trump, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Le 11 juin, Donald Trump avait indiqué avoir reçu une lettre "magnifique" et "très chaleureuse" de Kim Jong Un, ajoutant qu'il continuait à faire confiance au Nord-Coréen malgré l'absence de progrès tangibles sur la dénucléarisation.

Un responsable sud-coréen a déclaré aux journalistes que M. Trump "envisageait" une visite dans la Zone démilitarisée (DMZ) mais qu'il n'y avait aucun projet de sommet trilatéral entre MM. Trump, Moon et Kim.

La péninsule coréenne a connu en 2018 une remarquable détente après des années de tensions relatives aux programmes balistique et nucléaire de Pyongyang. Cet apaisement a été marqué par une série de rencontres diplomatiques, dont deux sommets entre MM. Kim et Trump.

Mais le deuxième sommet entre les deux hommes, en février à Hanoï, s'est soldé par un fiasco retentissant et les négociations entre Américains et Nord-Coréens sont depuis dans l'impasse.

Kim Jong Un a reçu la semaine dernière en visite d'Etat Xi Jinping, premier président chinois à se rendre à Pyongyang en 14 ans.

Des experts ont vu dans cette visite de M. Xi, avant sa rencontre avec M. Trump en marge du G20, le signe de la volonté du président chinois de montrer l'influence dont Pékin continue à jouir en Corée du Nord.

Les protestations anti-extradition continuent à Hong
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:49 0:00

Ko Min-jung, porte-parole de la présidence sud-coréenne, a déclaré que MM. Trump et Moon auraient des "discussions en profondeur sur les moyens d'établir un régime de paix permanente au travers de la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne".

Les responsables américains parlent généralement spécifiquement de la "dénucléarisation de la Corée du Nord".

Ce sera la huitième rencontre entre M. Moon et M. Trump qui s'est pour la dernière fois rendu en Corée du Sud en novembre 2017, quand il n'avait pas pu se rendre sur la DMZ en raison d'un épais brouillard.

"M. Trump se rendra certainement sur la DMZ si le temps le permet parce que c'est le lieu où l'on peut observer directement la baisse des tensions militaires entre les deux Corées", a déclaré à l'AFP Koh Yu-hwan, professeur d'études nord-coréennes à l'Université Dongguk University de Séoul.

"Se rendre sur la DMZ pourrait être une façon de réaffirmer l'importance du processus de dénucléarisation".

Mais il serait "stupéfiant" que M. Trump y rencontre M. Kim, a-t-il dit, en raison de "l'impasse dans les discussions sur le nucléaire".

Voir plus

XS
SM
MD
LG