Liens d'accessibilité

Arrestation d'une vingtaine de personnes lors d'une tentative de rassemblement au Gabon


La police arrête une femme après avoir dispersé une manifestation à Libreville, au Gabon, 15 août 2012 (Archives).

Une vingtaine de personnes ont été arrêtées au Gabon alors qu'elles tentaient de se rassembler dans la capitale Libreville, indique procureur de la République Steeve Ndong.

"La police m'a informé de l'arrestation de 18 personnes samedi", a-t-il précisé
lundi à l'AFP.

Les personnes arrêtées samedi "auraient commis des outrages envers des agents de la sécurité publique qui avaient investi le quartier de Nkembo où devait se tenir une manifestation", a ajouté le procureur.

Les manifestants appartenaient à un mouvement citoyen, "la Voie du Peuple", a indiqué pour sa part un communiqué du cabinet de Jean Ping, rival du président Ali Bongo à la dernière élection présidentielle de 2016.

Ils avaient "informé les autorités" de la tenue d'un "rassemblement pacifique de jeunes Gabonais", selon cette même source. "La police aux ordres a empêché le rassemblement qui n'a finalement pas eu lieu", accuse le communiqué, ajoutant que "près d'une vingtaine de nos concitoyens, privés de leur droit à la liberté d'expression, ont été arbitrairement arrêtés".

Le cabinet de Jean Ping demande "la libération, sans délai ni condition, des personnes arrêtées et la fin de la banalisation de la violence policière contre un peuple désarmé".

M. Ping continue de se proclamer le "président élu" du Gabon depuis la validation de la réélection de M. Bongo par la Cour constitutionnelle fin septembre.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG